Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Le créateur de l’Oculus Rift se joint au controversé Project Maven

Le créateur de l’Oculus Rift se joint au controversé Project Maven

Projet Maven, le projet du ministère américain de la Défense pour tirer parti du machine learning et de l'IA pour améliorer les drones militaires dans l'identification des cibles et la collecte de renseignements, a fait la une des journaux l'an dernier lorsque Google s'est retiré de l'initiative à la suite de manifestations internes. Anduril, qui appartient à Palmer Luckey, le créateur de l'Oculus Rifet, est idéologiquement engagé dans la guerre technologique, et c'est lui qui va jouer le rôle du remplaçant.

Un rapport de The Intercept révèle que la société de défense de Palmer Luckey, Anduril Industries, a remporté un contrat pour soutenir le Project Maven en décembre 2018. Anduril accompagnera également le Joint Artificial Intelligence Center.

Google a choisi de se retirer du projet à la suite d'une révolte interne de ses propres employés, créant alors un débat public plus large sur le rôle des technologies et notamment des grandes entreprises du secteur, dans le développement d'armes mortelles. Le patron de Microsoft, Satya Nadella, a récemment défendu le contrat militaire de l'entreprise impliquant l'HoloLens 2 après que les employés de Microsoft aient commencé à protester. Mais Anduril, du nom de l'épée d'Aragorn dans Le Seigneur des Anneaux, est sans conteste une société de défense dédiée à la fabrication d'IA pour la guerre et la sécurité frontalière, il est donc peu probable que nous assistions à une réaction similaire. Incidemment, un message que l'on peut retirer du Seigneur des Anneaux est qu'il vaut mieux détruire une arme plutôt que de risquer la corruption ou les abus potentiels qu'elle peut apporter.

palmer lucky wikipedia
Palmer Lucky, le fondateur d'Oculus. © Wikipedia

Anduril dispose déjà d'un système de reconnaissance d'objets appelé Lattice, qui utilise le machine learning pour balayer une frontière ou une zone de champ de bataille et livrer ce que Luckey appelle une "omniscience parfaite" aux soldats sur le champ de bataille. Ces derniers devraient alors être parfaitement conscients des menaces potentielles et des objets qui les entourent et ainsi être capables de diriger des drones et des armes autonomes pour faire mourir de loin.

Palmer Luckey s'est d'abord fait connaître par le développement de ce qui allait devenir les casques de réalité virtuelle Oculus Rift quand il n'était qu'un adolescent, et le jeune entrepreneur a ensuite vendu Oculus à Facebook pour plus de 2 milliards de dollars. Mais son temps sous l'égide de Zuckerberg a été de courte durée, puisque Luckey a été évincé en 2016. Zuckerberg a soutenu devant le Congrès que ce n'était pas à cause du soutien de Luckey à la campagne Trump, mais le co-fondateur d'Oculus a fait un don à la fois aux groupes militants pro-Trump et à la campagne électorale de Trump.

Indépendamment de la vérité qui se cache derrière son départ de Facebook, il semble que Luckey ait trouvé un foyer qui lui permettra de soutenir l'administration actuelle avec un engagement idéologique total. Alors que l'armée américaine continue à développer l'IA pour accroître l'efficacité au combat avec l'aide de partenaires volontaires, ceux qui s'inquiètent des paramètres éthiques ne peuvent continuer à compter sur les protestations des employés - au contraire, le gouvernement lui-même doit être tenu responsable.

Que pensez-vous du partenariat de la Silicon Valley avec le Pentagone ?

IA

Articles recommandés

1 commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Il démontrerait sans fard l'insensibilité complète et assumée du monde des affaires avec les conséquences facilement imaginables autant que catastrophiques qu'elles finiront pas provoquer si une conscience humaniste (censé être le moteur de l'innovation dans la Silicon Valley après les années 68) ne s'oppose pas à ce funeste destin.

    Je parle au conditionnel par pitié pour les jeunes générations, celles qui ont le plus besoin d'un idéalisme revigorant par ces temps bien peu propices à la légèreté et aux valeurs positives qui animaient encore (un peu ?) l'humanité ces dernières décennies.

    Je ne sais jamais s'il faut vraiment être pragmatique en décrivant la réalité telle qu'on peut la constater quand "on ne détourne pas la tête ailleurs" ou conserver un regard positif et léger en imaginant des solutions aux infos comme celle-ci ou de trop nombreuses autres qui se bousculent de plus en plus dans nos médias.
    Bien que je penche rarement 😉 vers la première solution...