Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

8 min de lecture 4 Commentaires

Voici ce que j'ai appris auprès d'un coach de Fortnite

Le succès phénoménal de Fortnite a rendu le jeu de battle royale incontournable cette année. Vos amis y jouent, vos enfants, vos stars et même vos sportifs favoris sont aussi dans le coup. Mais pour certains, jouer est insuffisant – ils veulent devenir les meilleurs pour gagner. Les coaches d’e-sports sont donc apparus pour répondre à la demande. Je me suis assis avec l’un d’entre eux pour une session d’entraînement, et au passage, voir ce que je pouvais apprendre sur Fortnite et le monde des entraînements aux e-sports.

Le phénomène des parents qui paient des leçons de Fortnite à leurs enfants a donné lieu à pas mal d’articles racoleurs cette année. Certains angles sont peu flatteurs, si l’on en croit la télévision et même le Wall Street Journal qui présente la motivation principale des parents comme la peur de voir les parties de Fortnite perdues mettre en danger leur travail à l’école.

Évidemment, une couverture sensationnaliste sur le ton de "nos pauvres enfants perdus" est rarement proche de la réalité, et c’est pourquoi j’ai décidé de saisir l’opportunité d’avoir une séance de coaching pour Fortnite moi-même. Au récent salon de jeux vidéo EGX de Berlin, je me suis assis pour une courte session de coaching et j'ai discuté avec Chris AKA chriZplosion, un entraîneur pro de GamerLegion, un portail en ligne pour solliciter des coaches sur plusieurs jeux vidéo populaires, dont Rocket League, League of Legends, et World of Tanks. Voici ce que j’ai appris.

Je jouais à Fortnite très, très mal…. Oups.

Tout d’abord, je dois avouer que Chris est très compétent, et j’ai appris beaucoup de choses sur Fortnite. J’aime le jeu, mais je ne peux pas dire que j’y sois très bon. Heureusement, j’ai fini l’école primaire depuis bien longtemps. Je suis meilleur sur des shoot ‘em up, et c’est d’ailleurs là le problème. Je jouais à Fortnite comme un sniper, alors qu’en réalité c'est plus compliqué que ça. D’ailleurs, c’est surtout tout le reste, à en croire mon coach.

Screenshot 20180904 110047 Fortnite
Les fusillades sont loin d’être le seul intérêt de Fortnite. © AndroidPIT (screenshot)

"Fortnite est, à 70%, un jeu de construction", déclare Chris, alors que l’on enclenche le mode Playground de Fortnite pour s’entraîner. Vu que j’ai joué, jusqu’à présent, au jeu sur Android et que les contrôles sur mon écran sont loin d’être idéaux, j’avais délaissé la construction, pensant que c'est une tâche fastidieuse et superflue (même si j’ai vu bien des ennemis sur smartphones y arriver sans peine) et je me suis concentré sur les cachettes, la quête d’objets et les fusillades.

Mais notre entraînement se faisait sur PC, et les touches du clavier pour positionner les matériaux de construction facilitent et accélèrent grandement les choses. Chris s’est attaché à m’apprendre les fondamentaux de la construction d’une rampe simple, jusqu’à une fortification en tour, avec fenêtres et portes. Il nous a fallu plusieurs essais et retours à zéro, mais à la fin de la session, j’assemblais des structures en bois comme un magicien, étant capable de les ériger derrière moi tout en courant.

Screenshot 20180903 183216 Fortnite
La construction sur un écran tactile est encore plus difficile. © AndroidPIT (screenshot)

Après avoir appris les réflexes nécessaires, j’ai découvert que l’entraînement ne s’éloignait pas d’autres disciplines que j’ai apprises au cours de ma vie, que ce soit l’athlétisme, jouer d’un instrument ou les arts martiaux. Chris était clair, patient, plein d’encouragements et toujours prêt à expliquer pourquoi chaque étape était importante et ce qu’il fallait apprendre de ses erreurs. Il a expliqué qu’après une première session, il établit toujours un plan à suivre pour la session suivante pour ses élèves.

Alors, est-ce que le coaching pour Fortnite fonctionne ? Evidemment, comme dans n’importe quelle discipline, la qualité des professeurs et l’alchimie qui se construit avec leurs élèves, tout comme le rythme d’apprentissage, seront variables. Mais je suis ressorti de la session avec des compétences que je n’avais pas avant. Ceci dit, même si je ne peux pas forcément me consacrer à plus de sessions d’entraînement Fortnite, je voulais savoir quel public s’y mettait… et quels genres de joueurs faisaient la transition vers le coaching.

On peut transmettre des leçons

Je me suis toujours demandé, dans le monde des e-sports, à quel point le joueur était vulnérable à la dépendance d’un jeu qui est fait, détenu et mis à jour par le même studio (par ailleurs le même qui diffuse et organise les rencontres de ligue). A contrario des échecs ou du basket, cette entreprise peut, en théorie, mettre fin à votre gagne-pain du jour au lendemain en fermant les serveurs, et bye-bye Fortnite, League of Legends, etc.

Mais tout comme les compétences physiques et psychologiques requises pour un sport peuvent s’avérer utiles pour une autre discipline, c’est pareil pour les e-sports. Chris explique qu’il était joueur professionnel durant des années sur MOBA Heroes of the Storm de Blizzard avant de se mettre à la saison 1 de Fortnite et réaliser qu’il avait pas mal de talent au jeu.

Fortnite n’est pas un exemple unique. GamerLegion propose aussi du coaching sur des titres populaires comme Rocket League, PUBG, Counter-Strike Go, League of Legends, Hearthstone, etc. Lorsque Chris a eu le bug de Fortnite, il n’avait pas idée du phénomène de jeu vidéo qui se profilait. C’est bon pour les affaires, mais même si la roue tournait, d’autres titres sont en besoin de bons entraîneurs. "Le coaching d’e-sports existe depuis très longtemps. Fortnite a juste une base de joueurs plus grosse que les autres, mais on fait des sessions pour beaucoup d’autres."

J’ai acquis assez d’expérience en jeu vidéo pour savoir que maîtriser un jeu qui apprend à résoudre des problèmes peut avoir des conséquences en dehors de l’univers du gaming. Même si on ne vit pas dans un monde qui promeut les capacités de Fortnite comme une activité périscolaire pertinente pour une inscription en université, ce n’est pas une idée complètement tirée par les cheveux. Alors que les jeux vidéo et les e-sports gagnent en reconnaissance et visibilité, il se peut que naisse une plus grande appréciation des efforts et des talents requis pour apprendre et maîtriser un jeu.

Non pas que je prétendrais jamais être un maître de Fortnite. Pour une raison dure à encaisser : je suis trop vieux pour ça.

J’ai passé l’âge

La raison pour laquelle je ne peux devenir un joueur superstar de Fortnite est simplement une question d’âge. Dans beaucoup de sports professionnels, comme le football, la retraite intervient entre 25 et 30 ans, et les ex-pros peuvent faire la transition vers des entraîneurs de générations plus jeunes.

On s’attendait à ce que ce soit moins le cas dans le monde des jeux vidéo, qui a moins de contrainte physiques, mais la tendance se consolide. À 28 ans, Chris se considère trop vieux pour se mesurer à des joueurs pros actuels. Alors, imaginez pour moi, à 31 ans. Ninja n’a rien à craindre d’un vétéran comme moi.

ninja espn magazine cover
Ninja, la superstar de Fortnite, sur la couverture de ESPN Magazine. © ESPN

Est-ce parce que vos réflexes diminuent ? Pas vraiment, à en croire les arguments de Chris, mais parce que les réserves d’énergie du corps diminuent. Il s’est plus attelé au coaching au début de sa vingtaine car il savait qu’il ne pourrait être en compétition que quelques années de plus, et maintenant il le ressent profondément.

"C’est différent pour chaque personne, mais ce n’est pas l’agilité de la main, c’est plus la rapidité du cerveau, être perspicace. À 28 ans, je sais maintenant que si je ne dors pas bien, que je mange mal, c’est un problème. À 14 ans, je pouvais passer deux jours sans dormir et garder plein de réserves d’énergie."

Une situation frustrante que je connais très bien. Donc, loin de moi les rêves de pro. Mais les élèves de Chris ne sont pas nécessairement des ados super-compétitifs qui veulent la gloire. "Certains sont des joueurs de 44 ans, d’autres des gamins de 12 ans, ou dans la vingtaine. Je fais même des sessions pour des pères et leurs fils. Ils ont de l’argent, et les plus jeunes n’ont besoin que de 2 ou 3 sessions. La plupart des parents veulent juste être à jour pour leurs enfants, c’est important pour eux."

Je suis donc trop vieux pour être pro, et il est peu probable que je persuade mon père de rejoindre une équipe de Fortnite. Mais je suis ressorti de cette session de coaching avec un peu de perspective, à la fois sur Fortnite et les e-sports en général. Le monde des compétitions de jeux vidéo attire de plus en plus les regards (et l’argent) d’année en année. En tant que vétéran des sessions en réseau LAN du début des années 2000, voyant naître une nouvelle ère, je ne peux m’empêcher de souhaiter bonne chance à la fois aux coaches et aux joueurs, que ce soit pour la gloire ou juste pour le fun.

Et vous, vous sentez-vous l’âme d’un coach d’e-sports ? Est-ce que, au contraire, vous voudriez tenter une session avec eux ?

4 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • pascalou47 depuis 4 semaines Lien du commentaire

    candy crush pour moi ça me va très bien 😂😂😂


  • Phaeton depuis 4 semaines Lien du commentaire

    Cet article est un hymne à la stupidité de l'adulte, ou qui se prétend comme tel.
    Ridicule ! Affligeant ! Pathétique ! Inquiétant !
    Encore une preuve qu'on fabrique des crétins.


    • louis hory depuis 4 semaines Lien du commentaire

      Des crétins, certes mais qui se prennent au sérieux, cohérents et réfléchis qui y croient totalement car cette engeance qui les "fabriquent" est nécessaire pour la survie du système.
      Façonner ainsi des individus pour rendre cette société de plus en plus "efficace" et rentable est une aberration et un non-sens dont on peut observer dans cet article une "belle illustration".
      Un exemple à ne pas suivre.


  • Luna depuis 1 mois Lien du commentaire

    Trop vieux pour être pro à 31 ans !!
    Comme le Game est cruel et pousse si vite à la sortie, ceux qui l'ont sacré...Mais ce n'est pas fini, aujourd'hui c'est trop vieux pour le game, demain ça sera trop tout court dans une société qui a fait de l'âge une maladie, une malédiction.

Articles recommandés