Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Opinion 5 min de lecture 2 Commentaires

Le plus gros problème avec la conduite autonome n'a rien à voir avec l'Intelligence Artificielle

Au fur et à mesure que l'industrie de l'automobile autonome se développe, nous commençons à voir de plus en plus de ces voitures sur les routes du monde entier. Cependant, le problème majeur autour de la conduite autonome n'a rien à voir avec l'IA, la sécurité ou même la fiabilité de la technologie.

À bien des égards, nous sommes sur le point de voir cette nouvelle technologie de mobilité se généraliser. Pas plus tard que ce mois-ci, Waymo a obtenu le feu vert pour tester des voitures sans conducteur en Californie. Aux États-Unis, vingt-neuf États ont déjà adopté une législation relative aux véhicules autonomes. Dans des endroits comme l'Arizona, les voitures sont déjà sur les routes. En Floride, les enfants sont conduits à l'école dans des autobus scolaires autonomes.

Cependant, il reste un énorme problème à résoudre pour que les véhicules autonomes deviennent vraiment courants, et c'est un problème dont les constructeurs parlent rarement - le mal des transports.

Brian Tietz for Transdev self driving bus
Voici à quoi ressemble le car scolaire autonome de Tansdev. © BBrian Tietz para Transdev

Le mal des transports dans les véhicules autonomes

Vous vous êtes peut-être demandé pourquoi vous souffrez du mal des transports lorsque vous êtes passager d'une voiture et non lorsque vous conduisez. Personnellement, je suis ce genre de personne. C'est pire quand je suis assis à l'arrière d'une voiture, aussi. Mais mettez-moi au volant et je pourrai conduire pendant des heures sans nausées. La raison, selon la science médicale, peut être décomposée en trois facteurs principaux.

La première est dérivée d'un conflit entre l'audition et la vision. En termes simples, les parties de l'oreille interne et du cerveau qui aident à contrôler l'équilibre et les mouvements oculaires sont désynchronisées avec ce que vos yeux voient. Pour moi, le problème est flagrant si j'essaie de lire dans la voiture (pas en conduisant) ou même d'envoyer un message rapide sur WhatsApp. Mes yeux voient une page ou un écran statique, mais mon système vestibulaire ressent toutes sortes de mouvements, et cela me rend rapidement malade.

smart cars 05
On nous présente souvent l'idée que le mal des transports n'est pas un problème. © Métamorworks/Shutterstock

Les deuxième et troisième facteurs sont étroitement liés. Le mal des transports peut être causé par une incapacité à anticiper la direction du mouvement ou par un manque de contrôle sur la direction du mouvement, et surtout par les deux en même temps. Cela explique pourquoi, même lorsque je regarde la route, j'ai le mal des transports en tant que passager mais pas en tant que conducteur. Lorsque je conduis, mon contrôle sur le véhicule est absolu, ce qui me permet d'anticiper beaucoup mieux les mouvements.

Le problème dont personne ne veut parler

L'un des grands arguments en faveur des véhicules autonomes que les constructeurs aiment promouvoir est le gain de productivité. L'idée est qu'en se rendant au travail dans un véhicule autonome, on libère du temps qui autrement aurait été consacré à la conduite automobile pour d'autres tâches - répondre aux courriels, mettre la touche finale à cette importante présentation, ou écrire et publier cet article.

Cependant, la recherche de Michael Sivak et Brandon Schoettle La voiture autonome permettrait-elle d'accroître la productivité des occupants ? a constaté que la voiture autonome ne se traduira pas par des gains de productivité pour plus de 60 % des Américains. L'article affirmait que les passagers de voitures autonomes devraient passer leur temps à regarder la route, à essayer de lutter contre le mal des transports, plutôt que de faire quoi que ce soit de productif.

self driving hotel room
Dormiriez-vous dans une chambre d'hôtel avec chauffeur ? © Aprilli Design Studio

Les recherches de Sivak et Schoettle se sont concentrées sur les véhicules autonomes de niveau 4. Il s'agit de voitures qui peuvent rouler sans l'attention du conducteur pour assurer leur sécurité. Ils ont constaté qu'entre 25 % et 40 % des passagers aux États-Unis, en Australie, en Chine, en Inde, au Japon et au Royaume-Uni devaient participer à des activités susceptibles de provoquer le mal des transports.

Les recherches de l'Institut de recherche sur les transports de l'Université du Michigan (UMTRI) ont également abordé la question de la maladie dans les véhicules autonomes. Il prédit que 22 % des adultes sont susceptibles d'avoir le mal des transports en voiture, et cela ne tient même pas compte de ceux qui choisissent de regarder ses notes, sa tablette, son smartphone on son livre. Si l'on tient compte de ces "lactivités de productivité", ce chiffre grimpe à 37 %.

Le problème du mal des transports peut-il être résolu ?

Ce n'est pas parce que le problème du mal des transports n'est pas toujours présent dans les vidéos promotionnelles et dans la présentation des innovations en matière de véhicules autonomes qu'il est complètement ignoré. Certains ont essayé de le résoudre, avec plus ou moins de succès.

Sivak et Schoettle suggèrent que de grandes fenêtres et des écrans vidéo pourraient aider à résoudre le problème du désynchronisation de vos yeux et de votre système vestibulaire, du moins pour certains passagers. Il a également été suggéré que le fait de rester allongé à plat réduit également le mal des transports, bien que je ne sois pas sûr de savoir combien d'articles je ferais en me rendant au travail si j'étais allongé sur le dos !

Google Nathaniel Fairfield Principal Engineer Waymo
Les véhicules concept Waymo sont équipés de grands pare-brise. © AndroidPIT

Une autre solution qui est souvent vantée est la médication. Mais qui va prendre une pilule chaque fois qu'il faut aller de A à B ?

L'autre solution, et peut-être celle sur laquelle nous devrons compter, est l'évolution. L'idée que l'exposition répétée à l'environnement qui cause le mal des transports nous amènera à nous adapter et, avec le temps, les symptômes seront réduits. Cela semble être une solution assez lente pour l'industrie de la technologie en évolution rapide, n'est-ce pas ?

Pour moi, il est essentiel de résoudre le problème du mal des transports si l'on veut que la révolution des véhicules autonomes prenne de la vitesse. Et j'attends toujours de voir un remède qui me convaincra.

Que pensez-vous du problème du mal des transports avec les véhicules autonomes ? Faites-le nous savoir dans les commentaires ci-dessous.

2 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • J'entends tous vos arguments mais je ne vois pas en quoi cela poserait plus de problèmes que les voyages en train ou en avion par exemple. Je veux dire que ces moyens de transports tout comme la voiture autonome mettent les passagers dans cette même position de passivité, et de distorsion des sens, et cela n'a pas empêché la démocratisation de ces modes de transports.


  • louis hory depuis une semaine Lien du commentaire

    Un gros bémol qui permettra peut-être de résoudre le problème : des universitaires américains justement prévoient, contrairement aux promoteurs des véhicules autonomes, que la conduite en toutes circonstances : nuit, intempéries, etc, ne sera possible que dans plus d'un demi-siècle.

    Ça laisse le temps de réfléchir au problème du mal des transports...

Articles recommandés