Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

La reconnaissance faciale est utilisée dans des prisons pour lutter contre le traffic de drogue

La reconnaissance faciale est utilisée dans des prisons pour lutter contre le traffic de drogue

Le ministère de la Justice du Royaume-Uni a confirmé qu'il utilisait la technologie de reconnaissance faciale et d'analyse oculaire dans les prisons pour dimimuer la contrebande de drogue. Les scanners biométriques sont utilisés sur les visiteurs pour aider le personnel à identifier les personnes qui pourraient essayer d'introduire des drogues et d'autres produits de contrebande dans l'établissement.

Trois tests ont eu lieu dans trois prisons différentes au Royaume-Uni. Chez HMP Humber, la reconnaissance faciale a été utilisée. Chez HMP Lindholme, ce sont des scanners d'iris qui ont été utilisés, et chez HMP Hull, les visiteurs devaient fournir une pièce d'identité avant d'être autorisés à entrer dans la prison.

Dans une prison, le nombre de personnes qui avaient organisé une visite mais ne se sont pas présentées à la prison a augmenté une fois que ces individus ont appris qu'ils allaient passer devant un scanner. Certains militants s'inquiètent toutefois du fait que cette technologie pourrait dissuader les membres légitimes de la famille de rendre visite aux détenus, ce qui rendrait la technologie de reconnaissance faciale et les scanners d'iris "contre-productifs".

AndroidPIT eye sensor scanner
Un scanner d'iris peut identifier les gens avec leurs yeux. © AndroidPIT

Pourquoi cette technologie est-elle nécessaire ?

Selon un rapport de la BBC sur les affaires intérieures, plus de 23 000 colis de drogue et de téléphones portables ont été saisis par le personnel des prisons d'Angleterre et du Pays de Galles. Les visites dans les prisons ont été identifiées par les services de renseignement comme l'un des principaux moyens par lesquels la contrebande est introduite clandestinement.

Au HMP Humber, où les scanners de reconnaissance faciale ont été mis à l'essai pendant six semaines, les caméras ont scanné les visages de 770 visiteurs à la prison. L'idée est de vérifier si des visiteurs utilisent de fausses identités ou font plusieurs voyages pour voir différents prisonniers.

Face ID iPhone X
Face ID d'Apple est une technologie similaire. © Pomme

Le ministre de la Justice, David Gauke, a déclaré à la BBC  que "les nouvelles technologies sont essentielles dans notre lutte contre les gangs qui cherchent à semer le chaos dans les prisons, et cet équipement biométrique a le potentiel d'aider considérablement nos efforts ".

Frances Crook, directrice générale de la Howard League for Penal Reform, a déclaré  que "si les familles et les enfants sont dissuadés de visiter les prisonniers, ce serait contre-productif. Nous avons besoin de voir plus de preuves derrière cet effet dissuasif apparent."

Source : BBC

Articles recommandés

7 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Même pour rendre un établissement pénitentiaire sûre et contre toute nature de trafic, il y a des militants contre ça ?? Mais dans quel monde nous vivons ?


    • Dans un monde qui ne respecte pas les droits individuels (les prisonniers conservent les leurs en prison quand bien même ils ne sont pas respectés)
      Le droit de vote est probablement l'exemple le plus connu pour n'être pas appliqué, l’emprisonnement en cellule individuelle jamais appliqué depuis plus d'un siècle, le droit d'être soigné toujours négocié sous la menace, la France a été sanctionnée de nombreuses fois pour ces raisons et bien d'autres.

      Les différents gouvernements français ont votés, signés et se vantent énormément de l'origine de ceux-ci au moment de la Révolution française. Ils la considèrent comme leur propriété améliorée seulement depuis la déclaration universelle des droits de l'homme en 1948.
      Le Royaume-Uni a une république plus ancienne que la nôtre de près de 150 ans et avec l'habeas corpus est tout aussi fier de sa manière de respecter les droits des individus.

      Alors ce n'est pas une excuse pour permettre ou laisser le laxisme que l'on connaît en France aujourd'hui dans le système pénitentiaire. Mais le laxisme d'un temps entraîne les excès dans l'autre, un mouvement de balancier inadmissible mais que l'on peut expliquer par la permissivité du système exécutif libéral occidental.

      C'est l'absence de budget suffisant dans tous les pays libéraux qui expliquent en grande partie le laxisme ambiant et les essais de résolution incohérents comme celui-ci pour essayer de redresser la situation. Donc aussi le résultat de ne pas vouloir embaucher du personnel (en France, on manque de volontaires pour travailler en raison pour des raisons purement idéologiques, absences de reconnaissance du danger spécifique de ce travail, stress et menaces permanents, salaires minables,...)

      Je ne milite pour rien, je regarde les choses en face...


  • La reconnaissance faciale, pourquoi pas, si ça peut aider. Mais j'ai comme l'impression que des fouilles systématiques des détenus et des visiteurs résoudraient déjà pas mal de problèmes (en embauchant plus de personnels qui sont en nombre insuffisant). Mais les bonnes âmes crieraient au nazisme et il faut bien continuer à acheter la paix sociale, peu importe son prix faramineux, payé par les contribuables qui s'étonnent chaque année de voir les impôts et taxes augmenter.

    "Dieu se rit de ceux qui pleurent les conséquences dont ils chérissent les causes".

    Et Il n'est pas seul à rire...

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition