Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Offre famille : Spotify veut maintenant vos données de localisation pour éviter les abus

Offre famille : Spotify veut maintenant vos données de localisation pour éviter les abus

Spotify veut désormais savoir où vous vous trouvez afin d'éviter les abus pour les comptes familiaux. Le service de streaming aimerait encourager les utilisateurs à opter pour d'autres abonnements.

En août, Spotify avait déjà modifié ses conditions générales pour l'abonnement Premium Spotify Famille afin d'obliger les utilisateurs à signaler leur emplacement de temps à autre. La marque voulait s'assurer que les utilisateurs d'un tel compte familial appartiennent effectivement à la même famille. Aujourd'hui, d'après plusieurs utilisateurs, il semblerait que les nouvelles conditions entreront progressivement en vigueur dans nos contrées, comme ce fut le cas aux Etats-Unis le 5 septembre et en Irlande à la fin août. Les utilisateurs disposent d'un délai de 30 jours pour accepter ou rejeter les nouvelles conditions générales de Spotify.

Spotify a introduit l'abonnement famillial pour permettre aux familles et aux colocations d'utiliser un compte partagé. De plus en plus d'utilisateurs, cependant, ont saisi le terme "famille" assez largement et ont donc simplement partagé le coût du service de musique populaire en continu à partager et à réduire. Un seul utilisateur paie 9,99 euros par mois pour Spotify Premium, le compte familial de 14,99 euros peut être utilisé par un maximum de six personnes, qui ne paient alors que 2,50 euros par mois.

Est-ce que tout doit vraiment toujours être moins cher ?

L'offre complète de Spotify pour 2,50 euros par mois semble tentante au premier abord, bien sûr, et il paraît évident que Spotify essaie maintenant de bloquer cette tactique. Cependant, vous pourriez aussi avoir besoin d'une pensée pour les artistes qui offrent votre musique, vos podcasts, et d'autres choses sur Spotify. 

Bien sûr, Taylor Swift ou Ed Sheeran s'en fichent peut-être, mais les innombrables petits artistes se demandent de plus en plus si le travail en vaut encore la peine. Ce n'est pas parce qu'il y a du contenu sur le net qu'il ne vaut rien. Certaines personnes devraient y penser de temps en temps.

Source : CNet

Articles recommandés

13 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Et les étudiants loin des familles ? N'importe quoi ! Déserter Spotify ! ;)


  • Et quand tu es dans une famille éclatée, recomposée, qu'il y a des enfants très éloignés, il n'a pas pensé à ça Spotify ?


  • Luna depuis 3 mois Lien du commentaire

    Il y a surtout un problème avec les offres par abonnement qui ne peuvent pas s'ajouter sans limite à notre loyer, crédits, forfait téléphonique, facture EDF, impôt, taxes, redevance, péage, parking plus , plus nourriture , lecture, TV , on est arrivé au point de non retour , pas la peine de nous culpabiliser en plus , on fait tous ce qu'on peut avec nos revenus qui sont limités.


    • Arrête de tricher on te dit! Aïe aïe aïe! (je précise: c'est sur le ton de l'humour)


      • D'un autre côté, si elle-même était artiste, où si elle avait dans son entourage propre des artistes, qui se voient privés d'une plus ou moins grande partie de leurs revenus, et contraints à vivre de moins en moins bien de leur(s) talent(s) (ce qui influe sur leur productivité, forcément... car alors il faut trouver un autre moyen de subsister, donc le temps consacré à leur art en prend un sacré coup).
        Mais, comme d'habitude, on ne pense qu'à sa " gueule " :(
        Les artistes ne sont pour rien dans sa consommation d'énergie, sa consommation immodérée à crédit, ses impôts... cela relève quasiment intégralement de sa seule responsabilité et de sa capacité à adapter son train de vie à ses revenus... elle ne peut pas rejeter son irresponsabilité sur les autres, c'est trop facile...
        Si on le privait, quasiment du jour au lendemain, de 80 % de ses revenus, elle dirait quoi ?
        Impossible de valider ses propos lénifiants...

        Un compte " famille " c'est fait exclusivement pour partager avec sa famille proche (enfants...), pas avec ses amis plus ou, moins lointains parfois, pour gruger et voler... agir ainsi, c'est du vol, et s'il y a trop d'abus, ce service finira par être supprimé, et elle aura tout gagné...


      • Eh bien j'ai une théorie (qui peut tout à fait être fausse, puisque c'est une théorie): je pense que ces plateformes de streaming musical offrent une opportunité incroyable aux petits artistes qui peuvent proposer directement leur musique sans passer par des labels ou par l'industrie musicale (Sony, EMI, etc). Cela leur offre une visibilité qu'ils n'auraient probablement pas sans le streaming ou les major...tout en leur évitant de se faire plumer par lesdites major.
        En tout honnêteté je pense que le streaming musical (et les pratiques déviantes de certains utilisateurs) font plus de mal à l'industrie dans son ensemble qu'aux artistes eux-mêmes, surtout les petits et/ou indépendants.


      • Luna depuis 3 mois Lien du commentaire

        RTL ne veut plus que Spotify diffuse sans contrepartie en Euros les Grosses Têtes sur sa plateforme , la BBC pareil pour ses podcasts , il y a quand même un gros problème sur nos habitudes radiophoniques et sur poste cassette qui n'étaient pas sur abonnement.
        Alors avant desolée mais la radio était gratuite et sans connexion et ça ne posait de problème à personne d'enregistrer ses émissions , sa musique.


      • Le gros problème dans ton raisonnement, c'est que les " gros " artistes (les plus vendeurs, les plus écoutés) ont la capacité de négocier leur présence et d'obtenir un meilleur taux de rémunération (la plateforme réduit alors sa marge mais se rattrape sur la quantité d'écoutes), ce que ne peuvent pas faire de petits artistes indépendants.
        La seule solution pour ces petits indépendants est de tout faire par eux-même, être auteur, compositeur, interprète et éditeur pour cumuler les revenus et en reverser le moins possible à des tiers. Le plus intéressant étant d'avoir un certain succès, de créer sa propre structure (label) et de négocier un contrat de licence auprès d'une major (ce qui se fait beaucoup dans le rap...), plus rémunérateur, ce qui se permet de se concentrer sur l'artistique et de confier les taches subalternes (distribution, promotion... très chronophage... et qui nécessite un réseau, du personnel...) à la major. L'idéal étant aussi de se muer en producteur de spectacles pour gérer soit-même ceux-ci et gagner davantage, en reversant moins à des tiers... mais c'est un métier, pas évident...
        De plus en plus, la création artistique (de l'album, de la musique ) devient un moyen de communication pour se faire connaître du public, obtenir un certain succès et engranger un maximum de prestations scéniques rémunératrices (d'où les cachets des artistes qui explosent, pour compenser la perte de rémunération consécutives aux ventes du support [cd, vinyles, écoutes digitales...]). C'est un secteur professionnel que je fréquente, et dont je fais plus ou moins partie, donc tu as de la chance, je m'y connais :)


      • Merci, c'est très intéressant!
        Donc, pour en revenir aux "petits" artistes, ce serait quand-même plus intéressant financièrement de signer avec une major que de compter sur les revenus du streaming?


      • Effectivement il n'y a pas d'abonnement aux chaines de radio mais tu payais quand-même sans t'en rendre compte: radios publiques financées par l'argent publique (tes impôts), radios privées financées par X ou Y, tu écoutes des pubs, tu payes une redevance TV/radio (en Suisse en tout cas).
        L'argent que les radios gagnent leur permet ensuite de payer les droits de diffusion pour la musique que tu y entends.
        Je ne suis pas expert dans le domaine, loin de là, mais je ne pense pas me tromper.


      • Luna depuis 3 mois Lien du commentaire

        Et sauf erreur de ma part , tu continues à financer le service public qui demande un retour en euros à Spotify, ce qui finira par augmenter ton abonnement et même tes impôts aussi CQFD, on se fait avoir de tous les côtés


      • Exactement. Les commerces qui diffusent de la musique (que ce soit radio on non) paient aussi un droit à la SACEM (ou autre organisme dans d'autres pays). La radio, on peut aussi l'écouter via l'application officielle de ladite radio, ou, pour les indépendantes, via des applications comme Tunein, Lesindésradio, Radiocampus... alors, franchement, c'est quoi cette plainte stupide de Luna ?


      • Luna depuis 3 mois Lien du commentaire

        Retourne dans le contexte, on parle du cas Spotify et de son offre premium.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition