Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Opinion 7 min de lecture 12 Commentaires

Retour aux sources : la renaissance de HTC

HTC est une firme remarquable. Il y a peu, la firme taïwanaise célébrait ses deux décennies d’existence. Depuis sa création, HTC a radicalement changé. Récemment on a pu voir que la firme ne pouvait pas offrir de compétition viable aux deux Géants du marché mondial des smartphones, Samsung et Apple. Et pour être franc, je me demandais même quand HTC allait finalement être rachetée ou disparaître carrément du marché….

Mais j’ai changé d’avis. Je crois maintenant dur comme fer que HTC peut trouver une niche solide dans les deux à trois années à venir, et pourrait se renouveler une fois de plus et révolutionner le marché avec ses innovations. Peut-être que vous, chers lecteurs, serez aussi surpris que moi en quittant le QG de la firme à Taïwan.

Une chose à la fois.

De sous-traitant à marque indépendante

Si vous aviez un téléphone HTC dans la fin des années 90 ou au début des années 2000, peut-être ne l’avez-vous pas réalisé. Leur modèle opérationnel était fondé sur la sous-traitance et fabrication d’appareils. En clair, la firme développait et produisait des téléphones, à l’époque des PDA, sans les revendre eux-mêmes. Pour les plus jeunes d’entre vous, les PDA étaient des assistants digitaux personnalisés, aux fonctions comparables à celles d’aujourd’hui, et étaient utilisées pour trier des mails et organiser des rendez-vous.

HTC a toujours eu le nez creux pour les tendances. Un exemple parmi d’autres : le choix très précoce de Windows comme OS mobile. De manière plus notable, les opérateurs télécom vendaient les appareils sous leur propre bannière. Cela a tellement bien marché que HTC produisait environ 50% de tous les terminaux vendus à travers le monde avec Windows CE et PocketPC 2000.

HTC et Android – de bons amis dès le départ

Cette tendance s’est aussi vue lorsque HTC était censé développer un téléphone pour un nouvel OS. En 2008, T-Mobile a présenté le premier smartphone sous Android – le HTC Dream, alias le G1.

On ne peut pas dire que le G1 se soit vendu comme des petits pains ; ce n’était pas un appareil de très bonne facture. Le coulissement laissait à désirer, et le logiciel était à des années-lumières de l’iPhone. Mais HTC a misé sur le bon cheval, et ce faisant, a mis la barre un cran plus haut. D’autres smartphones ont débarqué peu de temps après, et j’en garde de bons souvenirs : le HTC Magic, le HTC Hero ou encore le HTC Desire.

HTC Meilensteine
20 ans de HTC en un seul coup d’œil. © HTC

Même si HTC ne s’est pas entièrement défait de son vieux modèle, au sein des quartiers généraux du constructeur, on reconnaît que l’on doit imposer la marque. Après tout, c’est probablement la base de beaucoup d’innovations réussies commercialisées d’année en année. Mais à l’époque, personne ne savait qui se cachait derrière elles. Le marketing agressif et omniprésent n’était pas le fort de HTC.

Ainsi, courant 2011, la firme a trouvé le slogan « quietly brilliant » et l’a apposé à sa marque. C’était soi-disant pour asseoir la modestie asiatique de la compagnie, et également un peu d’excuser pour le manque de marketing.

HTC et geeks : une amitié qui a tourné au malentendu

C’est à ce moment-là que la vraie histoire commence. Mais notre introduction est assez importante pour ceux qui n’ont pas suivi les débuts de HTC. Ce contexte est essentiel pour situer ce qui va suivre.

La compagnie taïwanaise avait une confortable longueur d’avance : une immense expérience en développement et fabrication de smartphones, une expérience passée avec les smartphones Android et une relation étroite avec les tous premiers clients d’Android.

En très peu de temps, il semblait qu’ils avaient encore perdu la main. Et au moment où la compagnie visait les étoiles au détriment de leurs fans et clients de la première heure. Quand ils ont voulu rattraper Apple et, au même moment, ont craint perdre la concurrence rude des sud-coréens.

Technologie et lifestyle – une expérience osée mais indispensable

En fin de compte, il semblait que la firme avait perdu sur toute la ligne, même si je suis sûr qu’ils ne le voyaient pas de la même façon. Mais j’ai demandé à Greig Williams, manager pour l’Europe des produits HTC, le public qu’il envisageait pour l’avenir. Et sa réponse fut la suivante :

On veut les clients intéressés par les dernières technologies. On veut revenir aux sources.

Dans ces deux phrases, il y a beaucoup à retirer. D’un côté, il veut attirer les clients pour qui les innovations et les gadgets importent plus qu’une belle esthétique ou des marques hors de prix. Mais de l’autre, il admet que ce segment du marché était dans la poche et a été perdu.

Design Studio HTC Taipei
Dans le bureau d’un designer de HTC à Taipei. © HTC

Je pense que HTC s’est coupée de sa base de fans en essayant de devenir cool. C’est comme si, soudain, Sheldon Cooper essayait d’être Jack Bauer. Je n’ai rien contre Jack Bauer – mais c’est un tout autre public-cible.

Le principe de base qu’avait HTC n’était pas forcément faux : à un certain moment, il faut quitter la niche des geeks mordus de technologies pour jouer dans la cour des grands. C’est également le choix qu’a fait Android. Cela ne veut pas dire qu’on doit vendre son âme, sinon on perdra ses vrais fans comme ceux qu’on tentait de convertir.

Est-ce que HTC a appris de ses erreurs ?

Maintenant, ils veulent s’adresser à leurs clients les plus chevronnés en technologie, et se reposer sur des innovations produit. Avec le HTC U11, la firme taïwanaise a présenté plusieurs évolutions techniques. Par exemple, un capteur photo très sophistiqué, qui inclut un stabilisateur d’image très puissant, entre autres. Ou une meilleure expérience sonore qui s’adapte à la forme de l’oreille, même si je n’ai pas encore pu tester cette dernière dans les détails.

Avec HTC Edge Sense, la firme a enfin présenté une innovation, une vraie. Elle permet d’exécuter des commandes rien qu’avec une pression des bords du smartphone. Ce qui ressemble de prime abord à un gimmick s’avère très pratique lorsqu’on utilise le téléphone plus longtemps, par exemple pour la prise de photos. Au lieu de presser sur le bouton de prise de photo sur l’écran ou le châssis, le cliché peut être pris d’une simple pression.

Pendant ma conversation avec le président de HTC, Chia-Lin Chang, j’ai eu un autre aperçu des innovations à venir. Ils se préparent actuellement à introduire la 5G, prévue pour 2020. Chia-Lin Chang est certain que d’ici là, le monde de la high-tech affrontera un nouveau bouleversement radical, et que les cartes seront redistribuées pour le leadership du marché. D’ici 5 ans, à en croire le patron de HTC, les smartphones tel qu’on les connaît n’existeront plus. Une nouvelle gamme de produits les aura supplanté.

Et il semble bien qu’ils y travaillent déjà dur à Taïwan.

HTC : à toute allure vers le futur, et pas juste grâce à Vive

Si vous m’aviez demandé il y a deux mois si HTC pouvait avoir une chance dans la fosse aux lions du marché, j’aurais probablement répondu par la négative. Après mon voyage, je vois les choses différemment. La presse a pu jeter un coup d’œil aux usines et départements de design de HTC, et on a pu également voir des preuves de qualité. Tout ça, c’est bien beau, mais je suis certain que Lenovo, Samsung et bien d’autres ont des projets similaires dans les cartons.

Cependant, ce qui m’a personnellement fasciné était l’ouverture d’esprit, la détermination et les disposition des employés de HTC et surtout de leurs supérieurs. Le slogan non-officiel pendant la visite était « on veut le faire, et on veut être à nouveau considérés comme des innovateurs ». Non seulement un des meilleurs dispositifs de réalité virtuelle (HTC Vive) sera installé dans le programme, mais la firme va aussi investir de manière significative dans la recherche et le développement. Parmi les 2000 employés dans les locaux de HTC, 80% travaillent à ces questions.

Mais cela ne va pas être une gageure, surtout lorsqu’on sait les moyens considérables dont disposent les concurrents de HTC. Mais l’ambiance qui règne en interne va encourager l’entreprise taïwanaise à revenir dans la mêlée avec le cœur et l’esprit de revenir à leur place d’origine : pas loin des sommets du marché.

12 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • c'est triste, mais non, je ne pense pas que HTC va revenir dans la course. ils ont encore une bonne option avec Google et ç'est peut être la seule chose qui peut les sauver.


  • moi la première photo de l'article toute en haut, se tel je l'avais, distribué par orange, il s'appelais spv m650 aussi et non htc...un très bon téléphone pour l’époque....


  • Et c'est très bien , moi j'attends que HTC retrouve son âme et en attendant qu'il finisse son voyage intérieur, je vais aller chez Motorola, le Moto Z2 est exactement ce que je cherche.


  • C'est bizarre cet article on dirait un vieux article datant plus ou moins d'un an sur ce même site qui a juste été édité, sans trop grande différence avec celui de l'an dernier


    • Ce qui serait regrettable serait, en effet, de ne pas le préciser. Cela s'appelle du recyclage... il n'y a pas que les vieux objets qui se recyclent !


  • Salut.

    Alors une fois HTC vont couler, et une autre fois HTC va tout révolutionner .. Quelles actus sont les bonnes ??

    Le HTC que j'ai gardé le plus longtemps, c'est le HTC HD2. Increvable ! J'ai essayé le HTC ONE (m8), mais bof. Revendu sous un mois.


  • J'ai eu, moi aussi le Désire HD en 2011. Ce qui m'a fait changer le flagship, est due à l'objectif proéminent du téléphone et le manque de mise à jour.


  • Je partage nombre des avis émis par les contributeurs précédents, étant un aficionado de HTC depuis l'époque jurassien où la forme s'appelait QTek !!
    Le principal pb de ce constructeur - parmi d'autres, sans conteste - semble être sa capacité à définir son positionnement marketing et à aligner les moyens qui le supporte. À la pointe de l'innovation, pas de pbs, mais quelle différenciation fondamentale apporter aux clients HTC qui ressentent bien une agilité technologique, mais sont sans voix face aux imprécisions de suivis techniques, à la confidentialité de la connectique... Gageons qu'un sursaut techno-mkg suivra, pour accompagner l'avancée techno fournie par la VR .


  • J'ai été un fan d'HTC dès les début ( avec l'excellent HTC desire), puis sensation. Ce qui m'as détourné de la marque c'est qu'ils abandonnaient les mises à jour des téléphone haut de gamme au bout d'une année, réponse du sav: les téléphones ne sont pas assez puissant pour faire tourner les nouvelles versions d'android. Puis le pompons c'est lorsqu'ils ont décidés de bloquer les bootloaders de leurs smartphones, tous les fans de bidouillage (donc d'android et fans d'htc) ont crié au scandale. Voilà le début de la descente aux enfers, alors que d'un autre côté LG sortait le nexus 4 avec le succès qu'on lui connais.


  • Je comprends bien l'enthousiasme développé dans l'article, il est communicatif et je le partage.
    Mais il ne faut pas oublier les points plus délicats que HTC ne peut négliger : afficher de trimestre en trimestre (depuis des années) des résultats négatifs n'incitent guère les investisseurs à continuer à cracher du cash sans vouloir un retour encore plus rapide sur investissement, ce qui ne favorise pas les "bonnes" innovations qui demandent à la fois du temps et des moyens financiers.
    Quant au SAV et à la force de vente (déploiement des appareils, au moins en France) c'est aussi des points noirs et toujours pour les mêmes raisons.
    Peut-être ont-ils trouvé cet oiseau rare indispensable à leur réussite ? C'est que je souhaite sans ambiguïté.

Articles recommandés