Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

La Chine espionne les touristes grâce à cette application

La Chine espionne les touristes grâce à cette application

Selon une enquête récente, des agents aux frontières de la région du Xinjiang en Chine ont réquisitionné les smartphones de certains touristes entrant dans le pays asiatique, dans le but d'espionner et de collecter des données grâce à une application qu'ils ont eux-mêmes installée.

Les événements se sont produits dans le Xinjiang, au point de passage frontalier entre la Chine et le Kirghizistan, une région qui, ces dernières années, a intensifié ses systèmes de surveillance grâce à des systèmes de reconnaissance faciale dans les rues et les mosquées de sa grande communauté musulmane.

Aujourd'hui, et grâce aux recherches conjointes du New York Times, du Guardian, du Vice et du Süddeutsche Zeitung, nous avons appris que le gouvernement chinois a décidé d'aller plus loin et de commencer à espionner les touristes en installant une application sur leur téléphone intelligent.

Selon eux, une fois arrivés à la frontière, les agents demandent aux touristes de leur remettre leurs smartphones. En plus de cela, ils ont aussi besoin des mots de passe et des codes de déblocage. Une fois recueillis, les agents emmèneraient les appareils dans une autre pièce, où ils passeraient plus d'une heure à les analyser.

china flag 01
La Chine (encore une fois) dans le viseur. © crystal51 / Shutterstock

Comment sont-ils chargés d'espionner les touristes ?

Si l'appareil est un Android, il installe un logiciel espion, qui analyse le contenu du smartphone, que ce soit les contacts, les applications, l'historique des appels, les messages texte.... Une fois l'information recueillie, les données sont téléchargées sur un serveur qui recherche une partie des 73 000 contenus que les autorités chinoises considèrent comme dangereux, tels que des extraits du Coran, des textes du Dalaï Lama ou liés à l'extrémisme islamique. D'autre part, dans le cas de l'iPhone, ceux-ci sont connectés à une machine en charge de l'ensemble du processus, sans qu'il soit nécessaire d'installer une application pour cela.

Pour l'instant, on ne sait pas où vont toutes les informations recueillies, ni combien de temps elles sont stockées. En théorie, les agents seraient obligés de supprimer l'application après ce processus, mais ils ne le font pas toujours. De plus, les touristes ne sont à aucun moment informés du processus qu'ils sont sur le point de subir.

Que pensez-vous de ce genre de pratique ?

Articles recommandés

9 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition