Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Tesla prouve que nous ne "possédons" plus nos voitures

Tesla prouve que nous ne "possédons" plus nos voitures

Par un malheureux enchaînement d'événements, un client Tesla a perdu la fonction de pilotage automatique de son modèle S nouvellement acheté. Le fabricant avait désactivé cette fonction à distance. Cela peut choquer, mais c'est parfaitement légal et contractuel - ce qui en fait un exemple pour l'avenir de la propriété automobile.

Dans le secteur des technologies de l'information, on l'appelle "Software as a Service" ou "SaaS" en abrégé. Le client loue ou achète une licence. Il est ensuite autorisé à utiliser temporairement un service logiciel disponible quelque part dans le Cloud. Nous connaissons le SaaS sous les noms de Microsoft Office 365, Slack, Google Docs, etc. Les droits d'utilisation sont mentionnés par des clauses dans des textes juridiques longs, souvent incompréhensibles et même partiellement illégaux. On dit souvent que nous n'avons pas de facto le droit de disposer de ces services. Nous acceptons donc de nous livrer à eux, de suivre leurs réglementations et d'accepter leurs prix. 

L'exemple le plus récent de ce type de phénomène vient des États-Unis et montre que l'industrie automobile a pris goût à ce modèle. Un client a acheté un Tesla Model S à un concessionnaire avec le système de pilotage automatique activé. Ce même concessionnaire avait acheté au préalable la voiture lors de l'une des traditionnelles vente aux enchères Tesla.

Le hic : le véhicule a activé par erreur le module de pilotage automatique comprenant le "plein potentiel de conduite autonome" alors que le concessionnaire ne l'avait pas du tout commandé. Tesla n'avait pas remarqué l'erreur dans un premier temps, puis l'a corrigé. Le problème est que ce correctif est intervenu alors que la voiture était en possession de l'acheteur et non du concessionnaire. Tesla a désactivé à distance cette fonctionnalité de près de 7 000 dollars car elle n'avait jamais été payée.  

L'acheteur mécontent n'a reçu des services de Tesla qu'une note d'explication lui indiquant qu'il pouvait acheter cette fonctionnalité plus tard. Celui-ci a posté sur le forum du Tesla Motors Club qu'un représentant du service clientèle l'avait contacté pour lui dire que tout allait rentrer dans l'ordre et qu'il s'excusait pour le dérangement. Tesla n'a pas commenté publiquement cet incident, vraisemblablement pour respecter les droits des parties concernées. Mais qu'en est-il de nos droits ?

Imaginez que je dise : "J'ai fait de délicieux biscuits", et qu'ensuite je ne vous dise pas où ils sont (Stefania Druga, Open Hardware Evangelist)

L'accord entre Tesla et ses clients est clairement réglementé. Ceux-ci qui paient pour obtenir un produit. Seule la définition de "produit" a changé. Les véhicules Tesla sont à la fois des voitures et des plateformes pour de nouvelles fonctionnalités. C'est un peu comme avec les consoles de jeux vidéo qui ne sont vraiment amusantes qu'avec des jeux ou des abonnements coûteux.

Autant je comprends que Tesla doive répercuter sur les clients les coûts élevés de développement du pilote automatique, autant sa mise en œuvre me chagrine. Parce que cela montre à quel point les acheteurs sont à la merci d'une décision arbitraire du fabricant. Un fabricant (ou un pirate informatique) agissant de la sorte a en théorie un accès à distance complet à votre véhicule (assez cher, avouons-le) et peut un jour simplement l'éteindre (ou en abuser). Et si l'on considère d'autres produits électroniques comme les smartphones, (comme c'est déjà le cas aujourd'hui), ce type de pratique n'est ni absurde ni porteur d'espoir.

Je reconnais que le contrôle à distance est souhaitable dans de nombreux cas, par exemple lorsque je perds mes clés et que je veux les bloquer à l'instar d'une carte de crédit perdue ou lorsque mon véhicule a été volé. Mais là aussi, je vois la nécessité d'une alternative moins libérale sur le plan économique.

AndroidPIT tesla model 3 charging
Les voitures électriques sont l'avenir. Mais vous ne les posséderez pas. / © AndroidPIT

Du matériel gratuit pour des citoyens libres

Quelle serait la contre-proposition qui ferait que les propriétaires de voitures redeviennent à nouveau les véritables propriétaires de leur véhicule ? Aux États-Unis, les agriculteurs achètent des machines agricoles vieilles de 40 ans afin de les réparer eux-mêmes. Mes amis agissent aussi de la sorte, car c'est la seule possibilité légale de travailler soit-même sur les téléphones portables.  

Mais cela ne peut pas être la solution. D'autant plus qu'elle est beaucoup plus difficile à mettre en oeuvre dans le secteur électronique, même s'il existe des possibilités dans l'industrie automobile. Ce dont nous avons besoin, c'est d'un Raspberry Pi mobile.

Nous avons besoin d'un projet de voiture que nous pourrions maintenir, modifier et surtout contrôler réellement nous-mêmes - sur le long terme. Un projet qui indique de manière transparente les plans complets de fabrication et qui  libéralise la reproduction des données ainsi que la modification des composantes. Une telle plateforme automobile open-source existe déjà ou plutôt a existé.

Open Motors, qui a débuté sous le nom de OSVehicle, a fait preuve d'une approche passionnante avec les Tabby lors de la foire aux fabricants à Rome en 2013. Sur son site web, il y avait des plans de CAO pour le pressage du châssis et des plans de construction pour le châssis à télécharger. Vous pouviez acheter ou copier une version avec un moteur à combustion voire une version avec un moteur électrique. Mais depuis 2017, personne n'a eu de leurs nouvelles et le site web - en particulier les plans les plus importants - est hors ligne.

Il existe des alternatives peu coûteuses au pilotage automatique

Même les logiciels d'autogestion sont gratuits pour tout le monde. Le pirate Georg Geohot Hotz, spécialiste de l'iPhone et de la PlayStation, a publié par exemple son openpilot en 2016. Si les clients de Tesla étaient vraiment les propriétaires de leur voiture et non pas des utilisateurs des coûteux logiciels du constructeur, ils pourraient installer l'alternative open-source qui est considérablement moins chère à 999 $. Ils seraient aussi heureux que les propriétaires d'un ordinateur Windows qui peuvent librement installer Linux.

L'affaire Tesla montre donc que les constructeurs automobiles partent du principe que la relation entre le conducteur et le véhicule sera différente à l'avenir. Comme pour le Software-as-a-Service, ce n'est pas l'appareil qui est vendu, mais la solution intégrée - dans ce cas, le Driving as a Service. En plus du prix d'achat, Tesla fait payer des milliers de dollars supplémentaires dès lors que vous voulez retirer les mains du volant pendant la conduite.

metamorworks shutterstock 671755273
Vous lisez un livre en conduisant ? 6.300 euros s'il vous plaît ! / © metamorworks / Shutterstock.com

Tesla veut apparemment vaincre le "propriétaire"

La question est de savoir si à l'avenir les clients seront prêts à dépenser de telles sommes pour un véhicule qu'ils ne posséderont de facto vraiment jamais. Après tout, que se passera-t-il si le fabricant ferme les portes et ne fournit plus de mises à jour de sécurité ? Les pirates informatiques trouveront alors de plus en plus de failles de sécurité, les diffuseront et finiront par attaquer les véhicules non protégés.

Peut-être que Tesla a déjà une longueur d'avance et prépare les véhicules du futur qui seront loués sur un temps de conduite réduit. Comme nous utilisons le Software-as-a-Service sur n'importe quel ordinateur, nous pourrions alors entrer dans n'importe quel véhicule Tesla et utiliser les fonctionnalités de conduite souscrites. Nous aurions juste besoin d'un compte Tesla et le véhicule ferait tout le reste en fonction du prix dépensé. Nous pourrions par exemple gérer la fonctionnalité pilote automatique. 

Cela pourrait marcher car cela ne dérange personne qu'une voiture reste garée pendant des heures sans que l'on ne connaisse le propriétaire. Et, puis personne ne se souciera de savoir si le véhicule a été piraté ou pas. 

Articles recommandés

5 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Ce sont les aléas de l'informatique, nous sommes bien obligés d'accepter la plupart du temps les cookies alors que c'est une intrusion dans un espace privé, c'est comme si votre voisin du dessous disposait d'un périscope pour scruter votre vie.


  • Quel monde...

    Sur le même thème de la propriété, les propriétaires immobiliers vont bientôt voir arriver de nouvelles lois qui vont faire grincer des dents. Pour faire simple, au lieu d'être propriétaire de la maison et du terrain, on ne sera plus propriétaire à l'avenir que de la maison, mais plus du terrain. Si vous n'êtes pas au courant, renseignez-vous.


    • Lagleize => https://www.capital.fr/immobilier/immobilier-la-loi-lagleize-qui-reinvente-le-droit-de-propriete-passe-le-cap-de-lassemblee-1356414
      Mais si c'est pour gagner que 20% du total à investir entre le prix du terrain et de la maison, il vaut mieux encore allonger la durée de remboursement et être pleinement propriétaire. Mais gare aux frais cachés pour mauvais entretien du véhicule. Les loueurs font du business et ne vont pas vous rater. Un peu comme les municipalités qui sous-traitent la gestion des stationnements ou les sociétés d'autoroute qui collectent "la taxe péage" voulue par l'état. Faut bien rentrer dans ses fonds set faire des benefs sur notre dos si y a moyen !!!

      Pour les voitures, ben, vu les restrictions grandissantes sur la circulation, ça va devenir intéressant de louer sa voiture à l'année ou la durée souhaitée.


    • A cause de la spéculation immobilière et plus précisément foncière dans les grandes villes où le prix du m² construit est devenu absolument impossible à acquérir, il existe ce nouveau moyen "social" qui permet d'alléger l'achat d'une maison ou d'un appart.

      C'est un pis aller indispensable d'abord pour ne pas gripper la "machine économique" puis seulement ensuite pour permettre à la classe dite moyenne d'accéder à la propriété.
      Encore une illustration de la démence de la société dans laquelle on vit...


    • Ben ça éxiste déjà depuis très longtemps, plus de 100 ans, c'est un bail emphytéotique ou emphytéose la plupart du temps à des commerçants mais pourrait s'appliquer à des maisons, des terrains agricoles, ça peut avoir un intérêt quand le prix du terrain a une valeur exceptionnellement élevée et sert de placement à très long terme.
      Et bien adapté pour notre époque car nos baraques sont tellement de la camelote, voire des cabanes en planches dites châlets que dépasser 70 ans tient du miracle.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition