Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Loi anti-IVG : Netflix, l'exemple à suivre

Loi anti-IVG : Netflix, l'exemple à suivre

Que Netflix soit unique en son genre peut vous paraître étrange. Oui, on peut dire qu'il y a de plus en plus de services de streaming en ligne. C'est vrai, le géant du divertissement est loin d'être le seul. Mais ce qui rend Netflix unique, c'est sa position ferme contre la loi anti-avortement qui vient d'être adoptée dans certains Etats américains. Et ils sont les seuls (oui encore un mot qui donne l'exclusivité) a avoir protesté contre une telle aberration.

Netflix, dont l'exemple devrait être donné dans l'industrie et les grandes entreprises partout aux États-Unis (au minimum), a clairement montré que les femmes et leurs droits ne sont pas en jeu. D'ailleurs, les autres devraient suivre ses traces parce qu'il est clair que les pressions fonctionnent, surtout si elles sont nombreuses. Alors, qu'arrivera-t-il à la Géorgie si Netflix retire toutes ses productions de l'Etat américain ?

L'entreprise s'est montrée brutale : si la loi controversée contre l'avortement est adoptée, la marque "repensera son investissement" dans l'Etat en question, la Géorgie. Selon les chiffres officiels, l'industrie du cinéma et de la télévision a déclaré l'an dernier 92 000 emplois, environ 455 productions audiovisuelles et un impact économique de 9 milliards de dollars en production, soit un investissement qui est loin d'être petit. Et si d'autres suivaient ? Et oui, je parle de Disney, HBO, Viacom, Amazon Studios et un long etcetera....

netflix logo upscale
Netflix est la seule société de divertissement à avoir résisté à la loi anti-avortement draconienne. © Netflix

Et c'est très facile, comme c'est aussi le cas pour le Google Play Store avec la très controversée application en Arabie Saoudite qui contrôle les femmes. Allons, se réfugier dans la loi des territoires correspondants, c'est ne rien faire et c'est tellement lâche. Les droits de l’homme doivent être au-dessus de tout cela, et les grandes entreprises doivent montrer leur soutien total, donnant ainsi le courage aux femmes, aux homosexuels et de tous ceux qui font partie des minorités et qui peuvent être touchés par l'injustice. Bien sûr, si cela touche à leur argent, elles ne font rien.

Est-ce que Google aurait retiré l'application anti-LGTB si la Human Rights Campaign (HRC) ne lui avait pas donné un coup de théâtre en suspendant sa notation dans son prestigieux classement ? Une journée a suffi pour que le grand G reconsidère l'idée et supprime l'application. Pourtant,  les associations de défense des droits de l'homme s'étaient battues pendant des mois. Et rien....

Donc, oui, Netflix

La Géorgie est le théâtre d'une multitude de productions hollywoodiennes et de grands studios audiovisuels grâce aux avantages fiscaux proposés par l'Etat. Atlanta, la capitale de ce dernier, est devenue un grand centre cinématographique. Pour donner des exemples qui ne viennent pas de Netflix, "Stranger Things" et "The Walking Dead" y sont d'ailleurs tournés. Certains acteurs et réalisateurs - comme Reed Morano, productrice de "La Servante écarlate" - ont déjà fait entendre leur voix contre cette loi et appelé au boycott du reste de l'industrie si elle entrait en vigueur. Alyssa Milano, l'une des protagonistes de "Insatiable", également de Netflix, est, en fait, l'une des pionnières de l'action. Cependant, Netflix est le seul studio hollywoodien à l'avoir clairement énoncé et à avoir mis sur papier les actions qu'il entreprendra dans une lettre signée par son directeur des contenus, Ted Sarandos.

"Nous employons de nombreuses femmes sur des productions en Géorgie, dont les droits, comme ceux de millions d'autres,subiront des restrictions sévères en raison de cette loi", Ted Sarandos, responsable des contenus de Netflix, dans une déclaration exclusive à Variety.

the handmaids tale
La Servante écarlate parle d'une société dans laquelle les femmes n'ont aucun droit et dont l'image a été associée à des protestations contre la réforme... © Hulu

Stratégie marketing ? Certaines voix s'expriment déjà à ce sujet. Honnêtement, il y a peut-être un peu de ça derrière tout cela, bien que je refuse d'y croire après les paroles de Sarandos. Après tout ici, ce qui importe c'est la fin, peu importe le moyen... Le fait que les grandes entreprises expriment clairement leur position face à l'injustice place le problème au premier plan; c'est comme cela que l'opinion publique réagit et que d'autres entreprises finissent par se demander si elles aussi ne devrait pas faire de même. J'espère que d'autres suivront. Et, surtout, espérons que la loi qui fait reculer de 50 ans dans l'histoire le droit des femmes ne sera pas appliquée. En Géorgie, on retournerait en 1973, si Netflix n'était pas là.

Disney suit la piste de Netflix et rejoint le boycott

Au moment d'écrire ces premières lignes, Netflix était seul face à la situation. Aujourd'hui, un peu plus d'un jour après, Disney suit les traces de la plateforme de vidéos en ligne. Bob Iger, président exécutif de Walt Disney Co. a confirmé qu'il retirera toutes les productions des territoires qui appliquent le nouveau règlement controversé. "Il sera très difficile de continuer à produire en Géorgie si la soi-disant "loi sur les battements du cœur" entre en vigueur. Je doute fort que nous suivrons", a-t-il déclaré dans une interview accordée à Reuters. Et pour vous donner une idée, des films comme "Black Panther" et "Avengers : Endgame" ont été tournés par Disney en Géorgie. L'impact pourrait être brutal.

Vous voyez ? En fin de compte, vous n'avez qu'à être le premier pour être suivi par les autres. Être de l'autre côté, du côté opposé au droit des femmes, peut vous marquer à jamais. J'espère que de plus en plus de grandes entreprises (ainsi que des actrices et acteurs, dont plus de 100 ont déjà rejoint le boycott) montreront clairement qu'il n'est pas possible d'être en 2019 et d'attendre des femmes qu'elles voient leur liberté limitée de manière aussi abusive.

Articles recommandés

Les commentaires préférés des lecteurs

  • Pardayec depuis 2 mois

    Ouais....Les pseudo arguments des Pro-Vie on les connait. Ce dont ils semblent se foutre éperdument, c'est du degré de liberté qu'aura dans la vie un enfant qui grandit, à partir du moment où il apprendra qu'il est issu d'un viol ou d'un inceste. Ce jour là il regrettera peut être de n'être pas resté un tas de cellules...Mais bon il est avéré que le pragmatisme n'est pas la tasse de thé des intégristes de tous poils...

  • Pardayec depuis 2 mois

    Qui a recours à la facilité ? Il faudrait donc avoir avorté dans sa vie pour avoir le droit d'avoir une opinion sur le sujet ?
    Et de toute façon, la question n'est pas de savoir si oui ou non l'avortement est une souffrance pour les personnes qui en sont victimes mais quelle est la loi appropriée en la matiere. Et une loi équilibrée est nécessairement un compromis. Ma position quand j'entends les Pro-Vie, c'est qu'ils n'ont aucun sens du compromis.
    Quant à la déclaration que vous faites selon laquelle notre société devrait montrer plus d'amour aux plus faibles, je ne vois pas en quoi le fait d'être anti-avortement est une preuve d'amour aux plus faibles. Il existe par exemple un nombre alarmant de prêtres qui sont a la fois anti-avortement et pédophiles. CQFD

  • louis hory depuis 2 mois

    @ defendreleplusfaible

    Quelqu'un qui prend un pseudo le jour même où un sujet l'intéresse à ce point et intervient aussi lourdement ne peut être complètement neutre.

    Tous tes interlocuteurs (...ou même contradicteurs si tu veux) sont présents ici de longue date et ne sont pas obnubilés forcément par ce thème comme tu semble l'être... au vu que tu n'a pas songé à expliquer ta motivation sur ce thème ni à préciser pourquoi tu n'intervenait pas plus tôt...
    Mais tu sais bien mettre en relief les imprécisions des personnes qui ne pensent pas comme toi... probablement par habitude bien rodée !

    Quant à tes arguments, ils relèvent trop souvent d'un flou que je vois comme volontaire et préparé :

    1er ex : "nous souhaitons que les relations sexuelles soient plus responsabilisés"
    - Mais qui dirait le contraire ? Personne assurément.

    2ème ex : "Si notre société montrait un peu plus d'amour à nos plus faibles, le monde se porterai mieux."

    - Pour cet argument qui m'intéresse particulièrement, je sais comme beaucoup d'entre nous que cela ne concerne pas que les fœtus en devenir mais cela concerne aussi quelques centaines de millions d'être humains maltraités dans des pays régis, par exemple, par des gouvernements religieux qui ne prennent pas vraiment parti pour ces humains rejetés à leurs origines sociales modestes quand ce n'est pas JUSTEMENT parce qu'elles n'ont pas pu avorter et tomber dans une misère encore plus profonde.

    3ème ex : "C'est beau la facilité que vous avez à me mettre dans une case alors que vous ne me connaissez pas, vous ne savez pas ce que j'ai vécu, vous ne savez rien de ma vie..."

    As-tu le souci RÉCIPROQUE de savoir à qui tu t'adresses ? Poser la question c'est déjà y répondre...


    Ici, je ne suis jamais le dernier pour attaquer la modernité irresponsable mais je ne supporte PAS PLUS que certains esprits mal intentionnés viennent SEULEMENT encore chercher à TROUBLER DAVANTAGE des esprits en recherche d'absolu ou seulement d'un avenir plus supportable.

    Et quand une morale religieuse (qu'elle quel soit) acceptera qu'une (autre) morale laïque puisse concourir tout autant à résoudre les problèmes de société d'aujourd'hui, l'humanité sera sur une bien meilleure voie.

24 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • N'oubliez pas que le féminisme n'est qu'une lutte de plus inventée et nourrie par nos "élites" pour, comme à l'accoutumée, diviser pour mieux régner, dans le cas qui nous intéresse, monter les femmes contre les hommes, détruire ainsi la cellule familiale classique et fabriquer des être unisexes, bons petits robots bons à travailler sur les chaînes et/ou bien formatés et obéissants.


    • C'est quoi ce ramassis d'âneries ? Tu n'as pas honte ? Estime toi heureux de ne pas être banni du site, tu le mériterais amplement...


    • Ce message me rappelle la phrase célèbre d'Umberto Eco, peu de temps avant sa mort:
      " Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d'imbéciles qui, avant, ne parlaient qu'au bar, après un verre de vin et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite alors qu'aujourd'hui ils ont le même droit de parole qu'un prix Nobel. C'est l'invasion des imbéciles."
      Eh oui, on en est là....


  • Et puis simplement, si les mecs voulaient bien arrêter de dire aux nanas comment elles doivent vivre, se fringuer, quand avoir des gosses (ou pas), etc ... ça serait plus simple. Et si les religions quelqu'elles soient voulaient bien aussi nous lâcher la grappe, tant qu'à faire ... mais bon, comme disait Desproges, je diverge ...


    • nas depuis 2 mois Lien du commentaire

      pk feindre une guerre des sexes ?
      les femmes aussi sont moralisatrices et aiment dire aux autres femmes quoi faire etc


      • Je ne nie pas qu'il y ai du boulot des 2 côtés. Mais si tu regarde les coms "pro-lifes" dessous, c'est des mecs (en j'en suis un aussi).


      • Il y aussi des nanas (timbrées), hélas :( Comme la mère de ce pauvre Vincent Lambert pour citer un triste cas (souvent des religieux extrémistes, tiens...)
        Cela me rappelle une discussion que j'ai eu il y a peu avec ma mère et je lui disais qu'il faut, hélas, de tout pour faire un monde... même si on peut être parfois être amené(e) à regretter, parfois, que certaines femmes, comme la mère de ce triste individu et de tant d'autres (coucou Trump et Quasar :), n'ait pas opté pour l'avortement, pour être dans le thème de l'article...


  • Ce débat n'a pas lieu d'être ici, et ce n'est certainement pas à des services de vidéos en ligne d'influencer la politique d'un pays. Mais bon, il est aussi facile de savoir à qui appartiennent Netflix et Disney.


    • Quand est-ce que le public (ou les commentateurs sur ce site) n'aurait pas le droit de s'exprimer sur SES propres problèmes ?
      Dans un pays autoritaire ou suffisamment écervelé par des bien-pensants qui "imaginent" qu'ils n'y aient qu'eux, les humains supérieurs : les CSP+, ceux qui alignent les $ en guise de neurones, PROBABLEMENT...

      A qui appartient la tête de Donald ? Apparemment pas à Trump mais plus sûrement à son cerveau reptilien.

      Dans un pays qui a inventé la notion le "soft power" depuis 75 ans, faire semblant de l'ignorer est assez cocasse 🤣🤣


  • Je suis très triste de voir une telle prise de partie sur votre site Internet. Etes-vous sur que ce soit le lieu de faire des débats sur l'avortement ? Ce sujet est loin d'être facile. Je connais tellement de personnes ayant avorté qui sont au fond du gouffre aujourd'hui, car elles se rendent compte qu'on les a trahis sur les "effets secondaires". La difficulté reçue lors d'un avortement n'efface malheureusement pas les effets du viol. Attention à vos paroles. Accompagnons les femmes le mieux possible en les aidants matériellement et essayons de réduire le nombre d'avortement. Nous ne pouvons pas nous réjouir qu'il y ai autant d'enfants non désirés avortés. On va voir si mes propos déchainent la haine et si les administrateurs auront le courage de le laisser. Bonne soirée.


    • défendre...

      Il n'y a pas de lieu plus approprié qu'un autre pour débattre des libertés individuelles de chacun, à condition que ce soit fait sans prosélytisme et sans stigmatisation...


      • Dans vos libertés individuelles, vous oubliez malheureusement celles de l'enfant a venir. Mais cela a pas d'importance, il ne s'agit pour le moment qu'un tas de cellules.


      • Ouais....Les pseudo arguments des Pro-Vie on les connait. Ce dont ils semblent se foutre éperdument, c'est du degré de liberté qu'aura dans la vie un enfant qui grandit, à partir du moment où il apprendra qu'il est issu d'un viol ou d'un inceste. Ce jour là il regrettera peut être de n'être pas resté un tas de cellules...Mais bon il est avéré que le pragmatisme n'est pas la tasse de thé des intégristes de tous poils...


      • pardayec
        Très réducteur ton argument... même si je partage ton avis, l'avortement ne concerne évidemment pas que les femmes victimes de viol ou d'inceste.


      • C'est beau la facilité que vous avez à me mettre dans une case alors que vous ne me connaissez pas, vous ne savez pas ce que j'ai vécu, vous ne savez rien de ma vie... Peut-être auriez-vous un autre discours si vous aviez vécu ce que j'ai vécu. Si notre société montrait un peu plus d'amour à nos plus faibles, le monde se porterai mieux.


      • Merci Benoît de ta franchise. Les personnes qui lisent ces lignes sont-elles favorables a ce qu'on essaie ensemble de réduire le nombre d'avortement ou pensez-vous que celui-ci n'est vraiment pas un "problème" et qu'il est clairement innofensif ?


      • Faux. Les États dont il est question ici (Géorgie, Alabama) veulent une loi anti IVG qui interdit aux femmes d'avorter même en cas de viol et d'inceste. Et c'est aussi ce qui est suggéré par la personne à laquelle je réponds quand elle affirme " La difficulté reçue lors d'un avortement n'efface malheureusement pas les effets du viol. Attention à vos paroles"


      • Qui a recours à la facilité ? Il faudrait donc avoir avorté dans sa vie pour avoir le droit d'avoir une opinion sur le sujet ?
        Et de toute façon, la question n'est pas de savoir si oui ou non l'avortement est une souffrance pour les personnes qui en sont victimes mais quelle est la loi appropriée en la matiere. Et une loi équilibrée est nécessairement un compromis. Ma position quand j'entends les Pro-Vie, c'est qu'ils n'ont aucun sens du compromis.
        Quant à la déclaration que vous faites selon laquelle notre société devrait montrer plus d'amour aux plus faibles, je ne vois pas en quoi le fait d'être anti-avortement est une preuve d'amour aux plus faibles. Il existe par exemple un nombre alarmant de prêtres qui sont a la fois anti-avortement et pédophiles. CQFD


      • Pour vous, peu importe si l'avortement est une souffrance ou pas ? A mes yeux, la loi est plus juste quand il s'agit de défendre le bien commun. Les pro-vies pensent que toutes vies vaut la peine d'être vécue. En soit, c'est pas complétement "horrible" comme propos... Même si vous n'avez pas le même point de vue, vous pouvez essayer de le respecter.


      • Très sincèrement, est-il possible qu'il y est des difficultés psychologiques liées a l'arrêt prématuré d'une grossesse (même subi ?) Pour les femmes violées, je pense qu'il faut vraiment les aimes et l

Montrer tous les commentaires
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition