Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Projet de loi : quelle est la valeur de nos données ?

Projet de loi : quelle est la valeur de nos données ?

Deux sénateurs américains veulent adopter une loi qui oblige les fournisseurs de grandes plateformes comme Amazon, Facebook ou Google à divulguer la valeur des données des utilisateurs. Elle devrait aider les utilisateurs à comprendre ce qu'ils paient pour ces services.

De nombreuses offres sur Internet semblent être gratuites, comme Facebook, Instagram, Google et YouTube. Mais en fin de compte, les utilisateurs paient avec leurs données. A l'ère du numérique, ces données sont notre atout le plus important, selon les deux sénateurs américains Mark Warner (une démocrate élue de Virginie) et Josh Hawley (un républicain du Missouri).

Avec leur projet de loi, les sénateurs veulent permettre de reconnaître la valeur de leurs données lorsqu'ils partagent des données de localisation, leur statut relationnel, leur âge, leur sexe ou simplement des informations sur les applications utilisées avec les plateformes populaires. "Si vous êtes un utilisateur avide de Facebook, il y a de fortes chances que Facebook en sache plus sur vous que le gouvernement américain", a dit M. Warner. Les utilisateurs ne se rendaient pas compte de la quantité de données que ces plateformes recueillent réellement et de la valeur de ces données.

security protection password privacy
Nos données sont notre atout le plus important, selon deux sénateurs américains. © 13_Phunkod / Shutterstock

Les deux sénateurs veulent déclencher une prise de conscience. Il ne s'agit pas d'obtenir de l'argent des utilisateurs pour leurs données. La valeur des données n'est pas encore claire non plus. Certaines estimations évoquent environ 5 dollars par mois, d'autres environ 20 dollars par mois et par utilisateur.

Le projet de loi énonce que les entreprises qui génèrent des revenus par la collecte et le traitement de données et qui comptent au moins 100 millions d'utilisateurs actifs par mois doivent les informer tous les 90 jours des données qu'elles collectent, de la manière dont elles sont utilisées et de leur valeur.

Les données deviendront portables

L'organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers (SEC) devrait élaborer des méthodes pour calculer cette valeur. En outre, les entreprises concernées devraient offrir des possibilités permettant aux utilisateurs de supprimer tout ou partie de leurs données. Bien sûr, les fournisseurs comme Facebook ou Google ne sont pas très enthousiastes à ce projet. Parmi les critiques, celle qui revient le plus est l'impossibilité de quantifier la valeur exacte des données des utilisateurs. Cependant, Warner qualifie cet argument d'"absurde". Les entreprises sauraient très bien comment elles peuvent utiliser les données personnelles et ce qu'elles valent.

Aux Etats-Unis, de plus en plus de voix se font entendre pour diviser les grandes entreprises tech. Warner ne pense pas que cela soit nécessairement nécessaire tant que les entreprises adoptent des mesures telles que son projet de loi. Dans quelques semaines, Warner veut également présenter un projet de loi pour garantir la portabilité des données. Cela signifie que les utilisateurs peuvent facilement emporter leurs données avec eux lorsqu'ils changent de plate-forme. Si, toutefois, l'industrie technologique ne se montre pas ouverte à de telles mesures, Warner a déclaré qu'elle fera très rapidement partie de ceux qui exigent la scission des entreprises.

Que pensez-vous de cette idée ? 

Source : Axios

Articles recommandés

1 commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Je pense qu'aux États-Unis, il existe encore beaucoup (trop) d'idéalisme pour prétendre que les citoyens les plus fragiles peuvent faire valoir leurs droits sur les entreprises surpuissantes de la high-tech...

    Certes, cela ne fait pas de mal de rêver mais dans un pays qui se réclame du pragmatisme, il reste encore beaucoup d'efforts à accomplir pour regarder les choses en face.
    Mais la plupart des citoyens (d'où qu'ils soient) préfèrent se rassurer à bon compte plutôt que d'admettre qu'ils sont manipulés comme des guignols depuis si longtemps.

    Pour ceux que cela peut intéresser voilà un lien qui permet d'expliquer plus en détail ce mécanisme :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Bernays