Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur.

4 min de lecture 10 partages 6 Commentaires

WhatsApp, le Free Mobile brésilien qui met la terreur aux opérateurs

Dans une récente enquête menée par Vivo, les opérateurs de téléphonie mobile ont déclaré la guerre à WhatsApp. Pour les télécoms, l'application de messagerie n'est qu'un opérateur clandestin, ou devrions-nous plutôt dire une véritable plaie. À la suite d'un sondage paru dans la semaine, il se trouve que plus de la moitié des utilisateurs de smartphones brésiliens ont recours à WhatsApp pour passer des appels, au lieu de leur ligne téléphonique mobile ou fixe respective. Il y a de quoi s'alarmer, on comprend mieux pourquoi les opérateurs ont la haine maintenant.

Pourquoi les opérateurs ont vraiment peur de WhatsApp ?

L'étude, menée par MobileTime en relation avec Opinion Box, a révélé que 62,7% des utilisateurs de smartphones, au Brésil, utilisés WhatsApp pour appeler. Un utilisateur sur trois a même dit employer l'outil au moins une fois par jour, contre 30,8% des répondants qui utilisent le service une fois par semaine pour passer des appels vocaux.

62,7% des brésiliens utilisent le service de WhatsApp pour passer des appels vocaux !

Selon d'AndroidPIT Brésil, ces chiffres peuvent avoir un lien direct avec l'amélioration de la qualité des appels. Lorsque l'enquête préliminaire fut lancer en 2015, il se trouvait 19% des répondants qui trouvaient l'application très moyenne, mais elle a pris un nouveau virage depuis l'intégration des appels vocaux. Aujourd'hui, le même sondage a été refait et les chiffres ont chuté. Désormais, ce sont seulement 11% des utilisateurs pensent en mal de WhatsApp.

Au total, ce sont 1895 personnes qui ont répondu à l'enquête. Comme prévu, WhatsApp est la préférence des utilisateurs brésiliens, et on ne peut pas leur en vouloir. En seconde position, on retrouve le célèbre Facebook Messenger, suivi de Telegram en troisième position. Plutôt une bonne nouvelle pour l'étoile montante russe.

androidpit facebook messenger vs whatsapp vs telegram
Au Brésil, WhatsApp est en pole position, suivi de Facebook Messenger et Telegram. © ANDROIDPIT

WhatsApp est en concurrence directe avec les opérateurs du pays

L'un des principaux résultats de la recherche émet surtout le fait que le service de WhatsApp est en concurrence directe avec les télécoms du pays. « Après avoir vu et constaté la chute séquentielle du nombre de messages textes (SMS) envoyés en un seul trimestre, nous nous attendons à dresser le même constat du côté des appels vocaux ». En même temps, il serait aussi intelligent de réfléchir à une stratégie qui avantage l'utilisateur, et ne l'exploite plus...

Et cela a déjà été ressenti l'an passé, peu de temps après la sortie de fonction dans l'application. L'opérateur téléphonique brésilien Teleco a même mis en avant un retour sur statistiques qui déclarent que les utilisateurs passent moins de temps à passer des appels vocaux par l'opérateur. Ainsi, ce sont 111 minutes que les utilisateurs passent en moyenne chaque mois à appeler depuis la ligne de l'opérateur contre 134 minutes pour WhatsApp.

En plus d'avoir perdu la bataille des SMS, les opérateurs brésiliens semblent aussi être en train de perdre celle des appels vocaux...

En plus d'avoir perdu la bataille des SMS, les opérateurs brésiliens semblent être en train de perdre celles des appels... Cela a un impact direct sur la trésorerie des entreprises. Pour prendre exemple sur l'opérateur mobile TIM, l'opérateur affiche un bénéfice net de 20,3% en 2015, qui est inférieur à celui réalisé sur l'année 2014.

ANDROIDPIT gbwhatsapp
WhatsApp est un poison pour les opérateurs qui a un sérieux impact sur la trésorerie des opérateurs du pays. © ANDROIDPIT

Avec de tels chiffres, il est maintenant plus facile de comprendre la crise qui sévit au Brésil, opposant les opérateurs historiques du pays à WhatsApp, dont l'ancienneté ne tient même pas sur une décennie. En même temps, ces dits opérateurs n'ont jamais été à plaindre. Aujourd'hui, ils récoltent un peu ce qu'ils ont semé pendant plusieurs années, et il est temps pour eux de réfléchir aux nouvelles stratégies pour essayer de sortir la tête de l'eau et ne pas se noyer.

D'après vous, WhatsApp est-il un méchant allié des opérateurs ?
10 partages

6 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :

  • Je ne comprend pas très bien pourquoi ils devraient avoir peur. Les utilisateurs ne doivent-ils pas avoir un abonnement 4g pour pouvoir utiliser WhatsApp ? Les opérateurs ne perdent donc pas de clients. Au contraire, ils utilisent leur quota data et payent parfois l'overquota.
    WhatsApp a beau proposer une chatsim, ça reste un mvno et donc un client de ces opérateurs.

    Si les utilisateurs passent par le wifi, ce n'est pas whatsapp le concurrent, mais le FAI fixe.


  • phil 16 mars 2016 Lien du commentaire

    Vive la neutralité du net........
    En suisse certains opérateurs l'ont bien compris et ont commencé à proposer il y a quelques années déjà des forfaits tout illimités (appels, SMS et data)... avec un bridage de vitesse, selon combien on paie.
    L'idée est de mettre à disposition le réseau et on fait ce que l'on veut. À la place de proposer des minutes, des messages, des MB, etc... Je trouve ça une bonne philosophie...
    Pour les petits consommateurs, il reste toutefois beaucoup d'offres intéressantes en prépaiement.


  •   32

    Les opérateurs de tout les pays se sont tellement enrichi sur le dos de tout les utilisateurs de téléphonie notamment en France ( avant l'arrivée de free) que ce n'est qu'un juste retour des choses, on ne vas quand même pas les plaindre les pauvres....


  • BHM 15 mars 2016 Lien du commentaire

    oui c'est vrai


  • "WhatsApp, le Free Mobile brésilien qui met la terreur aux opérateurs" MAIS PAS EN FRANCE.


  • Les problèmes relatés dans votre article ne datent pas d'hier. Simplement, l'enquête les met en lumière à l'heure où les opérateurs essaient de trouver un compromis avec les solutions de voip telles que whatsapp.

    Whatsapp a sorti sa chatsim depuis quelques mois, une véritable révolution. Facebook a adopté la même approche dans les pays à très bas revenu, en vendant des téléphones avec forfait facebook et un package d'applis internet limité (tout intégré).

    Dans certains pays (Maroc) on interdit les logiciels de voip (viber, skype ...) à moins de payer une license d'opérateur téléphonique.
    Dans d'autres pays, on relève les tarifs à cause de l'augmentation ou l'extension des droits d'accise aux telecoms.
    Toutes ces manœuvres ont pour but de protéger les investissement récents des opérateurs télécom, dont les marges sont littéralement mangées par whatsapp and co.

    En tant que consommateur, on ne va pas se plaindre de la percée de whatsapp. Mais il faut bien comprendre que c'est intenable pour les opérateurs. Il faut trouver un accord et un juste prix.
    Pour l'heure, je vois que les prix de la voip explosent littéralement et se retouvent quasiment au même niveau que les tarifs téléphoniques.

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations