Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK
6 min de lecture 5 partages 4 Commentaires

Si Sony joue les bonnes cartes, il peut devenir le roi du jeu de la réalité virtuelle

De nombreuses entreprises se disputent les parts du gâteau de la réalité virtuelle, et il faut bien avouer que les choses vont un peu dans tous les sens : VR professionnelle, VR pour l'armée, VR pour le sport, VR pour les jeux... Sur ce dernier point, une entreprise semble avoir les bonnes cartes pour s'imposer : Sony.

Sony est l'un des leaders du jeu vidéo

Bien sûr, le domaine du jeu vidéo est immense et dispose lui aussi de ses "clans", mais force est de constater qu'en ce qui concerne les consoles, Nintendo, Microsoft et Sony se partagent les plus grosses parts du gâteau. La branche de Sony responsable du domaine du jeu est Sony Interactive Entertainment, filiale de Sony n'est pas basée au Japon mais aux Etats-Unis (en Californie, pour être exact). Pour votre gouverne ce n'est pas la seule branche de Sony à être dans cette situation puisque Sony Music Entertainement, célèbre label de disques, est lui aussi situé aux USA mais cette fois à New York. Bref, revenons à nos moutons. 

Sony a fait ses premiers pas dans le jeu vidéo dans les années 80/90 en coopérant avec Nintendo. L'ambiance entre les deux a eu des hauts et des bas, puis finalement Sony a commencé a volé de ses propres ailes. La compétition et les technologies ont évolué et Sony a su profiter de la situation en devenant l'une des fabricants des consoles les plus utilisées au monde. S'il est vrai que chaque console peut avoir ses propres titres, les jeux les plus populaires (Battlefield 1, par exemple) sont disponibles autant sur les consoles PlayStation que Xbox. 

AndroidPIT Sveva VR 9966
Merci au cardboard, le pionnier du casque VR grand public. © AndroidPIT

Pour résumer, la PlayStation et la Xbox représentent deux véritables nids à gameurs. Si l'on veut proposer quelque chose à des joueurs, qu'y a-t-il de mieux que l'une des plus grosses plateformes de jeux vidéo ? Certes, nous n'avons pas ici tous les joueurs, il manque ceux des autres plateformes (PC, mobile etc), mais elles représentent une grande base d'utilisateurs potentiels. 

Avec sa PlayStation VR, Sony sait où il va

La popularité de la PlayStation (ou peut-être faut-il utiliser ici le pluriel puisqu'il y a différents modèles) assure donc à Sony un gros marché. Maintenant que nous avons observé la perspective "client", observons maintenant celle du produit. Comme son nom l'indique, la PlayStation VR est un objet destiné à la PlayStation pour apporter une dimension de réalité virtuelle : c'est un "simple" casque que vous pouvez trouver aux alentours de 400 euros. 

Ne nous emballons pas. Sony n'a pas sorti ce casque avec pour objectif de battre des records de vente et de faire entrer du jour au lendemain tous les utilisateurs de PS4 dans le monde de la VR. Cette technologie est nouvelle (tout au moins dans le domaine des jeux pour le grand public) et il lui faut du temps pour être acceptée par les utilisateurs. Sony s'est permis de tester si les utilisateurs sont suffisamment intéressés par le sujet pour dépenser 400 euros dans un casque, ce qui n'est quand-même pas rien. 

Sony a déclaré lui-même être surpris par le succès de son PlayStation VR. A la fin du mois de février, Andrew House, l'un des grands pontes de Sony Interactive Entertainment expliquait être dubitatif vis à vis du lancement de produits VR. Il a pourtant reconnu le potentiel de la technologie lorsqu'il a vu les chiffres : 915 000 casques avaient déjà été vendus le 19 février alors que l'objectif était d'arriver à 1 million d'ici la mi-avril. 

Ce qui est intéressant chez Sony, c'est qu'il a une stratégie différente de l'Oculus Rift et du HTC Vive. Ces deux derniers sont d'une part bien plus chers, d'autre part elles sont une porte vers un monde VR plus vaste que ce que propose Sony avec son PlayStation VR. Sony reste dans ses domaines de prédilections : l'audiovisuel via des vidéos, et les jeux (l'accent étant bien évidemment mis sur ce dernier point). Il se consacre sur une niche où il a déjà du poids, contrairement à ses concurrents qui partent dans un peu toutes les directions en fonction du bon vouloir des développeurs.

Opinion by Benoit Pepicq
Sony a toutes les cartes en main pour s'imposer sur le marché du jeu VR
Qu'en pensez-vous ?
50
50
32 votants

Mais la messe n'est pas encore dite

Avoir les cartes en main est une chose, savoir jouer et gagner la partie en est une autre. Cette technologie étant nouvelle, il est important de faire les bons choix. C'est un petit peu comme aux échecs, il suffit de faire une mauvaise manoeuvre et toute la stratégie peut s'écrouler. Si Sony veut devenir un leader dans le domaine du jeu VR, il doit se pencher sur plusieurs aspects importants : garantir la qualité et les optimisations de son casque (par exemple pour ne pas être malade), s'assurer qu'il y a des jeux intéressants renouvelés à un intervalle régulier, trouver les bons partenaires pour veiller à une évolution favorable, etc.

Le problème de cette nouvelle technologie est bien évidemment son prix. Qui a envie de mettre 400 euros dans une technologie encore en plein développement ? "C'est trop cher pour ce que c'est" est la phrase qui revient le plus souvent dans les discussions sur la VR. Nous retrouvons donc là le classique problème du cercle vicieux qui peine à commencer : si les utilisateurs n'achètent pas le produit, l'entreprise ne cherchera pas à l'améliorer, et s'il n'évolue pas les utilisateurs ne voudront pas l'acheter, et ainsi de suite. En bref, les utilisateurs attendent un produit intéressant avant d'acheter, et les entreprises veulent voir si les ventes sont bonnes avant de rendre le produit vraiment intéressant.

Au niveau de ses smartphones, Sony a la réputation de placer ses tarifs assez haut (et pas uniquement sur ses appareils haut de gamme). Il va donc falloir faire des efforts pour attirer vraiment l'utilisateur, les premiers curieux ont acheté l'appareil mais cela ne veut pas forcément dire qu'ils ont été convaincus par le produit. Soit Sony va devoir justifier le prix du produit par la qualité de la technologie, soit baisser le prix et compenser aileurs pour éviter les pertes (via les jeux, par exemple). Tout cela en réagissant avant la concurrence. Bref, ça ne va pas être simple.

Pour résumer, Sony s'adresse à tous les utilisateurs de PlayStation en leur proposant un accès à la réalité virtuelle, et se limite aux jeux et aux vidéos. Aucun de ses concurrents ne s'adresse uniquement aux joueurs, ils s'adressent à un public curieux, intéressé par la VR. Grâce à son grand nombre d'utilisateurs bien ciblé, Sony a donc toutes les cartes en main pour réussir dans les prochaines années, à condition bien sûr de jouer les bonnes cartes.

4 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
  • On parle de casque de réalité virtuel. Sur lequel Ni Nintendo ne se positionne, Ni Sony joue particulièrement la puissance face aux casques sur PC.

  • Article plutôt global mais l'essentiel est là. Par ailleurs une V2 du casque est en préparation et oui maintenant il faut transformer l'essai.

  • jean-raphael depuis une semaine Lien du commentaire

    sony = apareil , puissance...
    nintendo= inovation , gameplay etc
    sony detroner mario zelda splatoon .... mdr lol je rigole

    • On parle de casque de réalité virtuel. Sur lequel Ni Nintendo ne se positionne, Ni Sony joue particulièrement la puissance face aux casques sur PC.

5 partages

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris