Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Facebook : la France sévit contre le discours de haine

Facebook : la France sévit contre le discours de haine

Après l'Allemagne en janvier 2018, c'est au tour de la France de sévir contre les discours haineux qui se multiplient sur Internet. L'Assemblée Nationale a approuvé ce jeudi une mesure contraignant les géants du web, tels que Facebook ou Google, à supprimer le contenu qualifié de "haineux" de leurs plateformes.

Le but de cette loi ? Forcer Facebook et tous les géants du web à supprimer les discours haineux sous 24 heures, pas une minute de plus. Cela fait partie d'un projet de loi plus grand concernant la réglementation d'Internet. Le type de contenus concernés sont : les discours haineux ou incitant à la haine, les discours violents ou incitant à la violence, toute discrimination fondée sur la haine raciale ou religieuse, la pedopornographie.... 

La France n'est pas le premier pays à entrer en guerre contre de tels discours. L'Allemagne avait adopté une loi similaire au premier janvier 2018, il y a un an et demi donc, visant à responsabiliser les plateformes comme Google ou Facebook et surtout à baisser le nombre de contenus illégaux en ligne. Il s'agit du même délai de 24 heures pour supprimer ces contenus, au delà duquel, une amande pouvant atteindre les 50 millions d'euros pouvait alors s'appliquer à la plateforme concernée. 

mark zuckerberg nbcnews
La plateforme de Mark Zukerberg est indirectement pointée du doigt dans ce type de projet de loi. © NBC News

Le résultat ? Selon Le Monde, qui a interrogé une chercheuse à l’université de Hambourg Reem Ahmed, c'est encore trop tôt pour mesurer l'efficacité d'une telle loi. "Une évaluation doit être faite l’année prochaine par le gouvernement. Tout ce que nous avons pour le moment, ce sont les chiffres des entreprises, qui sont durs à comparer, rendant difficile toute conclusion définitive.", explique-t-elle. 

Mais si une telle mesure est prise en France, cela fait un gouvernement de plus qui pointe du doigt le problème du harcèlement et des discours haineux en ligne. Mais est-ce réellement efficace ? Le Monde, toujours, explique que depuis 2018 en Allemagne "992 039 messages postés sur l’une de ces quatre plates-formes ont été signalés, principalement pour insulte, diffamation ou appel à la haine". Mais combien ont été supprimés ? Selon un rapport sur la loi publié en novembre pour le compte du Centre for European Policy Studies, "seulement 166 072 contenus ont été retirés en 2018 par les trois entreprises, ce qui signifie que plus de 83 % des contenus signalés sont restés en ligne".

Cela pose alors une question : est-ce que l'adoption d'une loi à l'encontre des discours haineux en ligne est-elle réellement utile? 

Et vous, que pensez-vous de ces mesures prises par les gouvernements contre les propos haineux sur Internet? 

Articles recommandés

7 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Vous avez dit... Liberticide ? Mais la liberté sur les réseaux sociaux est liberticide. Harcèlement, menace, haine raciale... La liberté de chacun s'arrête.... (On connaît), y compris celle de nos dictateurs mous ou durs qui veulent eux aussi être libres de faire le pire qui les arrange pour le bien de tous.. et la liberté bien sûr 😀.. Pour en revenir au sujet direct, retirer des appels graves dans les 24h... Est ce efficace ? On a le temps de lire et relire. Doit on être pour ou contre ? La liberté d'expression devrait être intouchable... Sauf que certains individus ne la mérite pas ou ne sont pas fait pour. Ils sont un danger pour la liberté des autres.


    • Le problème est de savoir où est précisément la limite et qui la définit, limite souvent fixée par intérêt idéologique, politique, électoraliste ou communautaire. Je pense pour ma part que la liberté d'expression devrait être quasi-totale, comme aux USA (1er amendement), chaque limitation de cette liberté étant susceptible d'être fixée arbitrairement pour défendre quelques intérêts partisans. Lorsqu'on voit quels voyous partisans siègent même au Conseil Constitutionnel, on ne peut accorder la moindre confiance à ceux qui nous dirigent.


    • Luna depuis 4 mois Lien du commentaire

      Sauf que lorsqu'on commence à mettre des étiquettes sur les gens, tu sais comment ça fini ...Au goulag.

      Facebook ce n'est pas un service public, rien ne t'oblige à le lire et à y participer, ce qui est pénible c'est le mélange des genres quand nos services publics utilisent Facebook pour faire la promotion de leur campagne, quand les États-Unis demandent nos profils Facebook pour obtenir un visa.

      Alors si tu ajoutes à cela la collaboration de Facebook avec la police aujourd'hui , demain avec l'administration fiscale comme cela a déjà été annoncé dans le cadre du projet Darmanin, on n'est plus très loin de la Stasi quand je te rappelle pour la CNIL " le fait que les données soient accessibles publiquement ne leur ôte pas leur caractère de données personnelles et l'exigence de la protection de la vie privée s'applique ", ce qui n'est plus le cas sur Facebook à la demande de Macron !!


  • Je me méfie comme de la peste de ces mesures liberticides qui visent avant tout à permettre à la bien-pensance soi-disant "progressiste" de se diffuser sans rencontrer d'opposition. Ces mesures sont pour moi le parfait exemple des dictatures "molles" dont je parlais l'autre jour, dictatures bien plus sournoises que les dictatures "dures" communistes, par exemple. Petit à petit, millimètre par millimètre, on rogne les libertés individuelles, mais toujours au nom du Bien, bien évidemment. Tout en vomissant H24/J365 sur les soi-disant "populistes", auxquels le camp du Bien n'accorde, démocratiquement et toujours au nom du Bien, que des miettes démocratiques.


  • Luna depuis 4 mois Lien du commentaire

    Connaît pas Facebook, ça ne me concerne pas et j'espère qu'on sera plus nombreux à faire le choix d'un autre social dans d'autres réseaux


    • Luna depuis 4 mois Lien du commentaire

      @Jerome
      Ce n'est pas ce que a dit sur Netflix et ses films avec avortement mais sans cigarette...


  • "Cela pose alors une question : est-ce que l'adoption d'une loi à l'encontre des discours haineux en ligne est-elle réellement utile ?"

    J'aurais changé un terme dans la question, plutôt qu'utile j'aurais posé la question de l'efficacité.
    Personne ne peut douter de l'utilité de combattre les discours mal intentionnés de quelque nature soit-ils mais poser la question du résultat des sanctions donc de leur efficacité dans la réalité me semble une meilleure question à poser.

    Passer de l'idée (bonne) au réel, en quelque sorte...

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition