Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Opinion 7 min de lecture 18 Commentaires

Débat sur le danger des jeux vidéo : un faux débat qui embête tout le monde ?

Voilà des années déjà que les joueurs se retrouvent sous les feux des projecteurs : le gaming serait dangereux pour leur santé mentale et, par extension, pour la société. C'est du moins ce qu'affirment certains professionnels, au grand dam des joueurs qui crient sous tous les toits que de tels propos sont une aberration. Nous entendons tout et n'importe quoi sur le sujet. Je tenais à faire le point.

Une étude a récemment relancé le débat. La conclusion des investigateurs de cette étude est on ne peut plus claire : les jeux vidéo (et particulièrement ceux qui ont pour moteur la violence) peuvent influencer les gens, plus particulièrement les enfants, et entraîner le développement de comportements violents. Sans grande surprise, ces résultats déplaisent aux gamers, comme en témoigne l'article de mon collègue Christopher, ils se sont sentis une nouvelle fois condamnés par l'opinion publique. Incompris, ils se sentent rabaissés au rang de délinquants victimes de troubles psychologiques. Etant simplement un joueur occasionnel, je peux donc m'exprimer avec une vision externe de la situation.

Attention à l'interprétation : l'influence ressentie est propre à chacun

Comme toujours, il est important de prendre du recul pour interpréter les résultats de ce type d'étude. Concrètement, nous cherchons à obtenir une réponse très simple ("est-ce dangereux : oui ou non") à une situation très complexe. Oui, c'est très complexe car il est incorrect de généraliser ce qui touche à la psychologie : chaque personne a une personnalité propre, forgée sur de nombreux facteurs (notamment sociaux et économiques). Pour cette raison, chaque personne soumise à une même influence - quelle qu'elle soit - peut donc assimiler l'information différemment et par conséquent ressentir une influence différence. Une expérience de vie pouvant affecter chaque personne différemment, cela signifie donc que si les jeux vidéo peuvent affecter un joueur, pour une même expérience ils peuvent très bien ne pas affecter un autre joueur de la même façon.

20180829 122525
Le jeu vidéo évolue, allons-nous vers de nouveaux problèmes ? © AndroidPIT

Pour cette raison, les études de ce type ont une portée purement statistique et non personnelle, cela signifie que chaque cas peut être différent. En d'autres termes : si vous avez joué toute votre enfance à un jeu vidéo violent, il est (théoriquement) possible qu'il ait traumatisé votre voisin et qu'il ne vous laisse aucune conséquence. Malgré tout, ce genre d'études permet de voir les tendances et de saisir le problème dans sa globalité, ce qui est très intéressant.

La violence : le mal nécessaire du jeu vidéo ?

Les jeux vidéo violents ont toujours eu une très bonne réputation auprès des gamers et une très mauvaise réputation auprès des non gamers. Comme l'avait signalé Christopher dans son article, les jeux vidéo ont le mérite de faire "travailler" plusieurs choses (par exemple les réflexes, dans certains jeux) mais le seul élément que les non gamers voient est l'aspect le plus visible. Dans le cas des jeux violents, c'est bien entendu la violence, le sang, la cruauté, la mort etc. Qu'on le veuille ou non, l'envie de tuer des gens dans un jeu vidéo pose un problème de morale (mais c'est socialement plus facilement accepté puisque tout se passe virtuellement), à chacun de se faire son opinion sur le sujet, il faudrait une dissertation sur la morale pour faire avancer le débat. Le problème est le suivant : qu'on puisse parler de morale ou non, l'aspect négatif est ce qui attire le joueur.

AndroidPIT android rpg games 8067
Le jeu est diabolisé. © AndroidPIT

Pour intéresser les utilisateurs, un jeu / film / livre doit susciter leur intérêt. Qui s'intéresse à quelque chose où tout se passe bien ? Un histoire dans laquelle tout le monde est heureux et rien ne vient entacher le bonheur des personnages ? Ce que les gens veulent voir dans le multimédia, c'est un savant mélange entre des aspects négatifs (morts, violences, etc) et positifs (amour, humour, etc). Le choix et la manière selon laquelle ces émotions/thématiques sont utilisées permettent à chaque oeuvre de se distinguer des autres, et l'association violence/mort est un grand domaine de prédilection du jeu vidéo. D'un certain point de vue, il est possible donc de considérer ceci comme une normalisation de la violence, faut-il alors en conclure que les films et romans qui délivrent le même genre de messages sont alors à mettre dans le même panier ?

Le jeu vidéo a un petit côté plus sournois. Un livre ou un film plonge son lecteur/spectateur dans la passivité, dans le sens où il n'a aucun impact sur les événements qu'il voit/lit. Dans un jeu vidéo, il y a une légère nuance : le développeur du jeu vidéo place le joueur dans une situation où il exerce lui-même la violence. Est-ce que cela peut conditionner l'individu à devenir violent ? Nous en revenons à l'interprétation abordée au début de l'article. 

netflix
S'isoler pour regarder un film violent ou s'isoler pour jouer à un jeu vidéo violent. Même combat ? © ANDROIDPIT

Quid des autres jeux vidéo ?

Les jeux violents sont considérés comme les plus dangereux en termes d'influence psychologique, autant par cette dernière étude que par l'opinion générale (notamment les parents). Ce dernier point s'explique notamment par les valeurs de notre société où la violence est très mal considérée alors que les tâches plus "intellectuelles" (la stratégie, par exemple) et sportives sont mises en avant. 

Ceci est d'autant plus paradoxal du fait que si l'on creuse le sujet, certains jeux de stratégie guerrière / de combat posent un problème de moralité eux aussi plus puisque dans beaucoup d'entre eux il s'agit non seulement d'exterminer ses ennemis mais en plus d'élaborer toute une stratégie pour y arriver. Bref, le paradoxe de la morale dans le jeu, dynamisé par la compétition. Bref, cela montre que les critiques sont parfois discutables, les jugements quelque peu bancals et des détracteurs bien heureux que des études scientifiques viennent les appuyer à tatillons. 

AndroidPIT strategy games android 6202 2
Est-il moral de vouloir tuer toutes les troupes de son adversaire pour prendre son territoire ? Vous avez 4 heures. © AndroidPIT by Irina Efremova

Pour résumer, seuls deux facteurs sont importants ici : la conception de la morale dans le jeu vidéo qui oriente le débat, et la véritable influence des jeux sur l'individu. Ce dernier point se détermine sur tellement de facteurs personnels, sociaux et économiques qu'il est difficile d'en tirer une généralité.

Le joueur a malgré tout des responsabilités

Le joueur a tendance à jouer la carte "personne ne me comprend, ce sont tous des vieux schnocks". Il a cependant certaines responsabilités ici. L'important (et la difficulté, pour les personnes les plus fragiles) est d'arriver à distinguer réalité et jeu vidéo. La plupart des joueurs (je l'espère, tout au moins) ne rencontrent pas de souci mais certains n'arrivent pas à avoir une vie sociale suffisamment variée (parler à des gens, pratiquer une activité physique ou autre activité intellectuelle en dehors des jeux, etc). Certains joueurs tombent alors dans l'addiction, un problème de société qui est reconnu qui avait énormément fait parler de lui dans les années 2000 avec des jeux tels que Counter Strike. Notez que l'OMS considère cette addiction comme une maladie.

Les parents ou, de manière plus générale, l'entourage, jouent ici un rôle important auprès des enfants notamment. Il est important d'imposer des limites de temps et de préserver un mode de vie sain, chose qui peut se perdre lorsque les gamers quittent le nid familial.

En bref, je ne pense pas qu'il soit possible de coller une étiquette à tous les gamers. C'est une histoire de dosage, d'habitudes de vie et de personnalité dans laquelle enfants gamers et parents ont un rôle à jouer. Et vous, qu'en pensez-vous ?

18 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Rebonjour
    J'avais oublié de dire que les reseaux sociaux ( facebook,instagram,watapps, twiter) pour ne citer que ceux ci , diffusent des videos ou photos trash ou violentess accessible rapidement par des enfants qui ont des telephones de +en + jeunes , et pour dire recemment un enfants de 5 ans avec un i pad a depensé 2000€ en achat dans l'appli.
    Donc qui est responsable ? bye @+


  • Prendre de la cocaïne je pense que c'est bien plus dangereux qu'un jeu vidéo 😂.
    Je dis ça je dis rien 😁😂


  • Bonjour
    Encore ce fameux debat les jeux videos, j'ai 61 ans et je joue a war thunder, avant c'etait cs apres battlefield, call of duty ect, ect , ect et je ne suis pas plus violent q'une autre personne qui ne joue pas, mais pour moi je garde par les jeux, la coordination, les refexes et l'analyse que je peux utiliser dans la vraie vie donc acte !!!!


  • skyrail depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Il y a d'autres jeux comme le tir au pigeon, où on finit par tuer par pur plaisir inconscient un VTTiste en le confondant avec un canard ou une biche.


  • skyrail depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Avis aux parents démissionnaires.
    Les jeux video ne sont pas dangereux. Seulement leur utilisation abusive.


  • Jules depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Prenons le contre-pied et partons du principe qu'on arrive à supprimer les jeux vidéos du monde actuel, la violence cessera-t-elle pour autant ?
    NON

    Reprenons nos livres d'histoires, les époques où aucune technologie ou aucun jeu vidéo n'existaient étaient elles dénuées de violence ?
    NON

    Si notre société paraît si violente, c'est aussi parce que les média ne porte l'emphase plus que sur ça.

    Si notre société est violente, c'est notre responsabilité commune à tous.

    Mais de dire que le jeu-vidéo est l'origine de la violence de la société actuelle, c'est tellement simpliste et loin de la réalité.

    Ce sont les conflits d'intérêts politiques économiques et religieux ainsi que les différences entre riches et pauvres qui ont toujours été vecteurs de violence dans l'histoire.


    • skyrail depuis 2 semaines Lien du commentaire

      les "mécréants" sont éclairés aujourd'hui. Merci Internet.
      Tout ce qui arrivé arrive simplement en accéléré grâce à la connaissance et la mis en pratique enseignée à distance.


  • Luna depuis 2 semaines Lien du commentaire

    " Il est important d'imposer des limites de temps et de préserver un mode de vie sain "

    Il y a plus de 200 000 enfants de moins de 13 ans victimes d'agressions sexuelles en France dans la vie réelle, c'est quoi un mode de vie sain ?

    https://www.bayard-jeunesse.com/actualites/bayard-jeunesse-realise-un-livret-de-prevention-des-violences-sexuelles-faites-aux-enfants/


    • skyrail depuis 2 semaines Lien du commentaire

      il suffit de couper le fil (de la console, d'internet...) et de proposer une activité plus saine, plus souvent, avec d'autres personnes. Pas laisser tout seul les enfants.


  • louis hory depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Globalement, je suis très proche des avis donnés dans cet article où de nombreux facteurs sont abordés et l'opinion exprimée est tout sauf outrancière.

    J'aurais tendance, tout en sachant que comparaison n'est pas raison, à voir des ressemblances entre la pratique des jeux et la pratique sportive.

    En effet, il est reconnu par des études sérieuses qu'une pratique trop intensive du sport (je ne me rappelle plus de la quantité exacte par jour ou par semaine) peut développer des réactions de violence sur l'entourage.

    Je pense sans vouloir l'affirmer trop fermement qu'une pratique maîtrisée et encadrée du sport comme du jeu, si la personne est bien consciente des effets négatifs qu'ils peuvent entraîner reste acceptable et peut-être un dérivatif à des contraintes de stress que n'importe quel individu jeune ou adulte peut rencontrer dans sa vie quotidienne.

    Il va sans dire qu'un jeune non adulte doit rester sous la surveillance de parents responsables et connaissant au mieux ce type de problèmes et si j'insiste sur ce point crucial c'est que je comprends bien que c'est loin d'être le cas partout surtout là où les phénomènes sociétaux dit de "l'enfant-roi" ou plus abruptement de laxisme parental se sont développés depuis une cinquantaine d'années.


  • PapounetUT depuis 2 semaines Lien du commentaire

    je n'ai vu aucun jeu vidéo où tu égorge des gens dans la rue avec un couteau.
    Pourtant...


  • Excellent article, bravo.👍👍👍 Très bonnes analyses et article très bien écrit.

    Deux remarques :

    1- Notre société est de plus en plus violente et je crois qu'absolument TOUT y contribue, les jeux violents sans doute un peu, mais aussi les films et séries, les actualités télévisées, les vidéos disponibles sur le web par tout un chacun et des tas d'autres choses sans doute. Je pense que c'est quelque chose qui est voulu, on a l'impression que tout est fait pour aller dans ce sens et que rien n'est fait pour aller dans l'autre. Certes, personne ne s'intéresse aux trains qui arrivent à l'heure, mais ça n'explique pas tout.

    2- Compter sur les parents pour limiter leurs enfants, c'est mal connaître beaucoup de parents de 2018. Non seulement beaucoup de parents sont irresponsables, ont baissé les bras et laissent leur gosses à peu près tout faire, avec pour résultat des générations d'enfants-rois capricieux et violents qui ne connaissent plus la frustration, mais de surcroît beaucoup de parents sont eux-mêmes addicts des mêmes maux. Un malade peut-il alors guérir un autre malade ? Ceci est facilement observable lorsqu'on a comme ma femme 25 ans de recul en tant qu'enseignant.

    Je ne suis vraiment pas optimiste quant à l'avenir de ce triste monde.


    • louis hory depuis 2 semaines Lien du commentaire

      Qu'une violence économique certaine puisse entraîner des réactions individuelles ultra-violentes est un constat qu'il est bien difficile de ne pas envisager, il n'y a se rappeler où se passent régulièrement des assassinats en séries toujours plus rapprochés et toujours plus ravageurs malgré une justice implacable où la peine de mort ne règle rien malgré son application intensive.

      Je fais le même constat que toi, Jérôme et tu n'en seras pas surpris...


    • skyrail depuis 2 semaines Lien du commentaire

      Beaucoup de parents sont dépassés, souvent trop fiers de leur progéniture pour oser imposer des limites raisonnables à leurs enfants.
      Ils ont parfois même peur de leurs réactions et reculent pour ne pas faire imploser la structure familiale.

Articles recommandés