Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

6 min de lecture 9 Commentaires

Non, l'Intelligence Artificielle ne sert pas qu'à prendre des photos

L'Intelligence Artificielle est un concept à la mode. Cette technologie semble se perdre dans un univers marketing qui ne cesse de vanter ses prouesses dans les appareils photo, mais pourtant l'IA réussit à se faire sa place dans un tout autre domaine : l'étude et le traitement de maladies, particulièrement les cancers.

Laissez de côté la NPU de Huawei, AI Cam de LG, Google Assistant et tout autre projet touchant de près ou de loin à l'Intelligence Artificielle. C'est une technologie pratique qui, à moyen ou long terme, peut changer la manière dont nous interagissons avec notre smartphone. Mais l'Intelligence Artificielle a une destinée bien plus noble, bien plus glorieuse, car elle nous permet de combattre (et peut-être un jour de vaincre) des maladies telles que le cancer. 

Il ne s'agit pas d'une technologie futuriste, tels l'utilisation de nanorobots intelligents qui parcourent le corps pour détruire les menaces, comme nous pouvons le voir dans les séries de science-fiction. Il s'agit d'études médicales bien réelles dont les résultats sont publiés dans des revues spécialisés et relayés par certains médias

AndroidPIT eye sensor scanner
L'analyse de la rétine pour détecter des maladies. © AndroidPIT

L'IA pour une détection plus précise du cancer de la peau

Ainsi, nous pouvons tirer notre chapeau à une équipe composée de Français, d'Allemands et d'Américains qui a réussi à créer un système d'Intelligence Artificielle qui arrive mieux à détecter un cancer de la peau que des dermatologues. En pratique, l'IA a réussi à repérer 95% des cancers dans un test basé sur l'analyse d'images, alors que l'équipe de 58 dermatologues n'en a détecté "que" 87%. Gardons les pieds sur Terre, ce système CNN (réseau neuronal convolutif) a fait quelques erreurs : d'une part il a échoué à reconnaître des mélanomes et a également fait quelques erreurs de diagnostics.

Ce dernier cas souligne d'ailleurs bien l'importance de la présence d'un dermatologue dans le diagnostic : alerté par les résultats de la machine, c'est lui qui aura le mot final. Ce genre de situations joue en faveur d'une coopération entre machine et humain plutôt qu'une compétition dans laquelle le médecin serait remplacé par l'IA. Les plus pessimistes diront que 95% n'est pas 100%, mais cela reste un progrès considérable. Imaginez un futur dans lequel il vous suffit de pointer votre smartphone sur un grain de beauté et il vous dira aussitôt s'il s'agit d'un mélanome ou d'un grain de beauté bénin. Les contrôles de la peau pourraient donc être plus rapides, plus précis et le dermatologue pourrait utiliser le temps gagné pour résoudre d'autres problèmes. 

AndroidPIT moto g6 review 5753
Verrons-nous un jour le résultat de nos analyses médicales directement sur notre smartphone ? © AndroidPIT by Irina Efremova

De la détection au traitement : l'Intelligence affronte les maladies

Une fois que la technologie sera rmûre, l'Iintelligence Artificielle pourrait donc permettre de mieux distinguer certains types de cancer, notamment les plus courants tels que le cancer du sein chez les femmes et le cancer de la prostate chez les hommes. Une détection rapide peut permettre un traitement dans les temps et régler le problème avant que la situation soit hors de contrôle. Bien entendu, cela s'étend au-dela des cancers puisque des entreprises telles que Viz.ai veulent permettre de détecter les problèmes des personnes qui arrivent aux urgences afin qu'ils reçoivent les soins appropriés au bon moment. Une initiative intéressante dans laquelle le concept d'apprentissage intelligent (Machine Learning) prend tout son sens. 

Google a lui aussi trouvé un secteur d'application à exploiter : la détection des problèmes cardiovasculaires. Ce n'est bien sûr pas un hasard puisqu'aux Etats-Unis la mort d'une de ces maladies (notamment la crise cardiaque) représente 1/4 des causes de décès, ce qui souligne plutôt bien l'importance de trouver une solution. Malheureusement, c'est un processus assez lent et plutôt calamiteux car ce type de maladies est généralement lié à types de facteurs : poids, mode vie (consommation d'alcool, de drogues, activité), taux de diabète, taux de cholestérol, etc. Ainsi, Google propose une approche directe pour détecter un possible problème : l'analyse rétinienne. En fonction des données connues sur le patient, l'IA arrive à établir un diagnostic. 

Si vous avez des connaissances en biotechnologie, vous avez peut-être déjà entendu parler du concept de cellule souche pluripotente induite. Pour simplifier, disons que ces cellules peuvent permettre de soigner certaines maladies car elles peuvent être "programmées" pour avoir une fonction régénérative. Théoriquement, des maladies de la vue ou d'autres telles que Parkinson peuvent donc trouver une solution avec cette technologie. La production de telles souches demande des connaissances pointues (elles seront injectées dans un corps humain, donc il vaut mieux être sûr de ce que l'on fait). C'est ici que l'Intelligence Artificielle entre en scène : elle permettrait d'accumuler les connaissances sur le sujet et d'en faciliter la compréhension et la fabrication. Le potentiel régénératif de ces cellules a donc un grand potentiel.

La solution apporte-t-elle de nouveaux problèmes ?

A première vue, l'utilisation de l'IA semble profiter à tout le monde mais elle soulève d'autres questions. Elle nous plonge une nouvelle fois dans l'éternel débat de l'Homme vs la machine et des retombées que cela peut avoir (chômage, pour n'en citer qu'une, malgré la création d'emplois en lien avec le développement). La puissance de calcul de l'IA (source de sa rapidité) lui permet-elle de mettre en danger la véritable expertise des professionnels ? Seront-ils remplacés ? Si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire cette analyse de The Medical Futurist (en anglais) qui se penche sur le sujet.

Elle met également en relief la dépendance que l'Homme pourrait avoir en la technologie, ce qui en soi n'est rien de bien nouveau, nous l'avons depuis l'invention du silex l'Homme a toujours suivi la technique/technologie pour améliorer son quotidien et ses rapports avec l'environnement. Les perspectives sont aujourd'hui un peu différentes, certains se demandent si nous n'avons pas atteint des limites en laissant entrer à ce point l'IA dans nos vies.

Pour terminer, il est nécessaire d'aborder le sujet sensible : le coût de cette technologie ou, tout au moins, le coût du produit final pour le consommateur. Personne n'aimerait revivre un épisode comme celui qui s'est déroulé en 2015, lorsque Martin Shkreli avait augmenté de 5000% un médicament contre le paludisme et le sida. Certains n'hésiteront probablement pas à placer des prix démesurément élevés sous prétexte de technologie ou valeur d'usage élevée. 

9 partages

9 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Pour vaincre le cancer faudrait déjà stopper les pollutions diverses et variées qui empoisonnent l'eau, l'air, la nourriture et j'en passe, et qui sont responsables d'au moins 60% d'entre eux selon l'oms... Ladite pollution étant notamment provoquée par le productivisme frénétique de l'économie... Ainsi les terres rares et autres minerais servant à construire un nombre toujours plus important d'ordinateurs, nécessaire pour cette fameuse 'IA'... Tous ces métaux et minerais polluent énormément lors de leur extraction. Puis ensuite en tant que déchets (et oui, faut toujours plus consommer, le dernier smartphone à la mode sortant tous les six mois, même si l'ancien pourrait fonctionner encore longtemps, on s'en fout... Pareil pour les ordinateurs et le reste...).

    En gros on a un serpent qui se mord la queue. Mais faut continuer dans la pensée magique : croire que le dieu technologie nous sauvera, alors qu'il est en train de creuser notre tombe... Ahahah


  • Heureusement encore que l'usage ne se limite pas à la photo sur smartphone (et tablette éventuellement) ...
    En fait, les champs d'application de l'intelligence artificielle sont infinis. En ce qui concerne l'informatique mobile, smartphones, tablettes et PCs, évidemment les fabricants vont d'abord s'en servir comme argument marketing, en améliorant quand même, à moyen terme (il va falloir apprendre à appliquer les bons réglages quand même, les premiers essais très récents nous l'ont montré) ce qui peut l'être et ce qui favorise les ventes, à savoir la photo, l'autonomie et la facilité d'utilisation des usages des smartphones (tout en améliorant les résultats que tout un chacun peut en tirer sans être un expert).
    C'est une véritable (et formidable) révolution que nous sommes en train de vivre, telle la révolution industrielle, l'arrivée de l'électricité... et cela va chambouler toute notre vie... les usages vont bien au-delà de l'informatique mobile, c'est tout ce qui est informatique embarqué (et là les possibilités sont infinies), médecine, robotique, automobile autonome...
    En espérant que les usages soient maîtrisés et ne servent à de viles causes (euphémisme) très peu glorieuses tels que guerre, terrorisme, même si c'est hélas à craindre (certains n'auront hélas aucun scrupules, par appât du gain, ou pour imposer par la force son point de vue au monde, et les garde-fous n'y changeront rien hélas...)


  • Comment peut ont ajouter des screenshots sur commentaires ? La je test version web marche pas non plus ? Ah cool sur version web ont peut modifier nos commentaires après l'avoir posté . Option que vous pourriez ajouter sur l'application ??


  • David Berland depuis une semaine Lien du commentaire

    Petite question pour Android Pit qui n'a rien à voir avec le sujet ! Pouvez vous mettre à jour l'icône de votre application SVP ? (elles sont unifié et ronde maintenant sur Android "stock") donc la votre fait un peu tâche sur ma page d'accueil d'application ! S'il vous plaît 👍🤗😁


  • David Berland depuis une semaine Lien du commentaire

    Domaine que je ne maîtrise pas encore . Je sais juste que l'IA est utilisé un peu partout et que c'est très pratique . Mais j'ai lu un article il y a peu avec le deep learning ont peut facilement rendre une IA "mauvaise" . Allez voir c'est interressant ils l'ont nommé IA Norman (Norman Bates de Bates Motel (tueur en série)). Moi ce que je comprend c'est qu'il y à plusieurs type d'IA et qu'il faut quand même faire attention certains film de science-fiction ne sont pas si loin de la réalitée .


    • Rassure toi tu en connais surement plus que la plupart des gens qui font tous la même erreur : AUCUNE Intelligence Artificielle n’est accessible au grand public !

      Cortana, Alexa, ok google ou autre gadget sont juste des commandes vocales ;-)
      Il n’y a aucune réflexion donc aucune intelligence.

      Les seules Intelligences Artificielles existantes sont tenue très loin du public.


  • louis hory depuis une semaine Lien du commentaire

    La qualité de diagnostic de l'IA dans la détection de certains cancers est déjà reconnue par nombre de spécialistes concernés et s'il existe encore des progrès indubitables à faire on ne peut plus nier que l'avenir des diagnostic d'un certain nombre de maladies se fera de plus en plus par l'Intelligence Artificielle.

    Pour autant, est-ce que les hommes doivent déléguer tout pouvoir de décision à un système non-humain ? Je ne le crois et ne le préconise pas plus.
    Et une grand part d'incertitude et de peurs persistent dans l'abandon de décisions concernant le diagnostic et le choix de décision thérapeutiques à des objets inanimés, sans conscience d'eux-mêmes.

    Quant au sujet de l'intérêt mercantile prêtés à certains finançant des recherches dans cette voie, elle n'est pas pire (mais pas meilleure non plus) que celle qui existait déjà dans les grands groupes pharmaceutiques internationaux capables d'intenter des procès (et de les gagner) à des pays pauvres parce qu'ils utilisaient des traitements anti-viraux génériques (donc très peu chers) contre le sida en sachant que ces pays n'avaient et n'ont encore que peu de moyens à consacrer à la protection de leurs populations contre ce fléau.