Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur.

3 min de lecture 11 partages 5 Commentaires

Google lâche Motorola et le revend à perte à Lenovo : pourquoi ?

C'est officiel : Google se sépare de Motorola, qu'il avait acquis pour 12,5 milliards de dollars il y a presque 2 ans. Le géant d'internet a décidé de revendre la marque au constructeur chinois Lenovo, en plein expansion dans le monde entier, pour 2,91 milliards de dollars. Pourquoi cette décision, et surtout : pourquoi vendre à perte une marque qui commençait tout juste à reprendre de l'aile avec le Moto G et le Moto X

Motorola logo lenovo
© Motorola; Google; Lenovo/AndroidPIT

Il faut avouer qu'avec le succès grandissant de Motorola, rien ne laissait penser à une séparation aussi rapide avec Google. Mais le couple Google-Motorola, malgré les apparences, n'a pas réussi à fonctionner aussi bien que tous deux l'auraient espéré. Motorola a perdu au dernier trimestre environ 248 millions de dollars : un vrai poids lourd pour Google, qui a alors préféré s'en séparer. De plus, cela permet à la firme de MountainView de se "débarrasser" d'une partie de la masse salariale de Motorola, qui représente tout de même 4000 emplois, soit 10% du nombre d'employés chez Google.

Ces points étaient-ils si négatifs pour que Google perde plus de 9 milliards à l'échange ? Non. En réalité, Google ne vend pas l'entièreté de Motorola à Lenovo : toute la partie Internet et télévision de Motorola avait déjà été revendue pour 2,4 milliards. Il nous reste une différence de 7,19 milliards, que Google va tenter d'amortir en gardant une grande partie des brevets de Motorola, qui sont d'ailleurs ce qui avait intéressé le géant au tout début. 

lenov
 © Lenovo

Outre les problèmes financiers, Motorola était pour Google une source de multiples accrochages avec les autres constructeurs Android, pour des raisons de conflit d'intérêt. Google pourra maintenant apaiser les relations avec Samsung, LG ainsi que HTC, majoritairement. Et c'est au final un bon coup pour Google : il a certes revendu la partie hardware de Motorola, source de conflit, mais il garde la partie intellectuelle avec les brevets Motorola. Même si il aura perdu quelque plumes dans la bataille, la firme de MountainView peut se le permettre au vu de son capital en réserve.

Lenovo aussi y gagne au change : la marque chinoise a enfin son ticket d'entrée pour les USA. De quoi aller directement à la banque, sans passer par la case départ. De plus, la marque a le vent en poupe en ce moment, c'était pour elle le meilleur moment pour acquérir Motorola, peu après avoir annoncé son intention d'achat des activités de serveurs chez IBM. 

Quel sera l'avenir de Motorola Mobility chez Lenovo ? 

11 partages

5 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :

  • les brevets qu'est ce que c'est?


    • Plutôt compliqué. Il faut d'abord connaître la "couverture" du brevet (international ou national ou multi national). Ensuite il faut déposer un dossier qui revient assez cher et qui décrit le dispositif le plus précisément possible, tout en s'assurant qu'il n'existe pas par ailleurs un dispositif breveté similaire. Toute l'astuce des grandes firmes consistera quelquefois (afin de ne pas payer de droits de licence) à introduire une ou quelques variantes dans son brevet. Aujourd'hui les grandes firmes, Américaines en premier lieu usent et abusent de cette technique en déposant des brevets sur tout et n'importe quoi (le brevet Apple sur le rectangle aux coins arrondis par exemple).Même les brevets sur les fonctionnalités des écrans capacitifs sont une vaste fumisterie, car le principe et les possibilités de ces contacts capacitifs sont connus depuis plusieurs décénnies. Cette technique de "brevettage" à tout va sert uniquement à "bloquer" plus ou moins un concurent. .


  • En même temps c'était ou les nexus ou les motorola . Google a lâché les motorola .


  • Il faudrait connaître le nombre et surtout la nature des brevets (au moins des principaux), les grosses sociétés Américaines ayant tendance à déposer des brevets pour tout et son contraire. Apple n'en a pas (encore) déposé pour le fil à couper le beurre.... mais peu s'en faut !
    Il est donc difficile d'estimer la valeur du portefeuille "brevets".

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations