Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

2 min de lecture 4 Commentaires

Voici comment votre fitness tracker peut voir si vous êtes malade

Les pas, le sommeil, le pouls... Les smartwatchs et les fitness trackers mesurent de nombreux éléments de notre corps. Cela va encore plus loin que vous l'imaginez car les données enregistrées permettent de faire des diagnostics précoces, bien avant l'apparition des premiers symptômes d'une maladie. Garmin s'est penché sur la question lors du MWC. 

Comme l'a expliqué Garmin au MWC de Barcelone, grâce aux données générées pendant le sommeil il y a 95% de chances de déterminer si une personne aura du diabète dans les deux prochaines années. C'est justement une détection précoce qui permet de mieux soigner la maladie. Au lieu de dépenser une fortune chaque année en soins, les personnes peuvent tout simplement découvrir leur problème rapidement et commencer un traitement. 

Lors du MWC, nous avons parlé avec Jörn Watzke qui est responsable des ventes pour les professionnels B2B (business to business) chez Garmin. Vous trouverez ci-dessous une courte interview (en anglais) que j'ai pu avoir avec lui :

Ce que je trouve le plus intéressant dans tout cela, c'est que ce chapitre ne fait que commencer. Actuellement, l'analyse de ces données implique le rôle des humains mais ceci pourrait bien changer. Grâce au système d'"apprentissage non supervisé", les ordinateurs peuvent travailler de manière autonome avec nos données et es analyser afin de détecter des risques tels que l'apparition du diabète.

Est-ce que cela vous dérange que des machines analysent vos données afin de veiller à votre santé ? Ou trouvez-vous que vous surveiller ainsi empiète sur votre liberté ?

4 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • En effet, ça me dérange car entre vérifier, analyser et commencer à envoyer des notifications de soin il n'y a qu'un pas vers l'accompagnement musclé et même certainement l'obligation accompagné de sanction et du coup on va directement vers l'acquisition du certificat pour postuler, c'est horrible.


  •   41
    Compte désactivé 8 mars 2017 Lien du commentaire

    Un jour un employeur ou un assureur pourra contacter et payer Google afin de tout savoir sur les données collectées de notre santé; c'est certain .


    • "Tout ce qui une valeur n'a pas de prix et tout ce qui a un prix n'a pas de valeur", ce n'est pas de moi... malheureusement (sic) mais la première proposition est de F. Nietzsche.


  • "Que des machines analysent vos données afin de veiller à votre santé." ?
    Tant qu'elles fonctionnent en circuit fermé et ne distribue ces infos "médicales" à des tiers (faut-il rappeler que ces infos sont censées être protégées quand elles sont produites en milieu médical ?) je n'ai rien à en dire... de mal et au contraire prendre en main son état de santé est un plus non négligeable pour ne pas dire indispensable.
    J'ai vécu un "plan de licenciement" en 1994 où l’hôpital local était sollicité discrètement par l'employeur (une multinationale) pour avoir les dossiers médicaux des employés afin de "mieux choisir" les indésirables en fonction de leur état de santé.
    Cela peut expliquer ma méfiance vis-à-vis de ce "progrès" un peu trop évident à mon idée.

Articles recommandés