Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Salon de Francfort 3 min de lecture 12 Commentaires

La voiture électrique de demain se rechargera par induction sur la route

Qualcomm ne travaille pas sur la recharge sans fil uniquement pour les smartphones. Le géant américain, connu notamment pour ses processeurs dans nos mobiles, a profité du salon de l'automobile de Francfort pour faire la démonstration de DEVC (Dynamic Electric Vehicle Charging), une technologie de recharge par induction capable de refaire le plein des batteries tout en roulant. De quoi résoudre le problème d'autonomie des véhicules électriques.

Le plus important fabricant de processeurs du monde Android ne s'intéresse pas uniquement à l'univers des smartphones, bien au contraire. Si Qualcomm est présent au salon de Francfort, c'est qu'il veut accélérer le développement de la voiture autonome. Cela tombe bien car le coeur de métier de la firme américaine s'adapte parfaitement aux innovations et aux bouleversements que le monde de l'automobile connait actuellement.

Dans cette optique, Qualcomm a présenté une nouvelle technologie de recharge par induction tout en roulant pour les véhicules électriques. Baptisée DEVC, elle représente une évolution de la technologie existante et déjà connue, Qualcomm Halo WEVC (Wireless Electric Vehicle Charging). Pour ceux qui l'ignorent, WEVC permet de recharger par induction son véhicule électrique mais à l'arrêt. Pour cela, le véhicule est équipé d'une plaque spéciale sous son châssis et doit stationner au-dessus d'une plaque de recharge à induction. La puissance délivrée par la recharge peut ainsi aller de 3,7 à 22 kW.

qualcomm iaa 01
La technologie WEVC permet de recharger par induction son véhicule électrique. Il suffit d'une plaque comme celle-ci sur sa place de parking. © AndroidPIT

La recharge par induction... tout en roulant 

DEVC représente donc l'étape suivante. Dans ce scénario, il n'est plus nécessaire que le véhicule soit à l'arrêt pour être rechargé puisque la technologie offre un rechargement sans fil pour un véhicule en train de rouler, et ce jusqu'à 120  km/h. Elle repose évidemment sur les avantages des routes connectées qui pourraient arriver dans le futur, notamment pour les autoroutes. 

Pour fonctionner, cette technologie nécessite donc l'intégration d'une série de plaques intelligentes sous les routes. On trouve donc un boîtier relié au réseau électrique qui communique avec un plateau envoyant l'énergie par induction à une fréquence de 85 KHz à deux autres boîtiers présents eux sous le véhicule qui utilise alors l'énergie pour recharger ses batteries. Selon Qualcomm, à la vitesse de 120 km/h, Halo peut envoyer en permanence jusqu'à 20 kW dans les batteries du véhicule électrique. Adieu donc les problèmes d'autonomie des véhicules électriques, principal problème pour envisager de longs trajets en toute sérénité.

qualcomm iaa 02
La voiture se charge de récupérer l'énergie reçue par induction pour recharger les batteries du moteur. © AndroidPIT

Une réalité dès 2030 ?

Si ce projet peut paraître assez fou, une expérimentation de cette recharge par induction a pourtant déjà été réalisée en France avec le constructeur Renault et la société VEDECOM sur une piste d'essai de 100 mètres installée à Satory dans la région parisienne. Pour Thomas Denemann, Senior Marketing Manager chez Qualcomm, ce concept pourrait s'adapter parfaitement à nos autoroutes.

Il ne reste finalement plus que des investissements, publics ou privés, pour créer une telle infrastructure permettant le déploiement de ce concept à grande échelle. La question du coût est évidemment primordiale (construction mais également maintenance) mais une solution pourrait être envisagée dans les 10 à 15 prochaines années à en croire Nicholas Keeling, Senior Engineer à Qualcomm. L'autre problème à régler pour que cette recharge par induction devienne réalité concernera la façon dont seront facturés les conducteurs pour l'énergie qu'ils utilisent.

Pensez-vous que ce concept de recharge par induction soit envisageable sur le long terme où les freins à son déploiement vous paraissent-ils trop nombreux ?

12 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Si le sujet vous intéresse il existe un congrès qui en parle : www.electric-road.com (à Nantes en juin prochain)


  • Luna 16 sept. 2017 Lien du commentaire

    Électrique ou pas, le code de la route est toujours obligatoire et c'est encore plus le moment pour le réviser :

    https://www.androidpit.fr/forum/755774/app-4-0-plus-permis-infos

    📝 3 ans de retrait de permis en cas de détecteurs de radar et confiscation du véhicule....


    • Mais c'est pas un détecteur de radars, c'est un optimiseur de trajet... qui permet de garder une vitesse maximale entre les zones de dangers et indique qu'il faut ralentir à leur approche. :)


  • En ce moment beaucoup d'annonces mais peu paraissent crédibles ... l'idéologie est peu porteuse de crédits !


  • La transmission d'energie par electro induction a un taux de perte energetique eleve. Et tous ces onde vont seront absorber par les objets metallique a proxymiter et les appareils sensible (gps,smartphone,montre,...) sans parler des risque pour la santé (risque de tumeur cerebral d'infertilité et autres) ou pour les perssonnes equiper de pes smaker. En gros on aurait le risque de choper un cancer en partant en vacances (et des heures de bouchons donc plus de radiation) et celui que mon téléphone explose ou brûle. Sans parler de la perte energetique monstre, 20% pour des appareils hauts de gamme. Et puis cette énergie faudra bien l'obtenire quelque part, cela ne fait que déplacer la merde de l'industrie pétrolière vers celle de l'industrie nucléaire.


  • alors déjà, le prix pour circuler sur les autoroutes d'aujourd'hui c'est pas donné, mais en plus quand il faudra financer tout ça (on va pas se leurrer c'est nous qui allons trinquer) on risque de le sentir passer...


  • Une plaque à micro-ondes sous les coucougnettes ? Bonjour la fertilité, J'en connais certaines qui vont apprécier...


  • Pourquoi pas?
    Depuis quand existe le TGV (sa version commerciale)? 36 ans. C'est comme si c'était hier. Je me souviens qu'on parlait de ses rails si spéciaux en cours de techno au lycée, à cette époque. On en rêvait, nous, lycéens, mais c'était déjà dans les cartons.
    Pour la recharge par induction, il y a surtout la volonté de déployer la technologie à grande échelle, en trouvant les moyens et les débouchés pour que le système s'auto-rentabilise, ou à défaut, dégage des capacités financières pour la technologie suivante.
    Heureusement, qu'il y des gens comme ça, qui rêvent et déploient des moyens comme pour aller sur Mars ou construire l'hyperloop.
    La voiture électrique est là aussi, maintenant.

    Si la recharge par induction est envisageable ...?
    oui, certainement, mais ça peut coûter très cher ou ne concerner que des gros axes routiers ou urbains.
    Par contre, si on arrive à faire des voitures économes qui n'ont pas besoin de s'arrêter trop souvent, donc ne nécessitent pas la multiplication des équipements sur la route, on aura pas besoin de chambouler les équipements actuels.
    Et côté client, il faudrait que la charge soit ultra-rapide, ou pas plus longue qu'un plein d'essence.


  • L'idée est bonne, mais sérieux, vous imaginez équiper les milliers de km d'autoroute de la planète. Sans parler des coûts non seulement pécuniaire mais aussi en ressources matériaux, énergétique, etc. pour la construction. En pensant être ecolo, on va encore épuiser la terre. Pas très crédible.


    • "... matériaux, énergétique, etc. pour la construction. En pensant être ecolo, on va encore épuiser la terre."

      En même temps comme dirait M... cela fait au moins 3/4 de siècle que nos sociétés occidentales fonctionnent comme cela. Et donc pour moi, c'est un projet qui se dit et se veut novateur mais malheureusement basé sur des préceptes conservateurs complètement à côté de la réalité écologique (dans le sens : conditions d'existence des êtres vivants avec leur environnement et au sens large)

      Donc oui, pas très crédible et pas très surpris non plus de ce genre de proposition.

      Quant au volet économique, ce type de projet compte presque systématiquement sur le budget des États (c'est-à-dire le nôtre) pour le faire financer comme tous les grands projets d'infrastructures (autoroutes, TGV, centrales nucléaires, ...)

Articles recommandés