Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.
La police de Londres teste une technologie de reconnaissance faciale
Insta360 Air IA 2 min de lecture 1 commentaire

La police de Londres teste une technologie de reconnaissance faciale

La technologie de reconnaissance faciale n'est pas seulement une méthode de déverrouillage pour votre téléphone. Il existe de nombreuses situations où l'identification rapide est utile, et l'IA devient de plus en plus efficace dans ce domaine. Évidemment, les forces de l'ordre s'y intéressent aussi, un nouveau test est d'ailleurs sur le point de commencer à Londres.

Le "Metropolitan Police Service" de Londres teste la technologie de reconnaissance faciale dans plusieurs endroits du centre de Londres, en particulier dans les environs de Soho, Piccadilly Circus, et Leicester Square.

Les tests "seront effectués à la vue de tous", et "des brochures d'information seront diffusés au public". Bien que l'idée derrière ce type de surveillance soit d'identifier les criminels, pour l'instant, seule la technologie est en cours de perfectionnement. Rassurez-vous, ceux qui refusent d'être scannés "ne seront pas considérés comme suspects par les policiers ". C'est gentil de leur part...

policeglasses
La police va-t-elle utiliser des lunettes dotées de reconnaissance faciale ? Reuters

De tels essais sont effectués à Londres depuis 2016, et aujourd'hui, c'est la 7e tentative de ce type. Trois autres tests devraient encore être effectués à l'avenir. Il est facile de comprendre pourquoi les forces de police s'intéressent à cette technologie, mais le public a de bonnes raisons de se méfier. Il y a encore beaucoup de failles qui peuvent mener à de fausses identifications.

En Chine, où la surveillance de l'État est mieux acceptée, les caméras de reconnaissance faciale ont publiquement humilité un PDG en confondant son visage affiché sur un bus avec celui d'un piéton.

La surveillance de l'État va trop loin ?

Au-delà des questions techniques, de nombreux citoyens sont mal à l'aise à l'idée que la police utilise l'IA sur la population. 

Les caméras de vidéosurveillance sont monnaie courante à Londres et dans d'autres villes du Royaume-Uni, mais l'IA fait passer la surveillance à un autre niveau - elle pourrait permettre d'identifier et de suivre plus rapidement les suspects. Bien sûr, son déploiement pourrait aussi mener à un scénario cauchemardesque dans le cas de préjugés raciaux ou sociaux dans un système de police automatisé non responsable, et ou pourrait simplement rendre la police trop efficace - de nombreuses personnes ordinaires ne veulent tout simplement pas être examinées de si près par les autorités.

Que pensez-vous de l'utilisation de la reconnaissance faciale par la police ? Lutte efficace contre le crime ou oppression de l'État ? Faites-le nous savoir dans les commentaires !

Source : Ars Technica

1 commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Dans une période difficile, pour les états, comme celle d'aujourd'hui où la sécurité est un enjeu très important et où ils ont du mal à conserver leurs pouvoirs sur les populations, bénéficier d'avantages techniques comme celui-ci est particulièrement tentant au risque de provoquer des refus justifiés des citoyens qui veulent conserver leurs libertés fondamentales gravement menacées par l'ambiance droitière qui grandit partout dans le monde et où les défauts de ces technologies sont criants.

    La justice sans réelle liberté ou la liberté sans justice équitable sont inconcevables l'une sans l'autre.
    Il ne faut pas avoir à choisir entre les deux.