Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur.

4 min de lecture 14 Commentaires

La révolution technologique des fabricants automobiles est en marche

Dès 2021, les premières voitures autonomes devraient faire leur apparition sur nos routes en Europe. Devant cette évolution, de nombreuses firmes high-tech ont envahi le marché automobile, à l'image d'Apple, Google ou encore Amazon, conscients que la voiture allait devenir un nouvel eldorado pour les contenus et la publicité. Toutefois, les fabricants automobiles n'ont pas dit leur dernier mot et préparent leur révolution.

Le changement de l'automobile

L'avènement des voitures connectées dans un premier temps puis des voitures autonomes prochainement laisse la porte ouverte à de nombreux usages. Le contenu va en effet devenir l'un des sujets majeurs de l'industrie automobile dans les prochaines années et la bataille ne fait que commencer. Le temps que l'on ne passera plus à conduire est précieux pour de nombreuses entreprises. Les utilisateurs auront plus d'occasions et surtout de temps pour consulter des contenus (vidéos, musiques, lectures, recherches...) pour d'autres activités (achats en ligne notamment). De nombreuses entreprises de la high-tech l'ont bien compris et se sont engouffrés dans le marché de l'automobile. Les salons tech deviennent des salons de l'automobile et inversement. Preuve en est une nouvelle fois en ce début d'année avec le CES 2018 de Las Vegas.

Une des premières démonstrations de cette arrivée des géants de la tech dans le monde des voitures est le développement d'Apple Car et d'Android Auto mais également la généralisation des assistants vocaux comme Siri, Google Assistant ou encore Amazon Alexa au sein des véhicules. Devant l'ampleur du marché, d'autres entreprises plus classiques investissent aussi dans le domaine et proposent désormais leurs assistants vocaux. C'est le cas par exemple de Bosch qui a lancé Casey, un assistant vocal censé rendre la conduite plus sûre et plus confortable. Ce système de reconnaissance vocale comprend les structures naturelles et peut même gérer les accents et les dialectes, et plus de 30 pays du monde.

Les fabricants conscients du danger

Bien entendu, les plus grands fabricants du secteur ont déjà commencé à réaliser leur transformation. Le développement de Tesla a bouleversé une industrie qui jusqu'à il y a quelques années était assez réticente aux changements. Le modèle traditionnel qui reposait sur la détention privée de véhicules touche désormais à sa fin et les défis soulevés par les nouvelles formes de mobilité mais aussi par la voiture autonome obligent les constructeurs à accélérer leur révolution. 

Certains constructeurs l'ont bien compris, ils se sont rendus compte que l'arrivée des voitures autonomes permettait de transformer leurs véhicules en de véritables magasins roulants où les passagers et conducteurs pouvaient "dépenser" pendant leur temps de transport. Car non, les fabricants automobiles ne sont pas devenus pour autant plus philanthropiques dans cette nouvelle révolution de l'ère automobile.

Renault-Nissan-Mitsubishi, premier constructeur automobile mondial au premier semestre 2017 a ainsi annoncé il y a quelques semaines investir 5 millions d'euros dans un groupe de presse français (Challenges, Sciences et Avenir, Historia...) « Le prochain sujet de l'industrie automobile, c'est le contenu. Soit on le prend chez un autre, soit on s'y intéresse nous-mêmes... Ce qu'on ne veut pas, c'est fabriquer des boîtes vides au profit d'autres acteurs » a affirmé Carlos Ghosn, l'emblématique dirigeant du groupe lors de l'annonce de l'opération.

Nous voulons éviter de vivre ce qu'ont connu les fabricants de téléphone. On ne va pas développer du hardware pour que quelqu'un d'autre récupère toute la valeur ajoutée

L'homme voudrait ainsi offrir aux utilisateurs des savoirs et informations vulgarisés par les médias avec des produits mixant bases de données et intelligence artificielle. « Nous voulons éviter de vivre ce qu'ont connu les fabricants de téléphone. On ne va pas développer du hardware pour que quelqu'un d'autre récupère toute la valeur ajoutée ».

mercedes smart iaa
 La Smart Vision EQ ForTwo représente la vision de la mobilité urbaine du futur du constructeur Smart. © AndroidPIT

La voiture de demain sera high-tech et pleine de services

Outre la vente d'une voiture autonome, les constructeurs veulent donc vendre des services aux utilisateurs. La concurrence des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) est importante et leur laisser le champ libre est impensable. Renault-Nissan semble partir dans une logique propriétaire avec un système fermé où seuls les clients de la marque auront accès à un type de services (et de contenus). Or, si l'on en croit les dernières tendances du salon de l'auto Francfort en septembre dernier comme la Smart Vision EQ ForTwo, proposer un système plus ouvert pour permettre à chacun de retrouver son univers dans n'importe quel véhicule pourrait avoir plus de sens, dans la mesure où le véhicule sera de plus en plus partagé. 

Que vous inspire le changement de l'industrie automobile ? Croyez-vous en la voiture autonome ?

8 partages

14 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :

  • ..


  • Je pense en effet qu’à ta place je finirais par voir les choses autrement. Cependant, au vu de ton vécu, ton jugement est hélas assez subjectif.
    On ne peut pas tenter d'effacer toute cause de mortalité dans notre société par le développement inconsidéré de l’intelligence artificielle ou de la robotique, sous prétexte que le caractère humain est doué d'émotions et de sentiments aussi imprévisibles soient-ils.

    Je pense qu’actuellement notre société occidentale cherche à trop assister et sécuriser chaque individu ce qui conduit celui-ci à se déresponsabiliser et à adopter des comportements égoïstes et inconséquents et donc au fond à ne plus se conformer à certaines valeurs nécessaires au bien commun.

    Il serait temps que notre culture réintégre le fait que notre vie confortable n’est pas dénuée de tous risques et que certains concours de circonstances provoquent des tragédies qui restent inévitables et ce malgré les responsabilités mises en évidence. Que nous nous efforcions de les diminuer est une chose mais que nous ne les acceptions plus en est une autre.
    Or, on nous propose aujourd’hui la technologie numérique et informatique comme le remède universel au mal-être, à la souffrance et à une certaine fatalité inhérente à notre condition d’homme imparfait, cette utopie qui au fond ne fait que nous éloigner chaque jour un peu plus de notre nature profondément sociable.

    Pour moi le bonheur n’est pas un état qui se veut permanent alimenté par une assistance et protection de toute contrainte physique et psychologique. Si l’homme n’est plus capable de surmonter quelconque difficulté alors ou trouvera, t'il la volonté de grandir et de repousser ses limites ?
    Quant à moi, je suis professionnel de la route et je suis attristé de savoir que d’ici quelques années mon métier est voué à disparaître comme tant d’autres sans que les plus grands spécialistes ne soient capables de proposer des solutions autre que chimériques à ce changement majeur de société.
    Et oui je fais partie de ces personnes qui aiment conduire et qui acceptent d’en prendre le risque comme d’autres acceptent d’être policier ou pompier. Et je suis fier d’être un vieux con fraîchement trentenaire si l’on peut considérer qu’être attaché à son boulot ou porter grand intérêt à une activité puisse être défini ainsi… ou bien penser que tout « progrès » n’est pas forcément bénéfique.


  • Vince depuis 6 jours Lien du commentaire

    Je ne veux pas être pessimiste, mais avec ces technologies et ces écrans monstrueux dans l'habitacle qui, à mon avis doit perturber le conducteur (du moins au début), il va y avoit un véto du gouvernement. Ceci dit, on va avoir des voitures intelligentes et puissantes pour rouler à faible vitesse... On en reparle ?


  • LFC depuis 6 jours Lien du commentaire

    Ca ira beaucoup plus vite qu'on ne le pense... et ça n'a rien à voir avec la mode


  • Rideau depuis 6 jours Lien du commentaire

    PARCE QUE C'EST NOTRE PROJET !


  • @ louis hory : Bravo, je n'auras pu dire mieux et je suis parfaitement d'accord avec toi. Et je ne vois rien à rajouter.


  • louis hory depuis une semaine Lien du commentaire

    Résumer le modèle à venir de l'industrie automobile à une domination totale du numérique par rapport au mode de déplacement est une lubie bien peu originale mais très actuelle, très à la mode.

    Pour l'instant et pour encore un temps certain la grande majorité de l'utilisation de l'automobile consistera encore à se diriger à son point de travail (ou en revenir) et aux lieux commerçants par des personnes qui auront d'autres choses à penser à qu'à dépenser de l'argent qu'elles n'ont pas encore gagné.

    Alors oui, pour les CSP++, que l'avenir des moyens de transport soit à la veille d'une mutation majeure n'est un secret pour plus grand monde. Qu'une crainte grandissante chez les constructeurs automobiles existe pour essayer de ne pas se faire dépouiller d'une source de profit envisagée par la libération du conducteur de sa tâche du déplacement paraît logique et saine.

    Il faudrait quand même relativiser les choses, les comportements humains n'évoluent pas à une vitesse si importante pour envisager l'extrémité des solutions envisagées dans l'article.
    Entre les problèmes éthiques, juridiques et sociétaux, la "nouvelle révolution" du déplacement a encore le temps de réfléchir à trouver des solutions acceptables pour chaque situation...


    • Ta vision des choses est très pertinente et rassurante ! Et puis un peu ras le bol de cet engouement pour l'automatisation qui ne fait que cacher au fond le besoin de l'homme d'en faire de moins en moins, tout activité ou presque étant devenue source de pénibilité... Une maladie très récente et très moderne finalement. Je n'appelle passe ça du progrès. Assister l'homme ok, lui substituer une machine ou une IA, non.


      • Je ne pense pas qu'il s'agisse de ça ( l'IA et les voitures autonomes, ça c'est inéluctable, la faute à de nombreux humains incapables de se raisonner et d'adopter un comportement " raisonnable " sur la route, entre chauffards, alcooliques, drogués... qui utilisent nos routes quotidiennement et mettent nos vies en danger... et le pire c'est qu'ils n'en ont aucune conscience et s'en foutent [le reportage de samedi après-midi sur TF1 sur les tribunaux et les cas d'accidents de la route était édifiant, je dirais même terrifiant tant on y comprenait bien que mes propos sont hélas véridiques]. Là il s'agit de la bataille à laquelle vont se livrer les fournisseurs de contenus numériques et les fabricants d'automobiles (pour les contenus qui vont être diffusés sur les écrans qui équipent et équiperont nos véhicules autonomes), ces derniers voulant s'accaparer tous les bénéfices de la vente des véhicules et des contenus numériques (vidéos, musique, presse...) qui seront diffusés pendant nos trajets [ce à quoi les fournisseurs de contenus s'opposeront, avec raison, ce serait les priver de revenus potentiels]. D'un autre côté, de moins en moins de gens possèdent de voitures, surtout chez les actuels jeunes, la société de demain, qui ont tout l'air de s'en désintéresser, et on se dirige vers un monde où les véhicules seront en location pour nos transports, et il faut donc que les constructeurs automobiles trouvent des revenus de substitution (de moins en moins de particuliers posséderont leur propre voiture, les principaux acheteurs seront des sociétés de location, les ventes se restreindront donc par, conséquent, les ressources financières des constructeurs...)
        Certains " vieux cons " attachés à leur ancien monde, la possession de leur véhicule, et leur liberté à faire ce qu'ils veulent sur nos réseaux routiers (quitte à y adopter des comportements complètement irresponsables cause de nombreux accidents et morts...), mais nous n'y pourront rien, c'est le sens de l'histoire... moi je ne vois pas cela nécessairement comme un mal, notamment question sécurité (encore faut il que nos réseaux, routiers et internet, soient performants, de qualité et parfaitement entretenus pour que nous soyions tous à égalité... là encore on risque fort de voir une inégalité entre les citadins bien équipés et les citoyens des campagnes reculées délaissés, mais ça c'est un autre débat...)


      • @ Willi1113

        Je te remercie pour les compliments.

        Tu dois comprendre que pour autant je ne suis pas un "anti-moderne" mais seulement quelqu'un qui se pose des questions, sans a priori, sur la modernité et ses excès. Peut-être que mes 59 ans (et quelques connaissances de l'Histoire) me donne le recul nécessaire pour ne pas accepter facilement un discours lénifiant très à la mode ces temps-ci...

        Si je peux provoquer un questionnement sur la validité du progrès (ou au moins y participer), je serai satisfait. C'est vrai que le politiquement correct me donne facilement de l'urticaire et m'incite à réagir sans coup férir.


      • @ Emmanuel Milcent

        La question de la responsabilité personnelle telle que tu l'envisages dans ton dernier paragraphe peut être discutée. Je m'explique.

        Ce que j'entends dans ton explication et qui me questionne c'est envisager que la prise de décision des "habitués" de la route pour assumer leur façon de procéder (en conduite automobile) devenaient inacceptable puisque la recherche permettra ou permet déjà de supprimer toute prise de risque ou toute erreur considérée comme insupportable car potentiellement dangereuse. Évidemment une victime ou un proche d'un chauffard ayant subi ce type de comportement peut facilement la légitimer, seulement cela me semble poser des questions plus primordiales sur le véritable sens de la responsabilité personnelle des êtres humains.

        Si l'on doit définir comme inacceptable tout comportement naturel et volontaire ayant une probabilité très supérieure à un système automatisé de provoquer un accident aux conséquences imprévisibles, il deviendra nécessaire de retirer à chaque être humain toute expression possible de sa propre nature quelle qu'elle soit.
        La nature humaine étant justement faite d'imprécisions, d'essais, d'erreurs et de mise au point (la créativité étant essentiellement cela) de comportements que l'on réalisent en permanence tous les jours sans même en prendre conscience, il deviendra logique pour tout acteur étatique ayant en charge de gouverner une société d'imposer le recours à toutes les innovations technologiques disponibles pour maximaliser l'efficacité de ces sociétés.
        Donc sous le prétexte généreux d'améliorer le confort et l'efficacité dans la vie de nos sociétés humaines, on leur imposera des systèmes qui finiront de les déshumaniser (puisque le mouvement est déjà largement entamé)

        En clair, je crains que l'action très négative des "vieux cons" ne cachent en réalité une volonté (des gouvernants) se voulant protectrice d'imposer un type de société qui se rapprochera plus de "1984" de Georges Orwell que d'un havre de paix démocratique et respectueuse de la réalité humaine (avec ses défauts que je ne nie absolument pas) et qui aboutira à une plus grande insensibilité et une plus grande irresponsabilité encore face à l'altérité et aux aléas propre à l'expression de "l'âme humaine".

        Je ne prétends pas avoir fatalement raison et ne pas écouter d'autres types de solutions mais je veux mettre en balance les avantages et les inconvénients de l'utilisation de la technique (de la technologie si tu veux) à outrance comme on veut nous l'imposer avec les meilleures intentions possibles.

        Gilbert Simondon et Jacques Ellul, il y a plus d'un demi-siècle, avaient déjà envisagés les risques encourus par ce type de solution. Ce que je pourrais préconiser c'est tout au contraire de re-responsabiliser les hommes là où les sociétés on déjà passablement retirer aux individus toute idée de reprendre en main le choix du type de société dans laquelle ils souhaitent vivre le plus harmonieusement possible. Tout recours systématique à la technologie, pour moi, se doit d'être discuté et non d'être imposé sous prétexte d'efficacité concurrentielle. Je crains les choix d'experts très forts avec leurs tableaux Excel mais insensibles à la réalité humaine.


      • Le gros problème vient du comportement irresponsable d'un nombre assez conséquent de conducteurs, chauffards, alcooliques, drogués... qui n'ont que faire des réglementations et des autres usagers, continuent à prendre le réseau routier comme un terrain de jeu, perdent des points (passent alors des stages de récupération de points... et recommencent comme si de rien n'étaient...) voire font de la prison pour leur comportement très dangereux (voire potentiellement criminel) mais ne comprennent rien et recommencent leur même comportement comme si de rien n'était...
        Qu'ils mettent leur propre vie en danger, soit, ça les regarde... mais ils mettent aussi en danger celles des autres usagers. C'est à cause de tels " criminels " en puissance, irrécupérables hélas pour certains, que les constructeurs en viennent à de telles extrémités que de concevoir des véhicules autonomes... et qui pénalisent ceux qui respectent les règles, ont un comportement adéquat, responsable et prennent du plaisir à conduire. Dans le domaine automobile, c'est hélas indispensable et bienvenu, dans d'autres domaines, par contre, cela se discute..
        SI tu n'as pas vu le reportage dont je parle dans mon commentaire, regarde le en replay, tu seras stupéfait et comprendra mieux (visiblement, personne dans ton entourage n'a été victime de tels criminels, et tant mieux, moi j'ai perdu un de mes amis (de la maternelle au collège) à cause d'un tel chauffard, un de mes frères aînés à perdu 3 de ses meilleurs amis au cours d'un tel accident... franchement ça fait réfléchir et cela fait modifier notre position et notre comportement)


      • Je crois que j'ai vu juste concernant ta motivation pour désigner des contrevenants au comportement inadmissible... malheureusement.

        Dans notre société, il y a d'autres types de délinquants et de délinquance qui savent profiter des lacunes ou des failles de la législation pour provoquer des troubles bien aussi graves sinon beaucoup plus à mon idée mais mon but n'est pas d'entrer en polémique pour le plaisir vu que j'ai déjà essayer de montrer les craintes que je redoute à ce sujet.

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations