Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur.

5 min de lecture 13 partages 16 Commentaires

Pourquoi Samsung et Huawei devraient (et vont) rester fidèles à Android

Des rumeurs prétendent que Samsung et Huawei construisent leur propre système d'exploitation. Ceci me paraît assez improbable et je compte bien vous expliquer pourquoi dans l'article ci-dessous.

Android est le système d'exploitation le plus utilisé sur smartphones. Net Marketshare lui attribue en juin 2016 environ 2/3 des parts de marché au niveau des systèmes d'exploitation sur mobiles et tablettes. Au premier trimestre 2016, Gartner annonçait plus de 84% des parts de marché dans la catégorie "Vente de smartphones dans le monde en fonction du système d'exploitation". Pour ce premier trimestre, Statista annonce qu'Android détient presque 85% de "parts de marché au niveau des ventes sur les systèmes d'exploitation de smartphones". Les pourcentages restantss vont presque entièrement à iOS, Windows Phone et BlackBerry, le reste ne représente quasiment rien.

AndroidPIT huawei p9 review 3647
Huawei continuera à utiliser EMUI, la version 5.0 est d'ailleurs en développement. © ANDROIDPIT

Si Samsung et Android se décident à basculer vers leur propre système d'exploitation, ils emporteront probablement avec eux une bonne partie des utilisateurs Android. De combien d'utilisateurs s'agit-il ? Pour répondre à cette question il faut jeter un oeil sur les parts de marché de ces deux fabricants, et force est de reconnaître qu'ils ont tous deux un grand potentiel.

Selon Gartner, les smartphones vendus par Samsung représentent au Q1 2016 23,2% des ventes de smartphones. Statista, lui, parle de 24,5%. Dans le même ordre, la part de Huawei représente 8,2% et 8,3%. Est-ce que Samsung et Huawei oseraient abandonner Android du jour au lendemain ? Je ne le crois pas.

androidpit google play store update install 1
Le Play Store est à la fois une force et une faiblesse d'Android. © ANDROIDPIT

Samsung est présent sur les plus gros marchés au monde. Les services de Google tels que Maps et surtout le Play Store y sont énormément utilisés (contrairement à la Chine). Les clients de Samsung s'y sont habitués et aiment l'utiliser avec un appareil Galaxy. Le nombre d'applications sur le Play Store est à lui seul un argument suffisant pour rester sur ce système d'exploitation. Si l'on en croit Statista, il y avait 2 millions d'applications en février 2016, et selon App Brain nous en avons 2,25 millions en juillet 2016.

Meilleur prix : Samsung Galaxy S7 Edge

Meilleur prix

Les choses sont différentes du côté de Huawei. En Chine, le fabricant est en position de force au niveau du nombre d'utilisateurs, notamment grâce à son propre App Store. Il est suivi de près par la marque, à l'image de l'App Store avec Apple, et il est soumis lui aussi à des contrôles de sécurité relativement stricts. En discutant avec le responsable de la division mobile de Huawei, nous avons appris que pour Huawei elles représentent le plus gros problème d'Android. Le système d'exploitation est placé ici au second plan. Il est donc probable que nous voyions arriver un App Store de Huawei en France avant de voir un quelconque système made in Huawei.

Nous ne savons pas encore vraiment pourquoi Huawei a engagé des experts en système d'exploitation, mais il est sûr que ces personnes en question travaillaient auparavant chez Nokia. Sur bien des points, ils peuvent être utiles à l'entreprise.

Android n'est vraiment bien que sur les smartphones

Dans certains domaines, il est possible d'utiliser Android mais il n'est pas le système le mieux adapté. Nous pouvons mentionner entre autres les Smart TV et les appareils connectés. Android TV est un échec à cause des applications du Play Store qui ne sont pas suffisamment adaptées au contrôle à distance et/ou par la voix. Au poignet, Android ne fait pas des miracles non plus car il s'agit là plus ou moins de la même chose que ce que l'on trouve sur le smartphone. Ainsi, les smartwatchs n'arrivent pas à percer et le besoin de consommer de l'énergie s'accroît sans véritable raison.

androidpit Samsung Gear S2 12
Tizen est le plus gros avantage du Samsung Gear S2.  © ANDROIDPIT

Au niveau des appareils connectés, Samsung a un coup d'avance avec Tizen. Il s'agit d'un système d'exploitation léger et mûr qui a déjà fait ses preuves sur des smartwatchs, gadgets et même des smartphones que nous n'avons pas eu l'occasion de tester.

Faire basculer les smartphones Galaxy sous Tizen serait donc un risque inutile sur smartphone. 

Qu'en est-il de Cyanogen OS ?

Cyanogen OS représente une grande zone d'ombre sur ce point. Le système est compatible avec les applications d'Android et reste basé sur le noyau, le Play Store est même préinstallé sur les appareils. Toutefois, il présente de sévères différences. Le programme Mod permet aux fabricants de smartphones de modifier des aspects du système tels que l'écran de verrouillage, les fonctions de téléphonie ou encore le contrôle vocal. L'implémentation de Skype, Cortana et OneNote montrent également une tendance à vouloir se rapprocher de Microsoft.

Cyanogen représente une passerelle entre Microsoft et Android

Jusqu'à maintenant, seulement de nouveaux fabricants tels que Wileyfox et BQ utilisent ce système par défaut sur le smartphone. Ce n'est pas grâce à eux que Cyanogen sera en mesure d'entrer en réelle compétition avec Android et de voler des parts de marché à Google. Pour le moment, on dirait plutôt que Microsoft et Cyanogen se rapprochent l'un de l'autre, ce qui permettrait au géant américain de se frayer un chemin vers Android.

Tout est différent

Google a modelé Android. Le système est insatisfaisant mais les constructeurs ont suffisamment de marge de manoeuvre pour l'adapter et/ou l'améliorer. Ainsi, Huawei, Samsung, HTC, Sony et tous les autres peuvent se différencier et présenter leurs propres arguments de vente. En parallèle, avec Google ils améliorent le noyau Android et construisent un système plus solide que tout ce qu'une entreprise aurait pu faire seule. 

Différents constructeurs travaillent ensemble afin de résoudre les problèmes qu'ils rencontrent. Google permet d'effectuer des modifications dans la mesure où le concept de compatibilité reste présent. Ainsi, Android offre un bon compromis entre la diversité, la liberté et la compatibilité. Samsung et Huawei veulent peut-être devenir plus grands mais ils n'y arriveront pas en quittant Android. D'ailleurs, cela risque de déplaire à leurs utilisateurs.

Qu'en pensez-vous ? Est-ce une bonne chose que Huawei et Samsung créent un système concurrent à Android ?

13 partages

16 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :

  • Wakfu 6 juil. 2016 Lien du commentaire

    Ah parce qu'y a des gens qui croyaient le contraire?😂


    • Oui, je l'estime encore possible et je l'assume, je l'ai déjà expliqué ici, je vais donc me paraphraser. D'ailleurs le titre est ... presque équivoque, associé du conditionnel et du présent dans la même phrase révèle non l'ambigüité mais l'incertitude.
      Même si les arguments avancés dans cet article sont intéressants et cohérents, ils ne sont pas les seuls à entrer en ligne de compte. Plusieurs articles de presse se sont fait l'écho de la volonté diverse de plusieurs constructeurs majeurs, ici nommés, de gagner leur indépendance vis-à-vis de la tutelle de Google. Bien sûr les changements ne se feront pas du jour au lendemain, l'article explique pourquoi (je suis d'accord avec cette partie du raisonnement) mais le souci d'améliorer les profits comparativement à la stratégie d'Apple ne résistera pas éternellement, cela reste mon sentiment. L'avenir à moyen terme, en particulier, la situation économique au Sud-Est asiatique, le décidera.


    • Pour compléter ma réponse et en pensant aux plus fervents défenseurs d'Android (pour qu'ils me jettent pas trop de cailloux) j'affirme que je crois au système Android surtout quand il sait s'adapter aux conditions particulières de l'évolution industrielle des constructeurs et de son Pygmalion Google et en même temps qu'aux désirs des utilisateurs. Mais il faudra qu'il résiste en même temps aux tensions internes du système économique telle que l'on le connaît et ses excès en tout genre.


  • Une petite question qui pourrait mieux faire comprendre l'article : le Q1 2016, est-ce la 1er quadrimestre ou un segment de vente ou tout autre chose ? Merci d'avance d'éclairer notre lanterne.


    • Benoit Pepicq
      • Admin
      • Staff
      6 juil. 2016 Lien du commentaire

      Bonjour. Q1 fait référence au premier quartier, c'est à dire au premier trimestre.


      • Merci pour la réponse, pour moi les quartiers (surtout le premier) c'est plutôt la lune ?


      • C'est tout simplement un quart (1/4) en anglais. Donc un quart d'année = 3 mois.


      • Merci pour la précision, j'avais tout de même compris. Ce qui est intéressant dans cette image c'est de faire un rapprochement entre les 4 trimestres (ou les 4 saisons) représentant la révolution de la Terre autour du Soleil et les quartiers de lune qui représentent eux aussi les 4 quarts de la révolution de la Lune autour de la Terre. Chaque langue à ses images spécifiques pour désigner ces analogies, ce qui tombe sous le sens dans une langue ne le fait pas dans une autre. En France, il n'y a pas d'expression proche de "quartier d'année". L'acronyme Q1 est peut-être classique chez vous, à moi il ne parle pas. Peut-être pouvez-vous me précisez si cette désignation est d'origine purement anglaise (ce que je peux imaginer facilement vu le nombre d'astronomes anglais de renom dans l'histoire ou est-elle née de l'autre côté de l'Atlantique ?)


      • La désignation Q1 est simplement la contraction de "Quarter 1" (en français "Trimestre 1"). Dans le monde de la finance, on parle de T1 ou de Q1 (en anglais l'unité de temps trimestre se dit quarter). Après, je pense qu'on est plus sur une contraction américaine qu'anglaise.


      • J'ai rencontré un anglais ce week-end qu'il me l'a confirmé, tout du moins qu'il ne connaissait pas cet acronyme.


  • Article très intéressant qui apporte beaucoup de précision sur certains points que je ne connaissais pas. Pourtant, on peut avoir une opinion légèrement différente.
    Exemple : l'embauche par Huawei de spécialistes "système d'exploitation" pourrait vouloir dire qu'il cherche, pour l'instant, à se servir de son propre OS sur la Chine puisque comme vous le dites, là bas Android n'est pas majoritaire. Ça pourrait lui faire un bon tremplin avant de le proposer ailleurs. Les grands constructeurs qui voient leur marge de progression se calmer car le marché est "mûr" veulent trouver d'autres possibilités d'augmenter leur profit et voyant le système d'Apple si profitable leur donnent des envies qu'ils ne pourront pas réfréner longtemps.
    Par contre, je pense que le besoin de garder une synergie entre les principaux constructeurs et Google est une réalité (que je n'avais pas entrevue). Il existe donc un conflit d'intérêt entre ces deux axes.
    Il est possible qu'à moyen terme les choses évoluent malgré tout.


    • Je me permets un point de détail : en Chine, Androïd est majoritaire, c'est uniquement le magasin d'applications qui n'est pas majoritaire.
      Les chinois ont rejetés Google Play Store qui distribue des tonnes d'applications non conformes avec les restrictions du politiques et économiques du régime et envoient trop d'informations aux USA. Ainsi les chanteurs, livres et films distribués dans le Play Store ne sont pas du goût des chinois et sont donc bloqués, l'adresse google.com est aussi bloquée.
      De la même façon, le réseau social n°1 en Chine est WeChat (équivalent de Facebook), le Twitter chinois s'appelle Weibo, Didi Kuaidi fait 3 fois plus de courses de "taxi" qu'Uber, Youku Tudou est une réèlle alternative en Chine à Youtube, Alibaba regroupe les mêmes activités qu'Amazon et Ebay et Baïdu est le moteur de recherche concurrent de Google.

      On se rend donc compte que l'OS en tant qu'outil (malléable, "ouvert"...) est bien utilisé mais ses fonctionnalités interactives avec les Etats Unis sont bridées pour ne proposer, en priorité, que des applications chinoises.


      • C'est plus qu'un point de détail car il renverse mon hypothèse pour laquelle Huawei, Meizu et consorts pourrait se voir pousser des ailes en vue de construire un OS dissident de celui de Google.
        Par contre, qu'ils oublient complètement de vouloir s'émanciper de leur tutelle pour réaliser leur "rêve" de créer leur propre environnement et pleinement en profiter plutôt que d'avoir à le partager ne les quittera pas si vite.
        L'autoritarisme gouvernemental chinois trouverait facilement des raisons à l'encourager.


  • Vu le coût de recherche' et développement et en plus le nombre de procès que va faire Google aux marques pour copyright oû plagia je pense que jamais aussi bien Samsung qu'un autre ne développera un nouvel interface de mobile.


  • oui pourquoi pas si Android montre ces limites en se contentant de ce qu'il a maintenant je ne vois aucune objection à ce qu'une grande marque de smartphone crée son OS Samsung a fous pour le faire le nombre d'utilisateurs par exemple bien sûr qu'il peut être en option à début et par rapport à ce qu il sera vraiment être installé progressivement dans certaines gammes par defaut


    • htpc 6 juil. 2016 Lien du commentaire

      C'est vrai qu'il y a cette double facette de Google: Un empire sans limite aux projets & secrets multiples, et de l'autre Android: l'interface la plus utilisé au monde qui se développe doucement, trop doucement ...
      Et tous ses constructeurs avec leur boulet au pied: Le Play Store !

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations