Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

7 min de lecture 1 commentaire

Intelligence Artificielle : de plus en plus d'argent, de plus en plus vite

L'intelligence artificielle est l'une des technologies clés du XXIe siècle, et le développement se poursuit à un rythme rapide - souvent trop rapide pour qu'arrivent à suivre les États et les gouvernements du monde entier. Les mesures prises actuellement par les pays européens montrent combien il est difficile de suivre le rythme de l'IA.

La chancelière Angela Markel a reconnu que l'Allemagne doit investir dans le développement de l'IA. Avec le vice-chancelier Olaf Scholz, elle a annoncé ce projet : 3 milliards d'euros seront consacrés à l'intelligence artificielle d'ici 2025, et 100 chaires universitaires seront créées dans les universités pour renforcer la recherche dans ce domaine. Merkel espère que les Länder et l'industrie investiront davantage dans ce domaine. Cela peut sembler beaucoup au premier abord, mais en comparaison avec les sommes que les grandes entreprises prennent entre leurs mains, ce n'est pas forcément impressionnant pour un pays avec la puissance économique de l'Allemagne.

Dans le journal FAZ, Merkel a déclaré : "L'Allemagne n'est pas le leader mondial, dans certains domaines peut-être, mais en aucun cas dans tous". Made in Germany devrait également devenir une marque déposée dans l'IA. En contrepartie, le gouvernement fédéral investira beaucoup d'argent dans l'expansion de l'infrastructure numérique et dans la formation continue des employés. Cette prise de conscience est très tardive.

L'argent ne fait pas tout

Mais bien sûr, tout ne peut pas être résolu avec de l'argent, et cela peut se voir en France. Dans une interview accordée à Wired, le président Macron a annoncé des investissements de 1,5 milliard d'euros dans la recherche sur l'IA jusqu'en 2022, soit à un niveau aussi bas qu'en Allemagne. Néanmoins, de plus en plus d'entreprises et d'instituts s'installent dans et autour de Paris, la capitale française. Facebook, Google, Samsung, IBM, Fujitsu, ils ont tous fait de Paris leur capitale européenne de la recherche ces dernières années. Microsoft a ouvert l'"Ecole d'IA" dans la métropole et est entièrement consacrée à ce thème.

Facebook 08
Facebook fait aussi des recherches sur l'IA. © TY Lim/Shutterstock

Tout cela n'est pas uniquement dû aux investissements annoncés par le gouvernement, d'autres facteurs sont également déterminants. Chez Facebook, par exemple, de nombreux Français occupent des postes de premier plan dans le développement de l'intelligence artificielle, ce qui a été un petit facteur décisif pour cette localisatoin en Europe. De plus, le gouvernement français a sauté dans le train de l'IA très tôt et a ainsi pris une certaine avance.

Si l'on regarde le marché mondial, cependant, nous voyons clairement à quel point ces investissements sont en réalité modestes. Les experts de McKinsey prévoient un volume de 115 milliards d'euros d'ici 2025 - et une augmentation annuelle de 25 %. En 2030, l'industrie chinoise veut gagner l'équivalent de 126 milliards d'euros par an grâce à l'intelligence artificielle.

Les États réagissent lentement

Ces chiffres montrent clairement à quel point il est difficile pour les États de tenir le rythme. Les grandes entreprises sont beaucoup plus flexibles pour s'adapter aux nouvelles technologies, et elles doivent aussi tenir compte de moins de choses. Le fait que des entreprises comme Alphabet imposent déjà leurs propres lignes directrices pour la recherche et le développement en matière d'intelligence artificielle, alors que l'Allemagne se demande toujours qui devrait occuper les 100 chaires prévues, montre à quel point l'écart se creuse ici.

La situation en Chine est tout à fait différente, comme le montre une analyse récente du Handelsblatt : les entreprises technologiques chinoises ont rattrapé énormément de retard dans ce domaine, se sont souvent rapprochées de leurs concurrents de la côte ouest américaine et ont relégué les Européens à la troisième place, sans que le public occidental ne le remarque. Presque personne ne connaît encore iCarbonX. D'autres fournisseurs comme Alibaba, Baidu et Tencent sont déjà mieux connus. La conclusion est claire : ils sont tous dans une course non seulement contre leurs concurrents mondiaux mais aussi les uns contre les autres : celui qui établira les normes pour l'intelligence artificielle contrôlera également la base de l'économie de l'avenir.

En Chine, le géant de la technologie Alibaba est l'un des acteurs majeurs dans le domaine de l'intelligence artificielle et Min Wanli, spécialiste en chef des données chez Alibaba, donne un aperçu de l'importance de cette technologie. Dans ce domaine, les entreprises chinoises entrevoient la possibilité de jouer un rôle de premier plan dans le monde, en dépit du fait que les États-Unis sont toujours en tête de la recherche.

La Chine n'est pas là pour jouer

Avec AlphaGo, Google se vante ad'avoir battu pour la première fois un joueur de Go humain avec une IA. Min Wanli a lancé une pique au géant américain : "Il y a des entreprises qui investissent du temps dans les jeux de société - nous rendons les ambulances plus rapides. En fait, lors des essais de modèles en Chine, les ambulances circulent beaucoup plus vite qu'auparavant grâce à un contrôle dynamique et intelligent de la circulation. Cependant, Tesla est toujours clairement en avance sur ses concurrents dans le développement du véhicule complètement autonome.

Microsoft est également très actif dans le domaine de l'intelligence artificielle et aime souligner encore et encore quel genre d'aide la technologie devrait pouvoir apporter. La PDG Satya Nadella souligne dans une interview avec Wired combien l'intelligence artificielle peut aider les personnes handicapées. Avec le projet "AI for Humanitarian Action", il s'est fixé un certain nombre d'objectifs pour améliorer l'IA, y compris l'aide aux réfugiés et aux enfants. Ce projet à lui seul vaut 40 millions de dollars et ne représente qu'une fraction de l'investissement de Microsoft dans l'intelligence artificielle.

Le fait que de grandes entreprises se consacrent au développement de l'intelligence artificielle dans divers domaines est une bonne chose. Néanmoins, il est extrêmement important que les pays du monde ne laissent pas des entreprises privées empiéter sur leurs territoires. Après tout, l'intelligence artificielle n'apporte pas seulement des opportunités, mais aussi beaucoup de risques. Lorsque des optimistes de la technologie, comme Elon Musk, qui a depuis longtemps l'œil sur le voyage vers Mars, mettent en garde contre les dangers de l'IA, il est d'autant plus important que la réglementation nationale doit fixer des limites.

elon musk bei der
Elon Musk met en garde contre les risques de l'IA. © AFP

"Nous devons être très prudents."

S'adressant à Kara Swisher de Recode, Musk a récemment déclaré : " Comme l'IA est susceptible de devenir beaucoup plus intelligente que les humains, leur ratio d'intelligence est relativement similaire, voire supérieur, à celui entre un humain et un chat. Je pense que nous devons être très prudents avant de continuer à développer l'IA." D'autres experts tirent également la sonette d'alarme, même Stephen Hawking avait fait part de ses inquiétudes sur ce sujet. Pour que le développement se fasse dans une direction sûre et efficace, les gouvernements et les institutions publiques doivent prendre l'initiative, et non seulement se contenter d'être spectateurs.

Il ne faut pas être trop négatif vis-à-vis de l'Allemagne et de l'Europe. Les possibilités de s'impliquer dans la recherche sur l'IA et les industries connexes - et d'en tirer de l'argent - sont là, et elles sont également multiples. Mais le laps de temps pour obtenir un rôle de premier plan dans ce domaine est de plus en plus court. L'Europe devra vraiment faire beaucoup de travail pour arriver à rattraper les États-Unis et surtout la Chine.

Où pensez-vous que le voyage de l'intelligence artificielle nous mènera ?

1 commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • HFE depuis une semaine Lien du commentaire

    L'intelligence artificielle n'arrive pas qu'en 2017 mais étudiée depuis très longtemps, (la personne ayant écrit cet article était peut être pas née)... J'observe depuis quelques mois que le marketing se jette sur ce concept comme une abeille sur de la confiture. Existe t'il seulement une personne à la rédaction qui puisse m'expliquer la différence entre un algorithme et l'intelligence artificielle. Merci de l'info...

Articles recommandés