Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.
Réseaux sociaux : Donald Trump veut votre opinion (et vos données)
3 min de lecture 6 Commentaires

Réseaux sociaux : Donald Trump veut votre opinion (et vos données)

Aucun président américain ne s'est autant exprimé sur les réseaux sociaux que Donald Trump ! Cela ne l'a pas empêché, à lui comme à d'autres experts politiques de droite, de prendre parti contre les plateformes de réseaux sociaux en affirmant qu'ils avaient un parti-pris de gauche. Maintenant le gouvernement Trump veut votre avis sur la question, mais pourquoi exactement ?

Mercredi, la Maison-Blanche a lancé un nouveau site Web qui vous permet de partager si vous pensez que votre compte de média social a été suspendu, interdit ou signalé en raison de préjugés politiques. Le formulaire demande des détails sur des entités de médias sociaux spécifiques tels que Facebook, Twitter, Instagram, YouTube et autres, ainsi qu'une adresse électronique et des informations personnelles supplémentaires. C'est là que ça devient un peu suspect.

Si vous avez regardé les audiences du Congrès sur Facebook et Twitter, vous aurez remarqué que l'idée que les géants de la technologie aient un parti-pris contre les conservateurs est une croyance populaire, soutenue par de nombreux législateurs républicains plus âgés. Mais les utilisateurs de ces plateformes ont également remarqué que les entreprises de médias sociaux sont malheureusement inefficaces ou réticentes à limiter le contenu extrémiste d'extrême droite sur leurs plateformes, même si les conséquences des meurtres de Christchurch les ont poussées à prendre des mesures supplémentaires contre la haine en ligne.

Il suffit de dire que presque personne n'est satisfait de la façon dont le contenu est modéré sur les grandes plateformes en ligne, et la définition de la "partialité" peut varier énormément. À en juger par les réponses au Tweet de la Maison Blanche, beaucoup sont prêts à se plaindre de presque tous les résultats indésirables, y compris de ce qui semble être des tentatives de modération bien intentionnées

Une collecte de données déguisées ?

Mais ce n'est pas si important de savoir s'il y avait un parti pris ou non, ou si c'était justifié. Les données recueillies à l'aide de cet outil seront probablement mises en jeu plus tard et ne serviront pas à faire quoi que ce soit pour concernant le respecter la liberté d'expression ou les normes de modération en ligne.

Au lieu de cela, la Maison Blanche va construire une base de données de contacts, de présence sur les réseaux sociaux et d'informations personnelles provenant d'un grand nombre d'Américains qui se sentent persécutés par les médias sociaux. Grâce à cela, Trump disposera d'un bon ensemble d'informations sur les gens et de ce dont ils ont peur (leurs préjugés, en fait) et les ciblera avec des annonces et de la propagande basées sur ces préoccupations.

L'abus potentiel des données soumises ici n'est pas passé inaperçu. Kevin Roose, du New York Times, a souligné que le fait de s'opposer à Facebook sur ce formulaire pourrait au contraire bien lui profiter :

Il faudrait certainement discuter des limites d'un discours acceptable sur les plateformes de médias sociaux, qui sont des entités privées qui détiennent à la fois beaucoup d'influence sociale et politique et, en théorie, de responsabilité. Mais ce n'est pas le cas.

Il y a aussi le fait qu'il n'y a rien qui empêche les Américains qui voudraient s'amuser à compléter ce formulaire avec des fausses informations, bien sûr. Mais qui ferait une chose pareille ?

6 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • phil depuis 1 mois Lien du commentaire

    Effectivement, Obama était loin d'une blanche colombe en la matière, la seule différence est qu'il a été plus discret que le canard actuel... donc pas trop nouveau en fait sauf que dès fois qu'il leur manque un truc, dites-le-vous même...


    • Les époux Clinton comme Obama et comme tous les démocrates trop libéraux qui favorisent la finance au détriment des étasuniens de base (vilipendés comme des "red necks") et de leur économie productive ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes, ils ont ulcérés leur électorat de petite classe moyenne qui se sont jetés dans les bras de Trump, faute de trouver mieux.

      (toute ressemblance avec une situation en Union Européenne serait un peu caricaturale mais pas complètement infondée 😉)


  • Luna depuis 1 mois Lien du commentaire

    C'est quand même destructeur de ne plus pouvoir accéder à son profil et pour n'importe quelles raisons d'ailleurs.


  • La pensée unique qui consiste à voir le mal quand Trump utilise(rait) les données recueillies à des fins personnelles mais qui oublient MALENCONTREUSEMENT qu'Obama s'est fait élire la première fois avec les mêmes procédés n'est pas, à mon avis, d'une bien grande équité.

    Quand c'est plus le résultat qui est désigné comme inacceptable plutôt que le procédé, on abouti à justifier l'injustifiable... et j'aime pas trop !

    Si on veut de la justice, elle doit s'appliquer pour tous les citoyens avec la même équité.
    Dire que j'en sois vraiment surpris est une tout autre histoire...


  • cdf depuis 1 mois Lien du commentaire

    Je pense que Trump s en bat la race des données des petits francais qu il considère à juste titre comme des bouffons