Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.
Le Royaume-Uni n'interdira pas l'équipement 5G de Huawei, malgré la pression américaine
Huawei Mate 20 Pro Hardware Huawei 2 min de lecture 1 commentaire

Le Royaume-Uni n'interdira pas l'équipement 5G de Huawei, malgré la pression américaine

La grande guerre froide 5G est en cours, mais alors que les Etats-Unis continuent de faire pression sur les pays alliés pour qu'ils interdisent le géant chinois de la technologie, Huawei, un allié clé reste sceptique. Selon le Financial Times, le National Cyber Security Centre du Royaume-Uni a conclu qu'il n'était pas nécessaire d'interdire les équipement Huawei pour l'infrastructure 5G du pays.

Les conclusions du NCSC ne sont toujours pas officielles et, selon un porte-parole du gouvernement, l'examen de la sécurité 5G est toujours en cours et il serait inexact de parler de décisions précises. Ainsi, bien qu'une interdiction générale de l'équipement Huawei ait pu être exclue, nous ne savons toujours pas comment le Royaume-Uni abordera la question d'une menace potentielle à la sécurité de la part de la société chinoise.

Il se pourrait bien que des restrictions sur les engins Huawei soient appliquées dans certaines zones, afin de limiter les risques potentiels. Le matériel de plusieurs fournisseurs pourrait être utilisé pour éviter de dépendre d'une seule entreprise.

AndroidPIT China
Les États-Unis se méfient des relations étroites de Huawei avec le gouvernement chinois. © AndroidPIT

Bien sûr, toute présence d'équipement Huawei dans les réseaux 5G du Royaume-Uni défie l'agenda de l'un des alliés les plus puissants du pays, les États-Unis, qui demandent aux nations amies d'interdire complètement Huawei de leurs pays, alléguant que Huawei pourrait utiliser son équipement pour espionner pour le gouvernement chinois. Jusqu'à présent, il n'y a aucune preuve publique à l'appui, mais l'équipement Huawei a été interdit aux États-Unis et certains pays alliés comme l'Australie et le Japon ont fait de même. Les pays européens envisagent également d'interdire le Huawei.

Si le Royaume-Uni rejette l'appel à l'interdiction de Huawei, les États-Unis auront du mal à convaincre d'autres pays de rejoindre l'embargo. Après tout, si un allié américain aussi proche que le Royaume-Uni estime que Huawei représente un risque gérable et est prêt à défier les États-Unis sur cette question, pourquoi devraient-ils avoir peur ?

Que pensez-vous du rôle de Huawei dans les réseaux 5G ? Les États-Unis ont-ils raison de s'inquiéter ?

Source : Financial Times

1 commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Les intérêts du système économique prépondérant en Europe (pas seulement l'EU) montre toute sa capacité d'influence pour imposer ses exigences et cela correspond tout à fait à ce que je craignais, tout en l'ayant écrit ici précédemment.

    Le comportement de Donald Trump, au début de son mandat, envers Theresa May n'a rien fait pour améliorer la confiance très modérée qui préexistait entre eux... comme envers les autres membres de l'Alliance.

    Trump souhaite toujours quitter l'OTAN ou faire payer le coût de SA défense aux pays européens de l'Alliance atlantique.

    La volonté hégémonique américaine dans des rapports bilatéraux le plus souvent à l'avantage du plus puissant et influent montre bien l'ambiguïté de cet exercice. En clair, ne pas respecter ses alliés entraîne ce type de réaction.

    Pour autant la sécurité des infrastructures numériques est un véritable enjeu et pour l'instant seul Huawei est capable de proposer des solutions viables à l'échelle envisagée ou alors prendre la résolution de retarder de plusieurs années l'introduction de la 5G en Europe pour permettre au concurrent européen de proposer les siennes.