Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Twitter: La fonction "Avez-vous bien lu cet article?" pour les Retweets face au putaclic

Twitter: La fonction "Avez-vous bien lu cet article?" pour les Retweets face au putaclic

Twitter a annoncé mercredi 10 juin tester une option invitant ses utilisateurs à lire un article avant de le retweeter. Un outil qui responsabilise les lecteurs et veut limiter la propagation de fake news. Mais les personnes qui retweetent un article en n'ayant lu que le titre ne sont qu'une partie du problème. Quid du putaclic? 

Sur Android, Twitter teste chez certains utilisateurs le déclenchement d'une fenêtre de validation si vous partagez un article sans l'avoir ouvert dans l'application, et donc potentiellement sans l'avoir vraiment lu. Lorsque vous retweetez un article, mais que vous n’avez pas cliqué sur le lien dans l’app Twitter, le réseau social vous demandera si vous êtes bien certains de vouloir le partager sans l’avoir lu.

Responsabiliser les lecteurs, c'est très tentant. Lorsque que j'ai vu passer l'annonce de Twitter hier, je me suis dit qu'il faudrait une telle fonctionnalité pour la section commentaires de chaque média en ligne. De quoi décourager les "keyboard warriors" de pourrir le débat sous un article. 

Mais c'est un peu trop facile faire peser la moralisation des comportements en ligne sur les internautes uniquement, en oubliant le rôle des médias comme nous, AndroidPit. 

Réfléchir avant de retweeter et réfléchir avant de titrer vont de paire

Le RT est un outil puissant souvent détourné pour propager des fake news ou des contenus trompeurs. Détourné de sa fonction initiale de partage, c'est une arme accessible à tous les utilisateurs pour appuyer un lobbying de masse autour d'une idée, d'une opinion. La tyrannie de la majorité et la loi de celui, ou plutôt ceux, qui crient le plus fort. 

Cela n'a rien de nouveau et c'est un peu tard pour Twitter d'avoir cette prise de conscience. Mais le plus vicieux dans l'acte de retweeter, c'est que c'est facile. Pas besoin de commenter, pas besoin d'ouvrir l'article, il suffit de le partager pour qu'il apparaisse sur le fil d'actualité de nos followers, puis le leur, et ainsi de suite. 

C'est un acte fainéant dont on est presque tous coupables et ce n'est pas plus mal que Twitter nous invite, un peu tard certes, à faire un peu plus d'effort intellectuel avant de partager un contenu. Surtout quand ce contenu est trompeur.

Le problème, prenons le cas du complotisme car c'est bien ce qui est visé ici par cette nouvelle option. Imaginons un exemple absurde dans lequel j'aurais un biais cognitif et que je serais convaincu que les antennes 5G propagent le Covid-19. Je ne vais de toute façon pas lire un article que je retweete à ce sujet s'il conforte mon biais. Par contre je vais vouloir le retweeter si son titre exprime une idée, bien que trompeuse, en accord avec mes opinions. 

C'est là tout le problème, les gens ne lisent plus que les titres des articles. Et si ces titres sont trompeurs, peu importe qu'on nous invite à lire les articles, ils contribueront à propager la désinformation. 

Dernier cas d'école: la censure du film "Autant en emporte le vent" par HBO

Le 9 juin, la plateforme de SVOD HBO Max a décidé de retirer le film Autant en Emporte le Vent (1939) de son catalogue temporairement, le temps de créer des ressources pédagogiques qui seront ajoutées au film, pour contextualiser certaines scènes aux relents clairement racistes.

Le long-métrage sera bientôt remis en ligne et ne sera pas modifié, a confirmé la plateforme. Pourtant, de nombreux titres d’articles en ligne se sont focalisés sur le retrait du film, sans préciser qu’il s’agissait d’une suspension et non d’une censure. 

Pourtant, de nombreux articles de la presse généraliste ont omis cette nuance dans les titres de leurs premiers articles. Forcément, les parangons de la liberté d'expression ont crié à la censure, au Diktat de la pensée unique politiquement correcte. Alors qu'en réalité, il suffisait de lire les articles pour comprendre qu'il n'y avait aucune censure. Mais c'est aussi ça le problème: il aurait fallu que cette info soit dans le titre! 

Le temps de cerveau disponible décroît d'année en année et il est presque vain d'espérer qu'un internaute lise tous les articles auxquels il est exposé à longueur de journée. Par la force des choses, un article sera toujours majoritairement partagé par des personnes n'en ayant lu que le titre. 

C'est un problème, mais ça l'est encore plus lorsque le titre, putaclic, passe sous silence un élément décisif à la compréhension d'une actu. Si dès le titre, il avait été précisé que le film n'allait pas être supprimé, la confusion en partie causée par les RT massifs d'articles aguicheurs aurait été limitée. 

C'est donc un bon pas en avant de responsabiliser les internautes sur Twitter. Mais si on dit souvent qu'on a la presse qu'on mérite, cette même presse a aussi les lecteurs qu'elle mérite. La lutte contre la désinformation est une responsabilité collective et elle passe aussi par une moralisation de la publication d'un contenu, pas uniquement de son partage sur les réseaux sociaux. 

À lire également sur AndroidPit France: 

Derniers Articles

Articles recommandés

5 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Konsau depuis 3 semaines Lien du commentaire

    Mais inciter les retweeteurs fous à réfléchir, n'est-ce pas trop demander ?


  • louis hory depuis 3 semaines Lien du commentaire

    Faut-il comprendre en creux que lire 140 ou 280 caractères relève de l'exploit, aujourd'hui ? C'est vrai qu'il est ENCORE bien plus facile d'appuyer sur un bouton après avoir entrevu 4 mots plutôt que de s'astreindre à lire un maigre contenu.

    La facilitation technique du aux réseaux dits sociaux (ou aux zones de commentaires 😉) ne montre-t-elle pas ainsi la limite de ses possibilités.
    Après un premier temps très enthousiaste où chacun s'extasiait de ses possibilités pour échanger avec qui on le désirait, des biais sont apparus qui montrent aussi ce que valent les être humains maîtrisant plus ou moins médiocrement cette technique (ainsi que les applis pas forcément bien adaptées au but recherché)

    Il apparait, du coup, plus visiblement, que l'humain ne peut visiblement pas s'adapter aussi vite que la technologie évolue. Pour éviter d'affronter directement ce problème, il tergiverse en repoussant ce qui visiblement le déroute ou le dépasse.
    Faut-il s'en étonner ?
    Chacun sa réponse et j'ai aussi la mienne.

    Disons que les idées développées par Jacques Ellul dans "Le Système Technicien" correspond à ce que je pense... et cela dépasse largement les 280 caractères 😉


  • Luna depuis 3 semaines Lien du commentaire

    J'aurais préféré le guide sur Android 11 bêta annoncé hier, peut être plus tard dans la journée avec le Xiaomi redmi 9 disponible en France et le Mi Band 5 annoncé en Chine ?


    • Antoine Engels
      • Mod
      depuis 3 semaines Lien du commentaire

      Oui, ça arrive. C'est ma consœur Kirsten qui s'en occupe pour le site allemand. Mais c'est prévu sur le site FR aujourd'hui, rassure-toi ;)


    • Hors sujet : As tu vu que MyChromebook a publié cet après-midi un test complet du Lenovo IdeaPad Duet Chromebook, franchement bluffant, avec quelques petits défauts mais largement compensés par le petit prix du bijou (300 euros , clavier et cover inclus) :) Il donne diablement envie.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition