Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

La France et la 5G en 2020 : Quoi de neuf ?

La France et la 5G en 2020 : Quoi de neuf ?

En 2019, plus de 50 opérateurs à travers le monde ont annoncé le lancement commercial de la 5G, avec plus de 200 000 nouvelles stations de base 5G-6GHz déployées. Cependant, la commercialisation de la 5G demeure encore à l'étape initiale au niveau structurel, comme le montre les constructions à grande échelle non seulement en Chine, en Corée du Sud, aux Etats-Unis mais également dans quelques pays d'Europe. Alors que ses partisans célèbrent les potentialités économiques liées à son arrivée en France, ses détracteurs présentent "une catastrophe sécuritaire en devenir". Nous faisons ici le point sur le sujet.

Ericsson comme symbole des opportunités pour la recherche et le développement en France

A l'heure où nous écrivons ces lignes, la nouvelle vient de tomber. Le groupe Ericsson va installer un nouveau site de Recherche et Développement en France avec à la clé la création de 300 nouveaux emplois. La nouvelle devrait être bénéfique pour le développement de la future société digitale et devrait permettre la consolidation du réseau 5G dans l'hexagone - meilleure connectivité au réseau pour les nouveaux consommateurs et les entreprises françaises. Par ailleurs, l'installation d'Ericsson dans le pôle technologique de Paris Sarclay (haut-lieu de l'innovation française et hub de la recherche du fait de la présence du CNRS, Ecole Polytechnique; ENS, etc.) laisse penser que le développement de la 5G se fera en étroite collaboration avec des institutions publiques françaises.

Comme l'annonce l'entreprise sur son site internet, cette mesure s'inscrit dans une logique d'investissements sur le long terme dans les pays membres de l'Union Européenne, comme le prouve les 500 millions d'euros investis dans son centre de Tallin en Estonie. Pour Frederik Jejdling, Vice-président et Responsable des Réseaux chez Ericsson : "Cette initiative renforcera le portefeuille des logiciels 5G d’Ericsson, notamment en renforçant les capacités de sécurité, notamment pour les marchés français et européen. Elle renforcera également notre attention soutenue sur l’Europe et apportera les dernières innovations à nos clients."

C'est l'heure de la 5G

Bien évidemment, la possible collaboration entre Ericsson et des organismes de recherche français ne va guère rassurer tous ceux qui demeurent très inquiets devant l'arrivée de la 5G en France. Pour l'instant, les opérateurs mobiles insistent sur un fait majeur sensé séduire tant les entreprises que les consommateurs : un débit Internet ultra rapide et particulièrement performant avec des taux de latence largement inférieurs à ceux que l'on connaît aujourd'hui. Cette rapidité de connexion est de ce fait très attendue dans le développement de l'agriculture intelligente et des objets connectés (tablettes, téléphones portables, casques, véhicules, etc).

Le domaine médical demeure l'un des secteurs d'activité où l'arrivée de la 5G semble susciter le plus d'engouement. Dans une tribune de l'année dernière signée par Yann Fralo, Country Manager A10 Networks France, on parle même de "saut quantique". Quoiqu'il en soit, les spécialistes du secteur se sont enthousiasmés devant ce qu'offre la transmission en temps réel partout dans le monde, en tant que facteur d'augmentation de la productivité ainsi que la possibilité offerte par les échanges en temps réel lors d'interventions médicales ou des opérations très complexes. Par exemple, un spécialiste connecté depuis le Mont Sinai Hospital de New York pourrait accompagner son collègue de La Pitié Salpétrière à Paris.

La sécurité comme première brèche

Comme le montre le cas des opérations connectées, les potentialités de la 5G sont tout aussi énormes qu'elles ne posent de questions. On parle ici notamment du secret médical voire de risques de sécurité informatique pour des structures médicales connectées en temps réel. Les spécialistes s'accordent tous la-dessus : la sécurité des données seront l'enjeu majeur de la 5G dans les années à venir. Il existe en effet des besoins bien réels en matière de sécurité ou de respect de la vie privée. Bien plus si l'on tient compte des questions d'espionnage industriel, de guerre commerciale voire plus...

Face à ces interrogations, la Commission européenne a remis un rapport le 9 octobre dernier sur les menaces en matière de cyber sécurité, analysant notamment les activités des fournisseurs Huawei et ZTE. Dans son texte, la Commission insiste sur un point sensible: tous les fabricants sont concernés par cette problématique, et pas seulement les opérateurs de téléphonie mobile. On parle de responsabilité au sens large du terme, notamment pour les fabricants d'objets connectés qui devraient sécuriser davantage leurs appareils.

Qu'est-ce qui fait vraiment peur ?

Comme le révèle les peurs face à la 5G, les préoccupations de sécurité sont devenues plus politiques que technologiques. Et c'est bien dommage. ll est à ce titre intéressant de voir ce qui se cache vraiment derrière les discussions sur "l'affaire Huawei". Lors d'une discussion informelle entre amis, on peut rapidement deviner, après quelques minutes, que votre interlocuteur prend en réalité position pour ou contre l'hégémonie de la Chine et des Etats-Unis sur le marché des Telecoms. Les avis discordants s'expriment et c'est très bien. Mais c'est comme s'il n'était plus question de la 5G, mais plutôt de l'interférence entre le fournisseur et les visées conquérantes de telle ou telle puissance mondiale. Dans le cas de Huawei, les débats ont davantage portés sur l'absence de libertés en Chine ou les restrictions d'accès à Internet que sur la technologie en elle-même.

Au-delà des polémiques, il y a deux points qui méritent toute notre attention. Le premier est la question de la construction et de la gestion du risque au sein des entreprises de téléphonie mobile. Cette question est loin d'être anodine, car elle renvoie à la problématique de la formation des employés du secteur (formation aux risques de sécurité de tout type, protocoles de sécurité sufisamment clairs, service après-vente, etc.). Le second concerne le nombre d'opérateurs. Combien d'opérateurs pourront gérer la 5G ou assurer une bonne gestion de l'offre sans augmenter la facture des usagers ? Cette question est tout aussi importante, car le prix des forfaits aura une incidence sur la capacité ou non des opérateurs à investir en matière de prévention et de sécurité des matériaux.

Voir et attendre

Le déploiement de la 5G s'accompagne d'immenses campagnes publicitaires par les grands opérateurs français. Bouygues Telecom par exemple avait choisi Bordeaux pour faire sa première expérimentation 5G en juillet 2018. Pourtant, certaines estimations, y compris celle avancées par Bouygues Telecom, parlent de 40% des Français équipés d'un mobile 5G d'ici 2025. On est donc en présence d'un processus qui prendra du temps et que l'on aura le temps d'observer puis d'analyser. Donc, attendons de voir.

Et vous, que pensez-vous de la 5G ? Pensez-vous que l'on en fait trop ? Ou au contraire, pensez-vous qu'il existe une vraie menace imminente ? Laissez-nous votre avis dans les commentaires.

Pour aller plus loin

Si vous voulez lire le rapport de l'Union Européenne sur la sécurité de la 5G, rédigé en anglais et datant du octobre 2019, vous pouvez le télécharger gratuitement ici : https://ec.europa.eu/newsroom/dae/document.cfm?doc_id=62132

Articles recommandés

6 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Excellents commentaires de Pardayec et de Louis. 👍👍👍 J'ajouterai qu'il n'est nulle part question dans l'article des nuisances potentielles de la 5G sur notre santé. Mais ça, comme tout n'est que mensonge sur le sujet de la santé pour protéger les lobbys qui nous empoisonnent quotidiennement avec la complicité active de nos dirigeants, on sait très bien que la vérité n'est pas près d'être révélée.


    • Tu as raison de compléter en évoquant la question sanitaire.
      Petite précision quand même : La vérité dont tu parles a été révélée puisque nous la connaissons, en tout cas de sérieux doutes ont été émis et portés à la connaissance du public, ils devraient inciter les autorités competentes à appliquer le principe de précaution. Le problème, c'est que (comme dit l'adage), la dictature c'est ferme ta gueule et la démocratie, c'est cause toujours....


  • Luna depuis 1 mois Lien du commentaire

    Bof, j'attends toujours la 4G ...


  • La 5G ne répond ä aucun besoin, si ce n'est pour tous les aveugles qui rêvent d'un monde ultraconnecté, et qui s'extasient devant des objets "intelligents", des voitures qui roulent toutes seules, des smart cities qui contrôleront les moindres faits et gestes de leurs habitants (comme par hasard, le projet Neom est initié par l'Arabie Saoudite, un pays bien connu pour se soucier du bien être de sa population...)
    Fort heureusement, on a encore le temps de voir la 5G se démocratiser et surtout on a individuellement la possibilité d'y résister en refusant d'équiper son domicile de toute merde qui a la prétention de nous parler d'une voix suave et de nous pourrir la vie en nous suggérant de prendre les décisions du quotidien à notre place. Si tant est bien sûr, qu'on comprenne que tout cela n'est un progrès que pour les élites qui rêvent d'asservir les populations et de les tenir en laisse à coups d'assistants numeriques laveurs de cerveaux.
    Mais bien sûr, tout cela n'empêchera pas certain(e)s de se féliciter de voir la 5G devenir plus accessible grâce à l'arrivée de smartphones milieu de gamme équipés de modems 5G.


  • Au quotidien, les besoins du français lambda (ou d'une personne venant sur un site tech quelconque) ne réclament aucunement la 5G impérativement, seul le matraquage publicitaire incite à penser le contraire.
    Par contre, par ces temps troublés le besoin de sécurité ou de sécurisation individuel ou collectif devraient amener davantage de réflexion pour l'utilisation de tout type de réseau numérique existant ou à venir.

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition