Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK
24 partages 7 Commentaires

[Tutoriel] Comment télécharger des torrents sur Android

Vous avez votre tout nouveau forfait 4G et vous ne savez pas quoi en faire, vous souhaitez télécharger des torrents même lorsque vous êtes à l'extérieur ? C'est possible ! Voici comment télécharger des torrents avec votre smartphone Android. 

clavier souris usb android
© AndroidPIT

Pour télécharger des torrents sur Android, la procédure est quasiment la même que sur ordinateur. Vus les débits que l'on a avec un bon forfait 4G, il devient tout à fait envisageabl de se mettre au téléchargement lorsque l'on a pas accès à un réseau wifi. Si le téléchargement de fichiers torrent ou en peer-to-peer ne fonctionne pas et que vous êtes connecté à un réseau inconnu, ne cherchez pas plus loin : l'administrateur réseau a interdit le peer-to-peer. 

Comment télécharger des torrents sur Android

La solution la plus simple est d'utiliser une application comme µTorrent, BiTorrent ou encore aTorrent - qui supporte le DHT. Certains sites bien connus comme kickass Torrents proposent également une application qui va bien. Nous avons choisi µTorrent pour sa simplicité d'utilisation et parceque son interface sur Android rappelle celle de la version PC. De plus elle est gratuite alors pourquoi se priver ?

Commencez donc par télécharger  µTorrent ou l'application que vous préférez.

µTorrent®- Torrent Downloader Install on Google Play

Une fois l'application installée, ouvrez votre navigateur et aller chercher un fichier de torrent qui vous intéresse depuis votre navigateur Android et téléchargez-le sur votre carte SD. Lancez l'application µTorrent et cliquez sur Ajouter, sélectionnez le ou les fichiers torrents téléchargés plus tôt et cliquez sur téléchargement
 

N'oubliez pas : le téléchargement de torrents et le peer-to-peer en général, sur Android ou depuis n'importe quel support est légal, mais le téléchargement de contenu protégé par les droits d'auteur est sctrictement interdit et passible d'une amende de 1500 euros. En cas de récidive, le coupable encoure jusqu'à 3 ans de prison et 300 000 euros d'amende. A bon entendeur. 

7 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
  • rapha 22 avr. 2014 Lien du commentaire

    je ne sais pas si ill parfait mais il ma suprimer l'intternet et le youtube

  • "si vous n'avez rien à vous reprocher"... lol. bah... je vais éviter de me faire trop voir en envoyant cette lettre, ça pourrait être pire...

  • Pour les personnes ayant reçu un email envoyé par la Hadopi parce qu'ils sont suspectés d'avoir téléchargé/partagé illégalement des données, il est possible de contester ce message, si vous n'avez rien à vous reprocher. ;)
    Comme je l'ai souvent répété l'Adresse IP ne peut être considérée comme une preuve physique sans compter que la sécurité d'un réseau ne pourra jamais être totalement inviolable. L'usurpation de l'adresse IP a toujours été possible et c'est ce qui la rend justement non fiable en tant que preuve.

    Micro Hebdo a donc mis au point une lettre de contestation qu'il faudra reprendre pour remplir les zones citées par vos coordonnées et informations.
    En plus des éléments que je viens de citer, celle-ci s'appuie aussi sur le fait que c'est à eux d'apporter les preuves nécessaires:
    Article 121-1 du Code Pénal: Nul n’est responsable pénalement que de son propre fait.

    Cette lettre devra être envoyée en recommandé avec accusé de réception.

    Lien vers le modèle de lettre, format PDF:
    http://www.01net.com/genere/article/fichiersAttaches/1287584451-mh_lettre_hadopi1.pdf

  • mickael, tu la tiens d'où l'info comme quoi hadopi peu plus mettre d'amende ? parceque sur le mail que j'ai reçu la semaine dernière ils font bien mention de 1500 € d'amende.

  • Je l'utilise depuis maintenant pas mal de temps et j'utilise aussi le logiciel torrent search qui le complète parfaitement

  • Surtout que Hadopi ne peut plus mettre d'amende...

  • vous avez intérêt d'avoir un vpn, hadopi surveille les torrents, et je parle en connaissance de cause...

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris