Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur.

6 min de lecture 4 partages Pas de commentaire

J'ai testé : Une journée sans portable

Depuis hier 6 février, c'est la journée mondiale sans téléphone portable-ou les journées puisque cela s'étend en réalité sur trois jours et jusqu'à demain inclus. Lancée en 2001 par l'écrivain Phil Marso, l'opération avait pour but de suivre son livre "Tueur de portable sans mobile apparent" mais surtout de discuter de son utilisation. Qu'on soit pour ou contre, il fallait en parler. Moi qui en suis autant dépendante d'autant plus quand c'est mon outil de travail, j'ai voulu tester une journée sans portable.
 

8 heures : Ce n'est mon habituelle sonnerie de petits oiseaux qui gazouillent qui me réveille mais un énorme hurlement de coq virtuel provenant de mon mac posé plus loin. Je commence déjà à regretter mon HTC. Contrainte de choisir un réveil en ligne, j'ai en plus passé une très mauvaise nuit, incertaine de son efficacité. Quelle heure est-il ? Pourquoi est ce que cela n'a pas sonné ? Est-ce que j'ai bien désactivé la veille de l'écran ?

'
Si j'avais été dans le métro ce jour là, c'est aussi mon appareil photo qui m'aurait manqué ! (stern.de)

9 heures : Mes 40 minutes quotidiennes de transport en commun. Sans mon HTC nul possibilité de vérifier la météo du jour, commencer la journée par des VDM, ou jouer vite fait bien fait à Granny Smith. Du coup mon seul divertissement est de contempler mes voisins de U-Bahn (le métro berlinois). Finalement ce n'est pas si mal. Celle-là semble tout droit débarquer des années 80 : coupe choucroute / mulet (je ne pensais pas le combo possible), large t-shirt blanc rentré dans jean droit taille haute et bien entendu la veste en cuir. Là, un labrador muselé qui essaye de passer sa truffe à travers la petite grille pour trouver d'où vient l'odeur de sandwich au pastrami (de mon voisin de droite). Ah et celui-là est probablement un contrôleur en civil, reconnaissable entre mille à sa petite sachoche et à son look de jeune alors qu'il ne l'est pas (bingo).

10h : C'est parti la journée de boulot. Pour répondre au commentaire, ou au forum ça se complique. Je suis obligée de demander à mes collègues de vérifier sur les leurs avant de pouvoir l'expliquer.

13h : Pause déj. Je suis sensée retrouver des amis dans un restaurant inconnu, quelques rues plus loin. Sans Google Maps à mes côtés, je suis obligée de regarder avant de partir puis de me dessiner à main levée un petit plan avec le nom de toutes les rues sur un rayon de 100 mètres au cas où je me perdrai. J'ai quand même réussi à me perdre.

Et puis si il se passait quelque chose de grave ?

15h : Sur Facebook je me fais engueuler. Pourquoi tu réponds pas jt'ai déjà laissé trois messages et un SMS !? J'explique l'idée. On me dit que j'aurai pu mentir pour écrire l'article, mais que c'est pas cool pour les autres qui essayent de te joindre. C'est indispensable un portable. Je ne devrai pas m'en passer même pour un article. Et puis si il se passait quelque chose de grave ? Et puis si j'était témoin d'un accident / agression / vol / viol, je ne pourrais pas appeler les secours ! Et puis si j'étais en retard à un rendez-vous, je ne pourrais pas le dire.
Je lui dis que j'ai déjà vécu 4 mois sans téléphoen -histoire vraie- à cause d'une histoire d'assurance non remboursée et que j'ai développé une parade à ces retards : ne pas l'être. Les gens se comportent également en conséquence : si je n'ai pas de portable et qu'ils le savent, ils sont là à l'heure un point c'est tout. Et moi je me dois d'être absolument à l'heure tout en élargissant ma gamme de tolérance : j'attends jusqu'à 20 minutes sans me plaindre.

18h30 : J'ai une visite d'appartement dans une demi-heure, je ne peux pas joindre le type pour vérifier l'heure de la visite. J'ai plus qu'à croiser les doigts et il faut que je parte tôt.

 
Les applications qui m'ont le plus manqué sont celles qui me font gagner du temps dans mes déplacements : Maps et transports en commun

18h32 : Je suis à l'arrêt de tramway et j'ai une décision à prendre : U-Bahn ou bus pour arriver le plus tôt possible ? Nul possibilité de vérifier les horaires sur l'application qui calcule le temps et les distances à ma place. Va falloir tirer à pile ou face.

18h40 : J'ai pris le U-Bahn, mais malheureusement le mauvais wagon. Une classe d'enfants terriblement excitée le remplit entièrement. Si seulement j'avais accès à mon HTC, mon casque, ma musique... Mais non, je dois laisser ma tête se remplir de bourdonnements et enfler sous les cris des gosses, auxquels s'ajoutent la voix fatiguée de la maîtresse qui essaye de les calmer (le tout en allemand si cela pouvait être pire).

? heures : Le manque le plus important durant cette journée est en fait l'approximation que j'ai du faire sur l'heure. Car sans montre au poignet, je n'ai que mon portable pour me guider dans ma journée, me dire d'accélérer le pas ou de ralentir. Ne pas être en retard sans pouvoir jeter de regards frénétiques sur ton écran, c'est vraiment stressant.
Mais paradoxalement c'était également relaxant. Si le matin j'avais du mal à m'en passer et essayais de pencher ma tête vers les fenêtres du UBahn pour voir la pendule sur les quais à tous les arrêts, le soir j'avais compris que je ne pourrais pas aller plus vite que le U-Bahn et que cela ne servait à rien. Alors qu lieu de me stresser à consulter mon portable toutes les deux minutes en espérant que ce métro avance plus vite, je pouvais "presque" me relaxer... avec les enfants !

Conclusion

Cette journée a été difficile à certains moments, mais finalement pas autant que j'avais pu le penser. On se rend soudain compte qu'il y a d'autres outils qui nous proposent le même service à disposition : j'ai ainsi redécouvert que l'heure était donnée par de nombreux autres appareils, pendules, devantures de pharmacie, métros etc. J'ai aussi repris plaisir à ne pas m'enfermer dans mon smartphone dans les transports en commun... sauf quand c'est vraiment indispensable.
Si j'avais le choix, je conserverai mon portable. Je pense tout de même qu'il est très utile. Seulement, au lieu de me tourner vers lui comme un réflexe à tout bout de champ, je sais un peu plus ce qui me manque et pourquoi je l'utilise.

Seriez-vous prêts à tenter l'expérience ? Vous demandez vous parfois si vous n'êtes pas un peu trop dépendant de votre téléphone ?
 

4 partages

Pas de commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations