Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.
Un rapport du gouvernement britannique sur Huawei fait état de "risques à long terme pour la sécurité"
Huawei 5G 2 min de lecture 8 Commentaires

Un rapport du gouvernement britannique sur Huawei fait état de "risques à long terme pour la sécurité"

Un nouveau rapport du National Cybersecurity Centre (NCSC) du Royaume-Uni a sévèrement critiqué les protections de sécurité des appareils Huawei. En conséquence, le NCSC ne peut que fournir "une assurance limitée sur les risques à long terme pour la sécurité qui peuvent être gérés avec les équipements Huawei actuellement déployés au Royaume-Uni".

C'est un autre coup dur pour le fabricant chinois, qui lutte déjà contre l'opposition des Etats-Unis et des nations alliées au sujet de ses relations avec les dirigeants chinois. Le rapport, qui provient du Huawei Cyber Security Evaluation Centre (HCSEC), mis en place par le NCSC en 2014, indique que le fabricant du P30 Pro présentait "un risque considérablement accru pour les opérateurs britanniques" grâce notamment à "d'importants problèmes techniques dans les processus techniques de Huawei".

"Si un hacker a connaissance de ces vulnérabilités et dispose d'un accès suffisant pour les exploiter, il peut être en mesure d'affecter le fonctionnement du réseau", indique le rapport.

Huawei fournit déjà à plusieurs des plus grands réseaux britanniques des équipements pour leur infrastructure réseau 4G au Royaume-Uni. La rumeur disait à la fin de l'année dernière que la Grande-Bretagne pouvait interdire à Huawei de participer à son processus d'appel d'offres 5G, mais comme nous l'avons rapporté en février dernier, le pays n'a pas cédé aux pressions américaines pour bloquer Huawei.

mwc 2019 tech fair 5g 03
La 5G a été un thème majeur du MWC Barcelone au début de cette année. © AndroidPIT

Le NCSC a déclaré que tout risque éventuel lié à l'équipement Huawei pourrait, pour l'instant du moins, être géré. Toutefois, elle n'était pas disposée à s'engager à tenir cette promesse à long terme, ne fournissant qu'une assurance limitée sur les risques pour la sécurité nationale du Royaume-Uni découlant de la participation de Huawei aux réseaux essentiels du Royaume-Uni.

Huawei a répondu en indiquant que l'entreprise comprend les préoccupations du Royaume-Uni et qu'elle les prend très au sérieux. La société chinoise s'est engagée à travailler avec le NCSC au Royaume-Uni pour s'efforcer de répondre à ses exigences de sécurité. L'entreprise a investi 2 milliards de dollars à cette fin.

Que pensez-vous du dernier coup porté à Huawei sur la sécurité de ses équipements réseau ? Vous vivez au Royaume-Uni ? Êtes-vous inquiet ?

Source : TechRadar

8 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • S'est les usa qui leur on force la main par derrière, voir menacé et il son sûrement été menacé par les américain a cause de leur sécurité entre usa et englais.
    Comme par hazar, il y a peut pas de problème avec Huawei disais la sécurité anglaise et maintenant que les usa sont passé par là en privé, il reviennent sur leur décision et pour que ça soit crédible au yeux des gens, il balance un rapport tout bien tombé au bon moment, ça doit vraiment arranger Trump et les usa si le rapport vient pas de leur main. Sest claire que avec des accusation sans réelle preuve, il faut bien en fabriqué une au bon moment pour que les usa garde leur crédibilité de leur premier mensonge. Il fallait bien inventer un faut rapport pour rester crédible au yeux du monde et de leur menaces première.

    Se n'est qu'un tissu de mensonge inventé par les usa pour leur faut tour de force contre Huawei. La jalousie avec des menaces bidons qui leur a permis de faire encore un meilleur bénéfice sur les smartphone, ça a du bouillir dans la caboche de Mr, Trump et des manipulation mensongères des américain. Bref notre monde est peuplé de gens riche mais très faible en esprit et très lâche envers ses propre convictions qui son un tissu de mensonge.


    • Quasar depuis 3 semaines Lien du commentaire

      Trop long, j'ai commencé à lire et c'est truffé de fautes dès le premier mot, pas crédible...


    • Moi avoir absolument rien compris de ce que toi avoir écrit. Moi savoir même pas si ce que toi avoir écrit est du français


    • Nicolas depuis 3 semaines Lien du commentaire

      "Sest claire que avec des accusation sans réelle preuve"
      On attend donc la preuve de ce que tu avances avec impatience !

      "pour que les usa garde leur crédibilité de leur premier mensonge"
      Tu es donc un ingénieur ou apparenté et tu as analysé les composants et autres codes sources de Huawei. Tu peux nous garantir, preuve à l'appuis que tes affirmations sont fondées ? J'ai comme un doute...

      "Bref notre monde est peuplé de gens riche mais très faible en esprit"
      Vu comme ton esprit a l'air vide, tu dois être sacrément riche !

      Du reste, rends toi service et apprends à t'exprimer. Te lire est un supplice !


  • Quasar depuis 3 semaines Lien du commentaire

    Les anglais vont toujours dans le sens des USA, donc pas de surprise.
    Enfin bon, vu les histoires d'espionnage, je pense que les anglais prennent la bonne décision et qu'il vaut mieux se méfier de tout ce qui est équipement réseau et communication chinois.
    En France, vu tout ce qu'on leur a vendu (châteaux, vignobles, stades, entreprises, etc) on est bagué, tant pis pour nous. C'est juste au CON...sommateur d'être clairvoyant et de ne plus acheter Huawei, Xiaomi, Oneplus, Wiko etc


  • louis hory depuis 3 semaines Lien du commentaire

    "Que pensez-vous du dernier coup porté à Huawei sur la sécurité de ses équipements réseau ?"

    Poser la question ainsi c'est déjà (un peu) y répondre...

    La source d'info à l'origine de l'article, c'est aussi un début de réponse.
    En France, à quelques jours d'un toujours moins hypothétique Brexit, la question entraîne, malgré tout, vers un type de réponse plutôt qu'une autre version plus "soft".