Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Libra de Facebook fait l'objet d'une enquête antitrust de l'UE

Libra de Facebook fait l'objet d'une enquête antitrust de l'UE

Selon plusieurs rapports, les régulateurs antitrust de la Commission européenne ont lancé une enquête sur la "crypto-monnaie" de Facebook, Libra. L'UE a déjà exprimé sa crainte que Libra monopolise les paiements et exclue injustement la concurrence.

Les confrères de Bloomberg affirment avoir pris connaissance d'un document confirmant que les régulateurs antitrust de l'UE ont déjà commencé "à enquêter sur un comportement potentiellement anticoncurrentiel". La principale préoccupation semble être la possibilité de créer des restrictions de concurrence concernant les informations qui seront échangées avec Libra et l'utilisation de données de consommateurs.

L’enquête, qui n’en était encore qu’à ses débuts au moment de la rédaction du présent rapport, fait suite à un questionnaire envoyé le mois dernier par des fonctionnaires de l’UE qui révélait des inquiétudes quant à la possibilité d’un monopole géré par Facebook du système de paiement proposé.

Libra, dévoilé pour la première fois plus tôt cette année, compte quelques grands noms de la finance comme MasterCard, PayPal, Visa, eBay, Spotify, et Uber. L'équipe de Mark Zuckerberg appelle cela une crypto-monnaie, mais ce n'est pas tout à fait la même chose que Bitcoin ou d'autres produits populaires de blockchain.

La Libra Association, une organisation indépendante à but non lucratif créée pour superviser la nouvelle monnaie numérique de Facebook, est basée à Genève, en Suisse. Selon Reuters, le commissaire fédéral à la protection de la vie privée et à la protection des données (FDPIC) s'attend à recevoir plus de détails sur la Balance d'ici la fin du mois.

Il n'y a pas qu'en Europe que Libra attire l'attention des régulateurs. Le Trésor américain s'est également inquiété de la manière dont la monnaie numérique pourrait être utilisée pour le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Facebook a promis de ne pas utiliser Libra tant que les autorités ne seraient pas satisfaites.

calibraapp earlylook en402x
Le portefeuille de Libra, Calibra, devrait ressembler à ceci. © Calibra/Facebook

Il faudra des années avant que vous puissiez utiliser Libra pour payer quoi que ce soit

Disons simplement que les sourcils ont été froncés lorsque nous avons entendu parler de Libra pour la première fois au bureau d'AndroidPIT, comme ce fut le cas, j'en suis sûr, pour beaucoup dans le monde. Le problème ici, c'est que Zuckerberg et sa bande ne se sont pas vraiment remis du scandale de Cambridge Analytica en termes de confiance du public, du moins pour ceux qui se soucient de choses comme la vie privée et la protection des données.

Je pense que Facebook a encore beaucoup, beaucoup de chemin à parcourir avant de pouvoir convaincre les régulateurs américains et européens de donner le feu vert à Libra. La Commission européenne, en particulier, ne va pas simplement laisser passer celle-ci discrètement. Bruxelles a déjà infligé des amendes record à Google et à Apple, et n'a montré aucune crainte à l'égard des grands géants de la technologie qui préféreraient jouer selon leurs propres règles.

La crypto-monnaie, en général, fait également l'objet d'un examen minutieux de la part des autorités du monde entier pour les mêmes raisons que le Trésor américain se préoccupe de Libra. Lorsque vous intégrez la protection des données, un système de paiement "crypto" de Facebook est comme un cocktail de toutes les mauvaises choses que nous trouvons sur Internet.

Source : Bloomberg

Articles recommandés

8 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Une monnaie qui échappe à la BCE et au FMI qui assurent une stabilité, c'est juste inconcevable. On le voit avec le Bitcoin dont la valeur fluctue d'une extrême à l'autre. On voit aussi le grand n'importe quoi des chinois qui dévaluent leur monnaie pour contrer le dollar. Alors une monnaie Libra tenue par Facebook, spécialiste de la collecte de données, non merci


    • Quand la FED (la banque centrale étasunienne) joue avec la valeur du dollar depuis plus de 70 ans au détriment du restant du monde, tu n'as rien à redire.

      Henry Kissinger (Secrétaire d’État, l'équivalent de 1er ministre) disait, dans les années 1970 : "Le dollar, c'est notre monnaie mais c'est votre problème." en s'adressant à l'ONU.

      Mais si les Chinois défende leur économie attaquée par les inepties de Trump en dévaluant leur monnaie, pour toi c'est un scandale.
      Tu n'as pas peur de te moquer du monde ou alors tu ne t'aperçois même pas de tes propres inepties... j'hésite !


      • Sauf que les chinois veulent juste être les maitres du monde et fallait pas compter sur eux pour nous défendre en 39-45...


      • Une copie d'histoire où il y a marqué ça vaudrait 01/20 si elle était écrite par un collégien. Alors si ça vient d'un adulte....
        Mefies-toi aussi de tout ce qui est allemand ou japonais, parce qu'en 39-45, ils ne nous auraient pas libéré non plus !!! 😂


      • Luna depuis 1 mois Lien du commentaire

        On n'est pas tous des nostalgiques du mur et je n'ai jamais cru que l'Union Soviétique était le paradis sur terre moi Pardayec


      • La Chine s'est désolidarisée de l'Union soviétique depuis 1956, inculte que tu es !


  • Luna depuis 1 mois Lien du commentaire

    Froncer les sourcils, exactement ce qu'il fallait faire pour HarmonyOS aussi !!

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition