Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Mondial de l'auto 3 min de lecture 6 Commentaires

L'assistant vocal, nouvel ami des voitures ?

Conscients que l'automobile est en pleine mutation, les constructeurs enrichissent de plus en plus leurs véhicules de fonctionnalités high-tech. Les assistant vocaux au sein des voitures se font ainsi de plus en plus présents. BMW a même profité du Mondial de l'auto à Paris pour présenter son nouvel assistant vocal qui sera embarqué dans la septième génération de sa berline familiale, la Série 3.

Après les smartphones et les enceintes, c'est au tour des voitures d'être le nouveau champ de bataille des assistants vocaux. Google Assistant, Amazon Alexa d'Amazon ou encore Apple Siri débarquent dans les véhicules. De plus en plus de constructeurs (Ford, BMW, Toyota...) ont déjà commencé à intégrer ces assistants au sein de leurs voitures. Certains vont même encore plus loin. C'est le cas notamment de BMW qui a présenté son propre assistant vocal numérique baptisé "Intelligent Personal Assistant". 

La première version que nous avons pu tester à Paris au sein de la nouvelle BMW Série 3 verra le jour avec le lancement du véhicule en mars prochain. Bonne nouvelle pour les fans de la marque, cet assistant vocal sera aussi disponible pour les voitures utilisant le nouveau système d’exploitation du constructeur, BMW Operating System 7.0

Machine learning et personnalisation au programme

A l'instar d'Alexa et de Google Assistant, vous pouvez activer l'assistant vocal de BMW avec la simple phrase "Hey BMW". Bien entendu, il est aussi possible de personnaliser l'activation par "Hey Mona Lisa" ou "Patrick". Pour le moment, seules quelques fonctionnalités sont disponibles. L'assistant de BMW est ainsi capable d'exploiter et d'expliquer les fonctions du véhicule. Il peut vous aider à régler par exemple la climatisation ou vous guider à votre destination. 

androidpit bmw assistant vocal
"Hey BMW" © AndroidPIT

L'assistant utilise évidemment le Machine Learning pour devenir plus intelligent et plus précis. Il mémorise vos commandes, vos questions et vos habitudes (température, radio, réglages du siège..) pour former un profil complet appelé "Identifiant BMW". Plusieurs microphones sont présents dans la voiture et chaque passager peut communiquer avec l'assistant vocal qui s'adaptera alors à vos besoins spécifiques (en activant par exemple les sièges chauffants uniquement pour le passager ou en réglant une température spécifique...). L'assistant propose également d'activer des modes différents. Par exemple, si vous êtes stressé, il vous diffusera de la musique relaxante, activera certaines lumières au sein de la voiture et vous proposera une température adéquate. 

Selon Laura Kanamüller, Product Marketing chez BMW, les futures versions pourront apprendre et ajuster automatiquement les paramètres grâce à l'intelligence artificielle. Des mises à jour seront proposées progressivement via OTA pour ajouter de nouvelles possibilités et corriger d'éventuels bugs. Comme toujours chez le fabricant également, Intelligent Personal Assistant se connectera au Open Mobility Cloud de BMW.

Une intégration avec Alexa et Assistant prochainement

Disponible en 23 langues (les principaux marchés du constructeur bavarois) dans la première version, l'assistant vocal de BMW arrivera dans un premier temps dans les voitures équipées de BMW OS 7.0. Le fabricant allemand promet que les futures versions seront aussi compatibles avec les autres principaux assistants vocaux numériques. Il désire faire cohabiter les solutions en proposant un équilibre entre leur propre contrôle vocal, qui fait le lien avec les systèmes internes comme la navigation ou la médiathèque, et les autres services auxquels sont habitués les clients. Clairement, l'objectif est de créer une plateforme qui permet d'accéder depuis le véhicule à un monde d'assistants virtuels.

Que pensez-vous de l'arrivée des assistants vocaux au sein des voitures ?

6 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • skyrail depuis 2 semaines Lien du commentaire

    La cause d'un accident, en avion, en voiture, en bateau, est, la plupart du temps, due à une erreur humaine. Mais pas toujours celle du conducteur directement impliqué dans le choc.

    Les innovations vocales ou de gestion des équipements en voiture sont utiles, pas forcément indispensables. il y a à faire aussi au niveau des routes et intégrer le véhicule dans l'écho système routier... Gestion des distances de sécurité, régulation du trafic...
    Quand cela sera réglé, les accidents seront beaucoup moins probables. Plus besoin de ces stupides airbags, siège bébé qui nuisent à l'habitabilité et le confort dans la voiture.

    Nos véhicules sont de plus en plus gros et de moins en moins logeables, petits coffres, vide-poche qui rapetissent ou deviennent difficilement accessibles, accoudoirs qui bute sur le frein à main, allume-cigare caché ou qui gêne quand le câble usb est branché sur l'adaptateur, et j'en passe.

    Certes, les airbags sont là pour rendre le choc moins violent. Mais l'accident obéit à la règles des 20/80 (plus ou moins). Et à côté, ils nous pourrissent la vie 80% du temps restant, même si on les oublie. On ne voit que les conséquences ergonomiques.


  • louis hory depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Pouvoir effectuer des réglages propres au bon fonctionnement et au confort du véhicule à l'aide de la voix est compréhensible.
    Mais déléguer à un assistant virtuel la bonne marche et l'automatisation complète de ce qui devrait rester le fait du libre arbitre du conducteur et des passagers me surprendra et m'inquiétera toujours.

    L'autonomisation des véhicules automobiles ne doit pas se confondre avec la perte du contrôle volontaire de ce qui constitue la liberté première de l'être humain, la liberté de ces gestes.
    C'est, du moins, mon avis.


    • Pierre Vitré
      • Admin
      • Staff
      depuis 2 semaines Lien du commentaire

      Je comprends le raisonnement. Mais si je prends par exemple le monde de l'aviation où le pilotage autonome prend une certaine importance, ne pensez-vous pas que cela soit possible de le transposer pour le monde de l'automobile ? Tout en sachant que dans tous les cas, l'humain aura toujours la possibilité de prendre le volant.


      • louis hory depuis 2 semaines Lien du commentaire

        Je comprends AUSSI ce raisonnement. Il s'agit de savoir quel niveau de liberté l'individu est prêt à sacrifier.

        Pour le pilotage d'un moyen de transport en commun (comme un avion de ligne) où les passagers délèguent au(x) pilote(s) leurs responsabilités, le problème se pose différemment et est réglé avec le consentement implicite des passagers.

        Je me souviens qu'au passage des commandes électriques sur les Airbus où beaucoup de responsabilités étaient retirées aux pilotes humains, la grogne a été forte... jusqu'à son acceptation.

        Dans un cas différent où le conducteur se vante d'être le seul maître à bord (...avant Dieu !) je pense que les réticences seront nombreuses. Il faudra que que le système d'autonomisation de la conduite soit sans reproche. Et cela se fera dans un environnement où les automobiles conduites par leurs chauffeurs n'auront aucune "pitié" pour ce qu'ils estimeront les privent de leur liberté première et les mets en concurrence.

        Les concepteurs de ces systèmes le savent pertinemment et ne présenteront que des solutions "quasiment parfaites" et préparent le terrain psychologiquement.


      • cdf depuis 2 semaines Lien du commentaire

        Moi j aime les autobus


      • Osei Tutu depuis une semaine Lien du commentaire

        niveau encombrement ce n'est pas identique. il y a les aiguilleurs du ciel mais il n'y a pas d'aiguilleurs de la route. tout ceci n'est que l'éloge à la fainéantise humaine. nous déléguons ce qui devrait être de notre ressort sous prétexte d'évolution. à un moment il faut pouvoir s'interroger

Articles recommandés