Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Topic Day 4 min de lecture 4 Commentaires

Accessoires connectés : les futures ceintures de sécurité pour notre santé

Voilà déjà une quarantaine d'années que la ceinture de sécurité est obligatoire en voiture. A l'époque, cette mesure ne faisait pas l'unanimité mais aujourd'hui c'est devenu l'une des bases de la conduite. En une dizaine d'années, les accessoires connectés et les nouvelles technologies feront également partie de notre quotidien. Ce seront en quelques sortes les ceintures de sécurité de notre santé.

Le corps humain dispose d'une réception sensorielle compliquée. Si un virus se répand dans le corps, il est automatiquement détecté comme un ennemi. Dans notre cerveau, chaque processus arrive souvent lorsqu'il est déjà déclenché, c'est à dire lorsque des symptomes apparaissent et/ou la maladie s'aggrave. Le diagnostic permet ensuite de trouver l'origine du problème, c'est à dire par exemple un collègue malade qui nous a contaminés, ou encore le kebab d'avant-hier qui est mal passé.

Réception sensorielle

La technologie peut ici montrer différents niveaux d'efficacité. En janvier, une étude de l'université de Standord indiquait que l'utilisation de certains accessoires connectés permet de détecter plus tôt les maladies, par exemple grâce à l'analyse du pouls ou la mesure de la SpO2. Lors d'infections virales, c'est plutôt un avantage : plus vite on découvre le problème, plus vite on peut le résoudre.

Ainsi, certains résultats d'études scientifiques sont tellements impressionnantes que la fréquence cardiaque, la température de la peau et la saturation en oxygène ont encore de longs toujours devant elles. Il est par exemple possible d'analyser la concentration de bilirubine dans le sang grâce à des capteurs photométriques. La présence de cette substance indique une intoxication ou des dégats au niveau du foie. 

Grâce à différents appareils, les fabricants peuvent ainsi accéder à toutes ces informations sur notre corps. Du nombre de pas à la qualité de sommeil, en passant par le nombre de calories brûlées,le nettoyage de dents ou le soin des cheveux.

AndroidPIT wearables First aid
De nombreux appareils peuvent enregistrer vos données santé. © AndroidPIT

Grande base de données santé

Pour chacun d'entre nous, ces données seront incroyablement importantes. En lien avec d'autres information, ces accessoires connectés peuvent jouer un énorme rôle sur le contrôle des pandémies. D'ailleurs, Bill Gates a récemment abordé le sujet des épidémies.

Est-ce que nous devons partager nos informations personnelles si cela peut sauver des millions de vies ? Est-ce que nous devons partager notre position GPS pour arriver à suivre le taux d'expansion d'une maladie ? Faut-il partager les informations de nos réseaux sociaux ou de notre calendrier pour comprendre comment la maladie s'est propagée, voire pour l'anticiper ?

Un autre sujet qui fait réfléchir est celui de l'exploitation des données. Les systèmes apprennent tout seuls et leur complexité est absolue. Quelles sont donc les limites de cette intelligence ? La priorisation de l'attribution des vaccins ? Le prélèvement ciblé pour faire des analyses sur les virus ? A un changement dans notre quotidien, voire même une intervention pour mettre en sécurité des gens en danger ?

Il y a encore une chose à prendre en considération : actuellement une grande majorité de ces entreprises fitness ont leurs serveurs aux USA. Que se passera-t-il si la situation politique internationale s'envemine ?

Interview avec withings

Au niveau du bien-être et de la santé, il n'y a pas un seul fabricant qui soit aussi compétent que Withings. D'ailleurs, je suppose qu'il n'y a aucun autre fabricant dans ce secteur de marché qui ait connu une évolution comme la sienne dans ces derniers mois. Ce fabricant français a été racheté par Nokia l'année dernière.

Lors du MWC de Barcelone, nous avons eu la chance de parler à Cédric Hutschings, PDG et vice-président du département Digital Health (santé numérique) de Nokia, notamment au sujet des accessoires connectés et du futur du système de santé. Vous découvrirez dans la vidéo (en anglais) ci-dessous ce qu'il en est ressorti.

Ce qu'il faut retenir, c'est une vision qui peut aujourd'hui surprendre ou faire peur à certains, mais d'ici quelques années cela peut sauver la vie de millions de gens. Bill Gates, par exemple, trouve réaliste qu'une épidémie emporte 30 millions de personnes d'ici 10 ou 15 ans. Nous pouvons être récalcitrants aujourd'hui mais un jour tout cela pourrait faire ses preuves.

Rappelez-vous, nous avons connu cela jadis également. Lors de l'introduction de la ceinture de sécurité, la contreverse était forte et beaucoup de gens avaient l'impression qu'on leur forçait la main. Ceux qui portaient une ceinture étaient parfois considéré comme des peureux ou des bobos, il y a même eu des histoires de personnes qui n'ont pas pu s'échapper de leur voiture en flammes à cause de la ceinture, ou que le port de la ceinture est mauvais pour la poitrine des femmes

Pourquoi devrions-nous alors refuser de prendre des mesures pour éviter d'en arriver là ? Ne faudrait-il pas plutôt adopter cette nouvelle technologie qui peut tant pour nous ?

4 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • c'est chouette ça, bientôt nous n'aurons plus besoin d'alcootest et nous ne craindrons plus la cirrhose du foie en étant prévenu bien en amont des symptômes, protégés par les correctifs distillés depuis des poches de médicament embarquées greffées sous la peau :))


  • Si des décisions politiques (au sens le plus noble du terme) deviennent du ressort des entreprises internationales, ou non, il est clair qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas correctement dans notre société.
    Bien sûr, nos hommes (et bien peu de femmes) politiques ne peuvent pas anticiper ce que les technologies peuvent produire aussi rapidement et leurs intérêts personnels (sic) ne les poussent que rarement à être suffisamment renseigné sur ces différents problèmes pour alerter l'opinion des interrogations ou des menaces potentielles qu'elles recèlent.
    Le côté éblouissant que peuvent produire ces nouvelles technologies ne doivent pas faire oublier que nous (la société) jouons en même temps aux apprentis sorciers. Ce n'est pas nouveau, depuis la maîtrise du feu l'homme prend des risques mais depuis quelques temps (je reste volontiers flou sur ce terme car personne n'est vraiment d'accord) il est plus difficile de déterminer jusqu'où peut-on aller sans mettre gravement en danger l'espèce humaine.
    Je n'insiste pas trop sur les intérêts industriels et financiers qui sont mis en jeu, le système économique et médiatique s'en charge bien.
    Je n'aurai pas la prétention de déterminer seul jusqu'où peut-on aller, les décisions à prendre doivent faire l'objet de débats publics et contradictoires et pas réservé seulement aux seuls spécialistes bien que leurs connaissances soient nécessaires.
    Ces problèmes sont d'abord humains avant que d'être purement techniques.


  • Tout cela est désespérant et tout ceux qui ne pourront pas rentrer dans le moule ils vont en faire quoi ?
    On va les exclure pour ne pas contaminer les autres, ils seront mis sous tutelle,sous surveillance car potentiellement dangereux.
    Il y aura le clan des straight edge et les " autres".
    Il n'y aura pas que du bien si la technologie évolue dans ce sens.


    • Non, ils disparaîtront faute de soin et de reproduction. Seules subsisterons les espèces élevées dans le moule et s'adaptant aux substances mises en circulation pour les développer.

Articles recommandés