Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

À Barcelone, Huawei et Honor prouvent qu'ils ont des "cojones" et qu'ils vont suivre leur voie

À Barcelone, Huawei et Honor prouvent qu'ils ont des "cojones" et qu'ils vont suivre leur voie

Il y a une atmosphère étrange à Barcelone en ce moment. Le Mobile World Congress a été annulé en raison des craintes liées à l'épidémie de coronavirus. Mais pour Huawei et Honor, le show a simplement continué. La société mère et sa filliale ont montré cette année jusqu'où elles sont prêtes à aller par elles-mêmes.

Le plus grand salon mondial de la téléphonie mobile a connu ses premiers déboires au cours de la première semaine de février, lorsque des fabricants tels que LG et ZTE ont annulé leurs projets de participation au MWC prévu cette année. Alors que d'autres OEM leur emboîtaient le pas et que le salon a finalement été officiellement annulé par les organisateurs (la GSMA) le 12 février, Huawei et Honor ont décidé de ne pas se retirer. Le géant de la technologie de Shenzhen est bien conscient de son statut de paria des télécoms. Mais j'ai l'impression que les deux entreprises associées se sentent de plus en plus à l'aise et en confiance pour suivre leur propre voie comme le prouve leur présence aux deux salons tech de l'année en Espagne.

Je dois expliquer à ce stade que ce n'était pas vraiment le business as usual pour Huawei et Honor cette année. Certes, les deux entreprises ont tenu des conférences de presse, lancé de nouveaux produits, et invité les médias à venir et à se faire par eux-mêmes une idée de leurs nouveautés. Mais c'était loin d'être à la hauteur de ce qui était prévu à l'origine. Les deux événements en Espagne ont été pré-enregistrés en "live stream", c'est-à-dire en "conférence de lancement virtuelle". Ils ont également été diffusés lors de plusieurs événements simultanés dans plusieurs villes d'Europe, à l'instar de la manifestation de Berlin à laquelle mes collègues ont assisté.

IMG 20200224 131840
Huawei a organisé un événement de presse à Barcelone, certains y sont quand même venus ! / © AndroidPIT

Et pourtant, le défi était énorme. Huawei et Honor semblent s'être habitués à leur statut de "moutons noirs" du monde de la technologie mobile. J'ai l'impression que leur message pour 2020 est le suivant : nous n'avons pas besoin de la GSMA pour organiser nos conférences de presse lors du MWC de Barcelone. Nous n'avons pas non plus besoin des entreprises américaines, de leurs applications ainsi que des services de Google pour vendre des smartphones.

L'écosystème de Huawei continue à se développer

Huawei et Honor ont clairement deux solutions pour faire face à leurs problèmes d'interdiction aux États-Unis et avec Google. La première est une solution à court terme, comme on a pu le constater à Barcelone lors du lancement de l'Honor 9X Pro. En mettant à jour les smartphones déjà certifiés, les entreprises peuvent contourner l'interdiction et mettre à nouveau des smartphones sur le marché avec des applications Android, Google ainsi que le Play Store prêt à l'emploi.

La question est de savoir combien de temps cette approche peut tenir du point de vue du marketing. La question a le mérite d'être posée. Le Honor 9 est sorti en 2017, et l'Honor 9X en octobre 2019, qui lui-même était déjà un Huawei P Smart rebaptisé. Combien de fonctionnalités provenant de modèles actuellement certifiés Honor et Huawei peuvent-ils encore réutiliser et présenter comme des nouveautés ? C'est là qu'intervient la deuxième partie du plan.

La deuxième solution est une solution à plus à long terme. Les deux entreprises ont parlé de ce plan avec confiance et de manière positive à Barcelone cette semaine. Je parle de l'AppGallery qui dessert les smartphones Huawei et Honor. AppGallery continue de se développer et les partenariats affluent. Nous avons déjà parlé de l'accord passé avec TomTom. Huawei a annoncé lors d'un événement cette semaine un partenariat avec News UK, propriétaire des journaux The Sun, The Times et de la radio talkSport en Grande-Bretagne :

Les deux sociétés étaient fières de parler de leur grand PlayStore (le troisième plus grand au niveau mondial), ignorant au passage et en quelque sorte les deux premiers du classement qui détiennent un quasi duopole sur le marché des applications en dehors de la Chine. Pour continuer à augmenter ses parts de marché, Huawei essaie de faire en sorte qu'il soit aussi facile que rentable pour les développeurs d'introduire leurs applications dans l'App Gallery. Avec HMS Core, Huawei veut proposer un troisième point de chute aux principaux fabricants d'applications dans le but de "donner plus de choix aux consommateurs".

IMG 20200224 144635
Huawei veut offrir une troisième option pour les développeurs d'applications. / © AndroidPIT

Le patron de Huawei, Richard Yu, a déclaré sur scène : "Nous pensons que la technologie doit être ouverte et disponible pour tous", un sentiment qui s'est renforcé plus tard dans la soirée lorsque Honor est monté sur scène. Il est difficile de ne pas être d'accord. C'est une bonne chose pour les consommateurs, et je souhaite toute la chance du monde à Huawei et à son AppGallery. Mais je ne suis pas convaincu que la marque puisse réussir en Europe et en Amérique du Nord... pas encore !

Une chose est cependant claire après l'annulation du Mobile World Congress de Barcelone de cette année : Huawei et Honor n'ont pas peur de se battre seuls sur les marchés mondialisés de la téléphonie mobile.  Ils n'ont pas peur ni de Google, ni de Trump, ni de la mauvaise presse qui les pointe du doigt. Et comme on dit par ici : hay que tener cojones !

Articles recommandés

11 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Désolé, mais quelques soient les qualités de leurs smartphones et tablettes (pour les PCs, Huawei a encore droit à Windows 10, donc bon ça va, dommage que Huawei ne fasse pas de Chromebooks vu la qualité de leurs produits, même si Acer, Asus, Lenovo et HP en font de bons, ça ferait encore plus de choix) sans les applications de Google que j'utilise et qui fonctionnent très bien (bon, elles ont des alternatives, mais pour l'instant et depuis des années ce sont elles que j'utilise) et surtout sans tous les applications de services que j'utilise quotidiennement, ce sera sans moi. On verra dans quelques années si Huawei a gagné son pari et fait de son App Gallery un réel concurrent rivalisant sans peine avec le Play Store et l'App Store.
    D'ici là, il y a pléthore d'autres marques, dont certaines tout aussi qualitatives...


    • " On verra dans quelques années si Huawei a gagné son pari et fait de son App Gallery un réel concurrent rivalisant sans peine avec le Play Store et l'App Store."

      Ça pourrait aller plus vite que tu ne le penses. Il ne t'a pas échappé que Huawei tisse des partenariats avec Xiaomi, Oppo et Vivo (rien que ça) pour développer le parc applicatif sur leurs magasins respectifs. Quand on voit le poids que représentent ces mastodontes sur le marché des smartphones, je pense qu'ils ont des chances de se désolidariser de Google plus vite qu'on ne le croit. Les dirigeants d'Alphabet n'auront plus alors qu'à remercier Trump de leur avoir fait perdre des dizaines de millions de clients 😁
      https://www.frandroid.com/marques/huawei/672587_huawei-sassocie-a-oppo-vivo-et-xiaomi-pour-mettre-a-mal-le-monopole-du-play-store


      • C'est vrai, j'y ai pensé en tapant mon commentaire, mais regarde Microsoft et Samsung, malgré leur poids respectif dans les PCs pour l'un (Microsoft) et smartphones pour l'autre (Samsung), qui n'ont jamais réussi à remplir leur store et en faire des compétiteurs sérieux d'Android et IOS...
        Bon, après, Huawei + Xiaomi et BBK c'est plus d'un milliard de clients rien qu'en Chine, je leur souhaite vraiment de réussir mais je suis quand même circonspect...
        Il va vraiment leur falloir séduire massivement les développeurs, et ça c'est pas évident de toute évidence... la " sauce "intérêt de prendre très très vite t le store se remplir très rapidement pour déduire ceux qui seront réticents, sinon c'est voué à l'échec.... on devrait très vite le savoir, c'est une histoire de 6 mois je pense (pour savoir si le succès ou l'échec sera au bout de l'histoire)...


      • Dans le cas de Microsoft, c'est différent. Leur OS mobile n'a jamais dépassé 10% de parts de marché mondiales et était même largement en dessous dans pas mal de pays. Leur modèle d'applications universelles, qui étaient censées fonctionner a la fois sur PC et sur Windows Phone, n'était pas viable, car ces applis étaient trop complexes ä développer. Ajoutons à cela le virage foireux vers Windows 10 Mobile qui était buggé jusqu'à la moelle dans ses premières versions et on a l'explication du fiasco de Microsoft, dont le poids dominant sur le marché PC n'était d'aucune aide puisque les logiciels x32 ne fonctionnent pas sur une architecture ARM.
        Pour ce qui est de Samsung, je pense qu'ils avaient des ambitions plus modestes et n'ont jamais eu pour projet de se libérer du Play Store. Ils voulaient juste promouvoir leurs propres apps et encaisser une partie des commissions à la place de Google. Mais au final ça n'a pas marché car les utilisateurs n'appreciaient pas vraiment d'avoir deux stores préinstallés et largement redondants.


    • Presque un mauvais jeu de mot dans le titre avec une allusion au virus Corona.
      Il n'empêche qu'il faudra bien que Huawei propage ses applis auprès de sa base d'utilisateurs. Vous en touchez un puis ceux qui sont autour et de proche en proche, les foyers s'élargissent.

      Pour faire cavalier seul, il faut une offre ouverte LARGEMENT et sans limitation aux développeurs, pour lesquels il doit être facile de passer d'une plateforme à l'autre sans avoir à tous réécrire, être une solution agile (un code adaptable facilement et rapidement lors des mis à jour).
      Visiblement, Huawei n'a pas les cojones de s'affranchir de Windows 10 sur PC et sur chromebook, on continue à choisir les applis Google. Mais c'est un aussi un choix intelligent pour ne pas se couper des clients. Déjà que le coeur de cible a peur de passer à Linux en lieu et place de Windows. Surtout les gamers. Il faut que l'administration force ses agents à utiliser des outils libres pour qu'ils soient adoptés. C'est un choix passif.


      • Non, désolé Skyrail, " Cojones " est de l'espagnol et signifie les 2 gonades qu'on a entre les jambes :)
        C'est Juste un moyen (risible) de ruser et d'éviter un très gros mot en français :)
        J'ai fait 9 ans d'Espagnol LV 2, entre la 4ème en Vendée et la Fac (DEUG trilingue Français / Anglais /Espagnol " Formation des formateurs ", équivalent au cycle " Lettres et Civilisations Etrangères " dans les autres universités, à Nantes, avec 3 redoublements en 4e (à cause des maths, alors que j'étais littéraire, parce qu'on m'estimait capable de suivre un cycle scientifique plus " prestigieux " au Lyçée, enfin, bon...), en 1ère (section A2, lettres et langues) et en 1ère année de Fac en 1995 (année des grandes manifs des étudiants contre Juppé et ses réformes, 1 mois de cours cette année-là, le gros bordel et une hécatombe logique aux examens de fin d'année scolaire vu les conditions).
        Je ne parle pas espagnol couramment mais j'ai encore quelques restes bien que je n'ai jamais pratiqué depuis la fin de mes études universitaires il y a 25 ans :)


      • En hommage aux cojones 😂
        https://youtu.be/VszkzjP-CWM
        Jérôme y trouvera sûrement son compte aussi 😁


      • C'est pour ça que j'ai dit "presque"... avec l'idée que les français ne savent pas prononcer correctement les mots étrangers (faut bien racler la gorge pour la jota :)
        En évitant de tousser bien sûr par les temps qui courent ;)
        En tout cas chapeau pour toutes ces années d'espagnol. Il en restera toujours quelque chose même quand on ne s'en sert pas tous les jours.


  • Luna depuis 1 mois Lien du commentaire

    La combativité de Huawei est exemplaire, on y a tous à apprendre quelque chose.


    • Ouais bof je comprendrais cette admiration pour Huawei si c'était une petite structure qui se bat contre des géants, mais là c'est plutôt deplacé.
      Huawei est lui-même un géant avec de très gros moyens et, du fait que Google est interdit en Chine, il a largement bénéficié de la protection du gouvernement chinois pour développer tranquillement, sans craindre la concurrence, un écosystème alternatif qui fonctionne depuis longtemps sur le sol chinois. Actuellement, ils cherchent juste ä l'exporter hors des frontieres, ce qui est de bonne guerre, mais y a vraiment pas de quoi s'extasier sur une prétendue "combativité" dont on aurait à apprendre quelque chose.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition