Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

3 min de lecture 4 Commentaires

Google répond à l'UE en demandant aux constructeurs de payer

Après avoir reçu une amende record de 4,3 milliards d'euros de la part de l'Union Européenne, Google a décidé de réagir et change le modèle économique d'Android. Entre autres choses, les fabricants devront payer pour pouvoir préinstaller les services de Google. Parmi eux, nous trouvons bien entendu Gmail, Chrome ou encore Search.

Jusqu'à présent, Google proposait son système d'exploitation Android à tous les fabricants. Gratuitement, qui plus est. Ne pensez pas à un grand élan de générosité de la part du géant américain, l'objectif est bien évidemment de voir toutes ces applications utilisées par les utilisateurs, quels que soient les fabricants. Ainsi, dans les accords avec les fabricants, les constructeurs devaient préinstaller 11 applications, une pratique (parmi d'autres) que l'Union Européenne a jugée anticoncurrentielle. 

Même si l'amende de l'Union Européenne ne fait pas beaucoup trembler Google (son armée d'avocats fera son possible pour faire traîner ce paiement qui, à l'échelle des moyens de Google, ne représente d'ailleurs pas une si grande somme), l'entreprise se doit de réagir pour éviter d'autres rappels à l'ordre de Bruxelles. Elle a donc pris trois décisions.

AndroidPIT google is evil 2
"Faut qu'tu craches, faut qu'tu payes, pas possible que t'en réchappes".  © AndroidPIT

Finis les accords sur la préinstallation d'applications

Android est libre et open source, mais jusqu'à présent c'était un peu une question de point de vue car Google y faisait un peu la pluie et le beau temps. Hiroshi Lockheimer a beau clamer haut et fort qu'Android est et restera gratuit pour les utilisateurs, les fabricants devront, eux, désormais payer pour commercialiser un appareil avec l'application Google et celle du Play Store. Vous l'aurez compris, il y a fort à parier que les fabricants prendront des mesures : les prix pourraient bien augmenter. 

Mais ce qui est plus intéressant encore, c'est que les fabricants vont pouvoir publier des forks (c'est à dire des versions modifiées) d'Android, qu'elles soient compatibles avec le Play Store ou non. Certains constructeurs chinois rencontraient des problèmes, ne pouvant proposer le Play Store par défaut faute d'accords commerciaux. Désormais, la route est libre. 

AndroidPIT android without google 9174
Android sans Google ? C'est désormais possible. © AndroidPIT

Le dernier point concerne le navigateur et le moteur de recherche de Google. Non seulement les fabricants devront payer une licence pour pouvoir les installer mais en plus ils pourront proposer une alternative. Google fera des offres comprenant les applications de Google au complet (Chrome et Recherche compris) afin de convaincre les fabricants, mais il est bien possible que les plus gros d'entre eux cherchent à proposer leurs alternatives. Samsung le fait déjà avec son propre navigateur et ses alternatives à plusieurs services web.

Les constructeurs ne seront pas autorisés à commercialiser deux versions d'un même appareil : l'une avec les services Google, l'autre sans. C'est l'une ou l'autre, ni plus ni moins. Ce n'est pas plus mal car nous pourrions voir sinon pour chaque smartphone un modèle plus cher parce qu'il dispose des applications Google. 

La commission européenne est désormais informée. Pensez-vous que Google a pris une bonne décision ?

4 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • merci débile Europe !


  • Osei Tutu depuis 4 semaines Lien du commentaire

    Google peut également devenir constructeur à part entière avec son système et laisser les gens se perdre dans le cafouillage par la floraison d'OS tiers. ce risque existe malheureusement. don't be evil


  • louis hory depuis 4 semaines Lien du commentaire

    Il dépendra de la "force de persuasion" que Google déploiera pour que les constructeurs acceptent ce marché de dupes qui, pourtant, leur a facilité le travail jusqu'à maintenant.

    Mais si les plus puissants des constructeurs ont l'intelligence et la volonté de proposer des solutions hors Google (comme ils y sont déjà astreints en Chine) pas sûr qu'ils ne s'attirent pas la sympathie du public.

    Google, pour autant, fera probablement du dumping ou proposera un "deal" pour ne pas perdre un quasi monopole qui lui assure la plus grande partie des ses revenus.

    Affaire à suivre.

Articles recommandés