Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Oups, Facebook se prend un stop par le Congrès

Oups, Facebook se prend un stop par le Congrès

Les législateurs du Congrès américain ont demandé à Facebook de "cesser immédiatement les plans de mise en œuvre" de sa crytomonnaie, jusqu'à ce qu'il ait le temps d'explorer correctement toutes les facettes de celle-ci. En effet, il faut plus de temps à un comité de la Chambre pour enquêter sur les risques liés à la cybersécurité et aux marchés financiers associés à la monnaie numérique.

La demande a été faite par le biais d'une lettre des chefs démocrates du Comité de la Chambre des représentants. Elle fait part du fait que "Comme Facebook est déjà entre les mains de plus d'un quart de la population mondiale, il est impératif que Facebook et ses partenaires cessent immédiatement leurs plans de mise en œuvre jusqu'à ce que les régulateurs et le Congrès aient la possibilité d'examiner ces questions et de prendre les mesures nécessaires à sa mise en oeuvre".

Facebook est le fer de lance du projet, aux côtés de plusieurs autres entreprises, dont Visa, Lyft, Spotify et Vodafone, qui comprend un nouveau portefeuille numérique appelé Calibra. La mise en œuvre effective du projet est assurée par une opération suisse à Genève, intitulée la Libra Association. Selon les rapports, la lettre a été remise à Mark Zuckerberg, Sheryl Sandberg et David Marcus, directeur général de Libra.

Les autorités américaines craignent clairement que de tels produits et services, s'ils ne sont pas correctement réglementés et mis en œuvre sans une surveillance suffisante, puissent poser des risques systémiques qui menacent la stabilité financière mondiale. Facebook a dit que Libra sera réglementée comme les autres fournisseurs de paiement, mais cela ne semble pas avoir satisfait le Congrès américain.

Bien que cet appel à une pause soit susceptible d'être respecté par la Libra Association, la durée du délai pourrait s'avérer relativement courte. La commission du Congrès convoque une audition complète sur l'examen de Libra le 17 juillet. Dans un sondage AndroidPIT de la semaine dernière, sur la version anglophone, seulement 6% des lecteurs ont déclaré qu'ils utiliseraient Libra.

Pensez-vous qu'il s'agit là d'une décision sensée de la part des législateurs américains ? Tenez-nous au courant.

Source : Engadget

Articles recommandés

1 commentaire

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • J'avoue être largué par ce sujet des cryptomonnaies, je n'arrive pas à piger le pourquoi du comment de tout cela. Bon, cela dit, très peu de personnes sont capables d'expliquer à autrui le pourquoi du comment des monnaies physiques, depuis la création monétaire "ex nihilo" (à partir de rien), jusqu'à la dette, privée ou publique etc...

    S'il s'agit par exemple d'ouvrir un compte "bancaire" chez Facebook et de le créditer de X Libra en ayant préalablement effectué un virement en Euros et que l'on peut ensuite se servir de ce compte comme de n'importe quel compte bancaire classique, alors pourquoi pas ? La question que je me pose alors est de savoir quelle cryptomonnaie choisir et selon quels critères ? Car ce que souhaitent les clients des banques, c'est au minimum de la sécurité et la garantie que leur argent restera ce qu'il est. Ils n'ont aucune envie d'avoir l'impression de jouer au casino ou à la bourse. Il va donc falloir rassurer les gens pour les convaincre de passer à des cryptomonnaies virtuelles, surtout en ces temps d'instabilité et de doutes permanents sur tous les sujets.