Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.
Google gardera l'application saoudienne de "contrôle des femmes" sur le Play Store
Applications 3 min de lecture 10 Commentaires

Google gardera l'application saoudienne de "contrôle des femmes" sur le Play Store

Absher, l'application du gouvernement saoudien qui permet aux hommes de suivre les femmes et de contrôler l'endroit où elles voyagent, a récemment suscité une controverse internationale, et les membres du Congrès américain ont demandé à Google et Apple d'interdire l'application dans leurs magasins respectifs. Google, au moins, refuse de le faire.

Google a examiné l'application et a conclu qu'elle ne viole aucun accord qui l'amènerait à être bannie du Play Store. Google a informé le bureau de la représentante Jackie Speier, une démocrate californienne qui, avec 14 autres membres du Congrès, a écrit la semaine dernière pour demander le retrait d'Absher du Play Store de Google, qualifiant Google de "complices dans l'oppression des femmes saoudiennes".

absher app saudi arabia
Absher reste sur le Google Play. © Google Play Store

Absher fonctionne comme une application administrative du gouvernement par le biais de laquelle on peut postuler à des emplois, payer des amendes, renouveler des licences et signaler des crimes, mais elle a suscité des critiques pour un aspect particulièrement répressif puisqu'elle permet aux Saoudiens de suivre et de contrôler les mouvements des femmes à charge comme les épouses et les filles.

Réponse ''profondément insatisfaisante''

La représentante Speier a déclaré à Business Insider, dont le rapport initial sur Absher a déclenché l'indignation qui a conduit à la lettre du Congrès en premier lieu : "Les réponses reçues jusqu'à présent d'Apple et de Google sont profondément insatisfaisantes... Faciliter la détention des femmes demandant asile et fuir les abus et le contrôle provoque sans équivoque des dommages. Je vais faire un suivi de cette question avec mes collègues."

Les conditions générales du Google Play précisent : "Nous n'autorisons pas les applications incitant à la violence ou à la haine contre des individus ou des groupes définis par leur race, origine ethnique, religion, handicap, âge, nationalité, statut d'ancien combattant, orientation sexuelle, sexe, identité sexuelle ou toute autre caractéristique identifiée comme motif de discrimination ou de marginalisation."

En analysant attentivement, vous pouvez voir que si Absher permet certainement la discrimination systémique ou la marginalisation fondée sur le sexe, Google interdit uniquement les applications qui encouragent la violence ou incitent à la haine. En laissant l'application, il semble que Google ne considère pas la restriction des libertés comme de la violence en soi, même s'il est facile de voir comment la menace de violence sous-tend la restriction des déplacements dans ce cas.

Quant à Apple ? Tim Cook s'est engagé à enquêter, mais il n'y a toujours pas de nouvelles de Cupertino, et Absher reste sur l'App Store en attendant.

Que pensez-vous de la position de Google ? Sont-ils lâches ou y a-t-il de bonnes raisons d'héberger un outil de répression sur le Play Store ?

Source : Business Insider

10 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Apparemment la gestion de l'affaire Khashoggi n'a pas ôté le reste de naïveté des humains ! Les intérêts économiques passent avant les "valeurs". Il est temps de se réveiller


  • Chaque pays sa merd9.


  • Seule une pression de masse pourrait faire changer les choses comme ça a été le cas en France pour Décathlon et son "hijab" de compétition qu'il a finalement retiré de la vente.


  • Luna depuis 4 mois Lien du commentaire

    Vivement que ça arrive en France, c'est qu'on est nombreuses à en avoir besoin 🤣


  • Ah bravo Google ! Dans son obsession maladive à vouloir suivre à la trace chaque être humain de la planète possédant un smartphone, Google se rend ainsi complice de la culture moyenâgeuse d'un pays (parmi tant d'autres...) où les femmes sont condamnées à passer après les hommes, et n'auront jamais la moindre considération.
    Des pays pourris où la seule évolution affichée provient du pétrole. Sans cet or noir, ils feraient partie du Tiers-Monde.


    • Et en même temps, il prône des idées libérales (politiquement parlant) pour un système politique démocrate, émancipateur et porteur d'idées généreuses pour l'humanité entière.

      Il ne fait pas mieux quand il travaille pour vendre à la Chine des logiciels excluant toutes possibilité de trouver de l'information libre, c'est-à-dire autorisée par l'état chinois.

      Mais tous les autres GAFAM procèdent de même. Il existe pour ce système, d'un côté, l'affichage de la liberté joyeuse pour un système démocratique proclamé haut et fort pour rassurer le client et, de l'autre, la face très sombre, mais masquée et bien plus réelle, pour travailler à gagner la guerre économique à tout prix.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition