Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK
4 min de lecture 3 partages 3 Commentaires

Galaxy Gear, premier test et vidéo de la smartwatch : flic-flop

Samsung présente finalement sa smartwatch : la Galaxy Gear, qui tenait en émoi toute la communauté hi-tech. Nous avons déjà pu la tester : c'est une grosse déception. Flop annoncé. 

galaxy gear s voice interface
© AndroidPIT

Le pavé sur le bras

Samsung a envoyé une designer de Corée pour présenter en avant première la Galaxy Gear en Europe. Lorsque celle-ci a dévoilé l'appareil, en soulevant le drap qui le dissumulait, toute l'audience a pu se rendre à l'évidence : la smartwatch sera un flop, elle est tout simplement trop massive et trop grosse. 

Le design est également très discutable, il met encore en plus l'accent sur le côté grossier de l'objet. Un cadre en acier massif, quatre vis apparentes fixées autour de l'écran de la montre intelligente (1,63 pouces, 320 x 320 pixels). Le bracelet en plastique épais se verrouille autour du poignet à l'aide d'une boucle en métal. La Galaxy Gear sera proposée en 6 différentes finitions, de "black à "wild orange".

La montre

Samsung présente la Gear comme le parfait complément pour le Galaxy Note 3, et c'est bien le cas. En fait, sans smartphone, la Samsung Galaxy Gear est absolument inutile. La connexion se fait via Bluetooth, l'initialisation via NFC, qui fonctionne quant à elle parfaitement. Pratique. L'application Gear vous permet de choisir parmi différents styles de montre, d'autres applications sont pré-installées, telles que Runtastic. La Gear vous permet par exemple, à l'aide de son détécteur de mouvements, de compter le nombre de foulées lors d'un footing. D'après Samsung, il y aura mi-Septembre environ 70 applications disponibles et adaptées pour la Samsung Galaxy Gear. 

La montre-bracelet abrite un appareil photo de 1,9 mégapixels, qui permettra de prendre des clichés rapides sans avoir à sortir le smartphone de votre poche. On pense tout de suite à James Bond, avec ses montres espion. Les photos sont directement synchronisées avec le smartphone. Un coup d'oeil à la gallerie spécialement créée sur le smartphone confirme les doutes : les photos sont de mauvaise qualité. Si mauvaises que l'on se demande bien ce que l'on peut en faire...

Vendange tardive

Malheureusement, ce n'est pas comme certains vins qui n'en seront que meilleurs, la Galaxy Gear propose des performances en dessous de ce qui se fait actuellement. L'interaction avec le smartphone est le point clef, elle permet par exemple d'utiliser S Voice, affiche les notifications sur la montre, messages, emails, etc. On peut passer ou recevoir un appel depuis la montre. Je n'ai pas pu essayer les haut-parleurs intégrés. 

A chaque fois que j'ai pu tester une fonctionnalité, j'ai constaté de la latence. Environ deux secondes pour ouvrir l'application photo, par exemple. La navigation dans les menus n'est pas non plus d'une fluidité extraordinaire. On navigue à travers ces différents menus en glissant de haut en bas ou de bas en haut. Si l'on est perdu, on retourne à l'écran principal en appuyant sur l'unique bouton physique, en haut à droite. 

Le système n'est pas très ergonomique, la résolution est basse, et il est difficile d'utiliser l'écran tactile avec précision. Le processeur de 800 MHz et les 512 Mo de RAM semblent suffisants pour effecteur ces tâches simples. 

Beta-test

La batterie tient à peine la journée, comme l'annonce Samsung, et, petite cerise sur ce beau gâteau : il faut recharger la Galaxy Gear à l'aide du dock spécial, qui n'est en fait qu'un simple adaptateur avec des contacts pogo pins. A se demander si Samsung croit vraiment au succès de cette smartwatch. On a plutôt l'impression que les coréens continuent sur leur lancée, tout comme Google, et proposent des appareils à moitié finis pour les faire tester par un public un peu trop enthousiaste. Le Galaxy Note a fait ses débuts de cette façon, mais avait lui introduit les phablettes avec succès. 

Conclusion : une belle déception

La Samsung Galaxy Gear est le prochain flop de la marque. Ce produit est voué à l'échec, personne n'a besoin d'une montre qui n'est en fait qu'un écran secondaire pour un smartphone. Peut-être dans cinq ans, lorsque les écrans flexibles seront communs. Les smartwatchs, ce n'est pas encore ça. J'attends avec impatience la sortie d'une éventuelle iWatch Apple, qui viendra s'enterrer au côté des Pebble, I am Watch, Sony Smartwatch et de la Galaxy Gear, au cimetière des montres intelligentes. Selon un site coréen, la smartwatch devrait coûter aux alentours de 450$. 

3 partages

3 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :

  • Bryan
    • Mod
    4 sept. 2013 Lien du commentaire

    ha oui quand meme et estétiquement les 4 vis c'est pas tres joli


  • Ok pour la navigation dans les menus, reste que quelqu'en soit la raison, c'est désagréable à utiliser, surtout pour une smartwatch, qui on l'avouera est plus pratique si elle permet un accès ultra rapide à ses fonctionnalités. Mais bon, comme tu dis, il y a une raison technique derrière.

    Les problèmes de fluidité lors du chargement des applications, c'est par contre inacceptable pour un engin qui coûtera au minimum 299 euros (prix fabricant de 450 dollars).


  • Pas fluide? Il ne faut pas confondre certaine chose, les logiciels qui gère le tactile fonctionne soit en temps réel soit en différé(temps réel l'affichage suit votre doigt, et en différé: il attend la fin de votre geste pour savoir ce qu'il faut faire). La vous faite un geste ultra rapide qui laisse a peine le temps a l'écran de comprendre ce qu'il faut faire. Je ne vois rien de choquant sur la fluidité

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris