Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.
#TBT - La GoPro et les drones ont un ancêtre commun : le pigeon !
Hardware #TBT 4 min de lecture 5 Commentaires

#TBT - La GoPro et les drones ont un ancêtre commun : le pigeon !

La question de "Qui du drone ou de la GoPro est arrivé en premier" vaut surement celle de l'œuf et de la poule. La réponse est : en même temps ! Et le grand créateur n'est pas une figure céleste, mais un apothicaire allemand. Hé oui, l'ancêtre de la GoPro embarquée (et de fait, du drone) n'est autre qu'un pigeon photographe né de l'imagination de Julius Neubronner, en 1903 ! 

L'idée de photographier la Terre vue du ciel est chose aisée aujourd'hui avec les dispositifs tels que les drones (ou les hélicoptères, pour les plus aisés comme Yann Arthus Bertrand). Au début du XXème siècle déjà, l'idée était bien présente, mais les moyens manquaient. Deux solutions étaient alors envisageables : embarquer une caméra à bord de cerfs-volants ou bien de montgolfières. Mais la rapidité laissait à désirer et les mouvements étaient assez limités.

Les pigeons, ces drones sur pattes !

Le docteur Neubronner, apothicaire allemand, colombophile et photographe amateur, situé près de Francfort, se servait, dans les années 1900, de pigeons pour envoyer des médicaments en urgence à un sanatorium situé à quelques kilomètres de là. Un jour, un pigeon revient au pigeonnier du docteur après s'être perdu pendant près de 4 semaines. Cela donne l'idée à l'ingénieux apothicaire de filmer les vols de ses courriers ! 

pigeon camera photographe
Les pigeons pouvaient transporter les caméras assez aisément. © Julius Neubronner, CC

C'est ainsi que Neubronner emmenait ses pigeons à des centaines de kilomètres de chez lui, pour avoir une vue du trajet de ses animaux qui rentrent gentiment au colombier. Colombier qui aura rapidement sa version mobile (auquel était attelée une chambre noire), pour que Neubronner sorte de sa région et arpente le ciel d'autres contrées ! 

Mais revenons-en à nos pigeons, qui étaient donc attelés d'un harnais en cuir et d'une cuirasse en aluminium, comme le serait aujourd'hui un caméraman équipé d'un steadicam. Harnais bien fixé, la caméra, ne bougeait pas et le pigeon ressentait beaucoup moins le poids de l'appareil. 

Et la caméra dans tout ça ? 

Evidemment, pour que le pigeon la supporte, il fallait que la caméra soit portable, mais surtout légère. Compacte, elle ne dépassait pas le torse de l'animal. 

Quant à la technologie, il fallait qu'elle prenne des photographies automatiquement, sur toute la durée du vol de ses pigeons. Il a donc construit plusieurs appareils équipés d'un mécanisme de synchronisation pneumatique pour activer la prise de clichés à des intervalles définis. Leur protection et leur résistance font que cette petite caméra est capable de survivre à bien des dommages. Cela ne vous rappelle pas quelque chose ? J'ai bien l'impression que les appareils de Neubronner ont inspiré très fortement cette caméra que l'on emmène aujourd'hui dans l'eau, dans les airs et sous terre : la GoPro. 

pigeon camera view
Le Schlosshotel de Kronberg, vu depuis le torse d'un pigeon. © Julius Neubronner, CC

D'ailleurs, au tirage, les photographies prises par les pigeons au début du XXème siècle ressemblaient déjà grandement aux images prisent par les GoPro. Cela est notamment dû au cadrage assez aléatoire, mais aussi aux ailes du pigeons en vol, qui entoure la photographie et donne un effet fisheye, que l'on retrouve sur les clichés pris par les caméras embarquées de nos jours.

L'heure de gloire de la caméra pigeon

En 1907, Julius Neubronner présente sa "caméra pigeon" à l'office allemand des brevets. Ce dernier rejette l'idée de son créateur, de peur que les pigeons ne supportent pas les 75 grammes de la caméra en vol. Mais Neubronner a plus d'un tour dans son sac et rejette l'idée en montrant la preuve que cela fonctionne en image, avec des photographies que ses pigeons ont déjà pris. 

pigeon camera fish eye
L'effet fisheye de la photographie rappelle clairement la GoPro. © Julius Neubronner, CC

Le brevet accordé, c'est le début de la gloire pour notre ami allemand, qui commence à avoir du succès à l'international, exposant en dehors de l'Allemagne, allant jusqu'à Paris, entre 1909 et 1911. A Dresden, les spectateurs pouvaient assister à l'arrivée des pigeons et même repartir avec un cliché pris par ces derniers, qui était immédiatement imprimé. 

Les résultats étant tellement bluffants, l'armée allemande a décidé de les utiliser sur le front pendant la Grande Guerre. Mais l'arrivée des avions a vite déplumé notre ami voyageur, dont l'utilisation a des fins photographiques a vite été laissée à l'abandon. 

Connaissiez-vous cette histoire ?

5 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition