Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

En Chine, PUBG est remplacé par une version plus patriotique pour plaire au Parti Communiste

En Chine, PUBG est remplacé par une version plus patriotique pour plaire au Parti Communiste

Le géant chinois de la technologie, Tencent, fabrique des jeux multijoueurs dans le monde entier, avec des participations dans PUBG et Fortnite, mais a peiné à obtenir l'approbation de commercialisation dans son pays d'origine. Un compromis aurait été trouvé, avec l'approbation du Parti Communiste Chinois.

La version mobile de PlayerUnknown's Battlegrounds est extrêmement populaire, surtout en Chine ! Mais Tencent n'a pas réussi à obtenir une licence du gouvernement pour monétiser le jeu, même après l'avoir modifié pour le rendre moins "gore" et plus conforme aux valeurs culturelles prônées par le gouvernement. Bien que Tencent détienne la licence de distribution de PUBG en Chine et en ait fait l'adaptation mobile, le jeu a été développé à l'origine par Krafton, anciennement connu sous le nom de Bluehole, en Corée du Sud. Pas forcément un des pays favoris de la Chine.

Reuters cite des analystes de China Renaissance qui auraient déclaré que PUBG comptait environ 70 millions d'utilisateurs actifs en chine, ce qui aurait permis à Tencent de générer des revenus annuels d'environ 1,18 à 1,48 milliard de dollars à partir des achats in-app. Pas étonnant que l'entreprise cherche désespérément à récupérer ces revenus.

AndroidPIT PUBG on Android 2
Tencent a gagné plus de 100 millions de dollars avec PUBG Mobile mais est retenu en Chine. © AndroidPIT

Incapable de tirer profit de PUBG, Tencent a finalement cédé et s'est complètement retiré de la Chine. A la place, les joueurs chinois obtiennent un remplacement approuvé par le gouvernement : "Heping Jingying (和平精英)" ou "Game for peace". Heping Jingying est clairement un PUBG mais avec un air bien plus patriotique. On voit ici la mise en avant des efforts de l'armée de l'air chinoise pour lutter contre le terrorisme.

Les joueurs chinois se livrent à un patriotisme sans effusion de sang

Les joueurs de PUBG en Chine ont d'abord paniqué lorsque la nouvelle a éclaté : "PUBG est parti" était l'un des sujets les plus consultés sur le réseau social Weibo, avec plus de 300 millions de clics et près de 90 000 messages. Mais lorsque Heping Jingying a été lancé, beaucoup étaient soulagés de voir les progrès réalisés sur PUBG transférés vers une version du jeu très similaire.

Bien sur, les joueurs se sont moqué de cette nouvelle version, et à juste titre, remarquant que de nombreux compromis avaient été faits pour apaiser le gouvernement. D'ailleurs, la partie " Peace " du jeu est prise au pied de la lettre. Malgré la pléthore de canons dans la bataille royale, il n'y a ni sang ni scène gore dans la nouvelle version.

"Je meurs de rire", a dit un utilisateur de Weibo. "Quand on tire sur les gens, ils ne saignent pas, et les morts se lèvent et saluent."

Que pensez-vous de cette décision ?

Source : Reuters

Articles recommandés

2 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Quel est le scénario répandu des films américains sur la guerre au Vietnam ? Et oui chaque puissance flatte son égo au détriment de la vérité historique. Toute communication est idéologique


  • Quel gouvernement ne pratique pas l'hypocrisie bien-pensante comme régulateur de la violence ordinaire ?

    Nous savons bien dénoncer, en France, l'idéologie de ceux qui ne pensent pas comme nous, tout en procédant de la même manière.
    Il suffit de se rappeler les récents bobards que raconte le ministre de l'Intérieur (ex-PS) sur l'envahissement de l'hôpital de La Salpêtrière pour comparer un des derniers "faits d'armes" de notre propre gouvernement.