Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

2 min de lecture 5 Commentaires

On a testé la voiture autonome de BMW !

Bien que la voiture autonome fait débat cette semaine après le premier accident qui a coûté la vie à une piétonne aux Etats-Unis, la révolution automobile est en marche. Le MWC de Barcelone a pu ainsi nous donner un avant-goût du futur de la mobilité. Le rendez-vous high-tech est désormais également une fête de l'automobile et il n'est donc plus rare de croiser les stands des constructeurs automobiles au milieu de ceux des fabricants de smartphones. Nous avons eu l'occasion de tester une voiture autonome. L'occasion de vous donner nos impressions sur cette sortie sans pilote.

L'automobile est en pleine évolution, et la voiture autonome est évidemment pour la majorité des constructeurs automobiles un objectif. Le salon de Barcelone était donc l’occasion idéale de se livrer à une démonstration publique de cette autonomie totale pour plusieurs marques. C'était par exemple le cas pour BMW qui a profité du moment pour montrer ses avancements à la presse tech.

AndroidPIT BMW MWC 2018 9450
La première voiture autonome de BMW pourrait voir le jour dès 2021. © AndroidPIT

Pour bien comprendre, il est important de savoir qu’il existe différents degrés d'autonomie pour la conduite d'une automobile. Certains dispositifs d'assistance sont d’ailleurs déjà commercialisés. On les trouve par exemple chez Audi, Mercedes, Renault ou Tesla, mais le stade ultime reste évidemment l'autonomie totale.

L’objectif était ici de montrer davantage l’expérience utilisateur, plus que la conduite en elle-même. La BMW i3 complètement autonome était sur le stand de la marque allemande et j'ai eu le plaisir de monter à l'intérieur. Je vous propose de découvrir mes impressions en vidéo :

Une BMW de série dotée de la même fonctionnalité pourrait être lancée sur un marché pilote en 2021; D'ici là, plusieurs problèmes doivent être réglés car a voiture autonome n'est pas un long fleuve tranquille. Si la technologie est presque là, il reste plusieurs défis majeurs au constructeur pour véritablement imposer la voiture autonome et la sécurité en est évidemment un. L'accident mortel causé par une voiture autonome d'Uber ne fait que renforcer la méfiance de certains utilisateurs qui ont peur de laisser le contrôle total de leur véhicule à une machine. La question des infrastructures et la législation est aussi importante.

La voiture autonome est-elle sur la bonne voie ?

10 partages

5 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Il ne faut pas s’emballer. Il y a eu plusieurs accidents dont au moins 2 morts... Il est prudent d'attendre.


  • Je suis très confiant quant à l'avenir de ces voitures autonomes qui, à n'en pas douter, feront certainement infiniment moins de morts que ce que les humains ont déjà fait, font aujourd'hui et feront demain.

    "100 chevaux sous le capot, un âne au volant"... * **

    Quant à ceux qui voient en ces voitures autonomes un danger, qu'ils se renseignent sur le nombre de catastrophes aériennes qu'il y a eu dans l'histoire de l'aviation civile, on n'a pas pour autant interdit les avions et peu de gens redoutent de les prendre. Pourtant, ils sont à 10.000 mètres d'altitude dans un engin dont plus d'un n'est jamais arrivé à destination.

    Laissons le temps au temps et aux ingénieurs qui n'ont pas fini de nous étonner.

    * L'exemple est valable quel que soit le nombre de chevaux, le prix de la voiture, ou le niveau social de l'âne assis derrière le volant.

    ** J'ai été un âne à 20 ans, ce qui me sidère et me consterne ce sont les ânes bien plus âgés qui semblent avoir avancé dans la vie sans avoir compris la valeur de celle-ci. Vivement la voiture autonome, fiable et obligatoire, seul moyen selon moi pour que les gens innocents et raisonnables puissent se sentir tranquilles et en sécurité sur la route.


    • Les "ânes du volant" qui vont sentir leur première et dernière liberté leur échapper et les ânes sont têtus quel que soit leurs nombres de pattes, deux ou quatre. Si l'on rajoute un nombre non négligeable de politiciens qui sentent le créneau porteur pour conserver leur prérogatives sur leurs ânes votants qu'ils défendent toujours très opportunément, la bataille juridique pour imposer ce nouveau moyen de se déplacer est loin d'avoir gagné la partie.

      J'éviterai de parler de tous les lobbys défenseurs de libertés individuelles bas du front (ou conservatrices à l'excès pour ne choquer personne) en disant que la bataille pour réduire à pratiquement zéro la mort par accident de la route a de quoi s'occuper encore un bon moment pour achever de convaincre une majorité quand même très suspicieuse.

      Et moi aussi, j'ai été un"âne du volant" qui suis passé près de la catastrophe après avoir converti mon permis militaire alors que j'avais très peu conduit en situation classique que je n'ai découvert qu'après mon Service National.


      • Pas mieux 😊 Mais est-ce étonnant ?


      • Le sentiment de liberté procuré par la vitesse sur n'importe quel moyen de locomotion individuel par des jeunes gens découvrant une liberté depuis longtemps promise mais non encore exercée ne peut, en effet, guère surprendre.
        De là, à justifier des comportements mettant en danger leur propres vies en plus de celle d'autrui est une barrière qui devrait être comprise comme infranchissable.

        Mais le besoin de dépasser les interdits quand le besoin de liberté est à portée de volant ou de guidon est une tendance quasi naturelle que je n'oublie pas non plus sans pour autant l'encourager, bien entendu !

        Les besoins éducatifs ne devraient pas s'arrêter aux limites classiques le plus souvent admises dans les milieux familiaux ou la société mais envisagées avec plus de perspicacité et de largeur de vue.

        Tant pis, si je parais un brin utopique aux yeux de certains, je crois que cela devient de plus en plus indispensable. La liberté et la permissivité sont deux choses différentes.