Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Opinion 4 min de lecture 10 Commentaires

Les jeux-vidéo rendent-ils agressifs ? Non, non et non !

Une nouvelle étude montre que les é tudes peuvent avoir des conséquences néfastes sur les enfants, il est important de comprendre que le vrai problème n'est pas le jeu lui-même ! 

Mes parents me disaient souvent que les jeux vidéo rendent agressifs lorsqu'ils me voyaient jeter les manettes de la PlayStation. Les médias, eux, véhiculent souvent la même idée en utilisant les jeux vidéo comme bouc-émissaire lorsqu'il y a des problèmes de violence et un besoin de justifier les comportements de fous furieux. Sans surprise, nous voyons donc de plus en plus de gens s'intéresser à l'influence des jeux vidéo sur la personnalité.

Une nouvelle étude s'est penché sur le sujet, rejoignant plus d'une vingtaine d'autres études menées entre 2010 et 2017 sur près de 17000 participants. Le thème ? La question suivante : les jeux-vidéo influencent-ils le comportement des adolescents ? Les résultats sont clairs : les jeux violents ont une influence négative sur le comportement des enfants dans le monde réel.

AndroidPIT Counter Strike Android apk 0917
Counter Strike est souvent victime de critiques. © AndroidPIT

Cela ne devrait surprendre personne. Les enfants sont plus faciles à influencer et leur environnement joue un grand rôle sur leur développement, donc un jeu vidéo violent peut avoir un impact psychologique. Mais il ne faut pas non plus résumer le caractère d'un enfant aux jeux vidéo auquel il joue, pour donner un autre exemple nous pouvons dire que les films qu'il regarde jouent un rôle également.

Comprendre avant de juger

Au lieu de directement critiquer les jeux vidéo, il faudrait déjà les accepter pour ce qu'ils sont : une forme d'art, de culture, au même titre que les films, les livres, les peintures ou encore la musique. Dans bon nombre de jeux, l'immersion est un facteur important qui vise à offrir une meilleure expérience, mais en parallèle elle va influencer le joueur plus fortement.

C'est ce point qui doit entrer dans la tête des parents, des médias et de bien d'autres encore. Au lieu de juger de l'extérieur, il faudrait essayer de comprendre pourquoi nous jouons. Jouer a beaucoup de conséquences positives : évacuation du stress, déveloper certaines forces, apprendre à résoudre des problèmes, mieux coordonner les mains avec les yeux, se vider la tête etc.

La dose fait le poison

Je serais incapable de dire combien de fois mes parents m'ont fait une réflexion sur les jeux. Que ce soit pour Counter-Strike ou Tekken ou encore Hack&Slay, ils n'ont jamais réussi à comprendre ce qui m'intéresse là dedans (malgré mes explications) car ils n'ont jamais vraiment essayé comme il faut. Il ne s'agit pas de tuer ou de frapper quelqu'un, il s'agit de tactique, de réflexes et de bien d'autres choses encore.

Certains jeux ont également de belles histoires, en jouant vous vous retrouvez un peu comme dans un bon film ou dans un bon livre. L'essentiel, c'est de ne pas perdre pied et trouver la bonne dose car il en est de même pour bien d'autres biens de consommation : c'est la dose qui fait la différence.

nvidia shield controller brand logo 3
Il ne faut pas jeter les manettes (mais ça permet d'évacuer les émotions négatives !). © AndroidPIT

Bien sûr, j'ai déjà jetté mes manettes ou mon clavier par frustration. Tout joueur de Demon Souls ou de la série Dark Souls connaît ce problème. Cela ne veut absolument pas dire que je pourrais blesser quelqu'un, ou que je n'éprouve aucune empathie.

Smartphones et tablettes : attention aux dangers

Ce qui est important, c'est les facteurs considérés comme addictifs par l'OMS. Est-ce que nous perdons le contrôle sur nos habitudes de jeu ? Est-ce que jouer aux jeux vidéo devient plus important que faire d'autres activités ? Continue-t-on à jouer si le jeu a clairement des conséquences négatives sur nous ? En fonction de ces résultats, vous serez fixés.

Les smartphones et les tablettes posent problème. Si les parents arrivent à contrôler l'utilisation que leurs enfants font de leur PC ou de leur console, les choses sont bien plus compliquées avec les smartphones et les tablettes. Bien sûr, il existe différentes solutions de protection pour empêcher l'accès à certaines applications mais elles ont leurs limites.

AndroidPIT Xiaomi Black Shark 6797
Le grand avantage du jeu sur smartphone est à la fois son plus gros inconvénient : pouvoir jouer tout le temps et n'importe où. © AndroidPIT

Pensez-vous que jouer sur smartphone rend agressif ?

10 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • "Une nouvelle étude montre que les é tudes peuvent avoir des conséquences néfaste". Par contre ne pas relire avant publication est dangereux pour la crédibilité !


  • cdf depuis une semaine Lien du commentaire

    C est l individualisme qui rend agressif pas les jeux vidéos..


  • Janet depuis une semaine Lien du commentaire

    Absolument pas.

    Par contre ce qui rend agressif, idiot et narcissique, c'est aucun doute les réseaux sociaux.
    Mais comme pour la conduite dans ce domaine, peu d' espoir car le problème, c'est toujours les autres...


  • louis hory depuis une semaine Lien du commentaire

    Si l'agressivité développée à l'occasion de cessions de jeux sur n'importe quel type de support est réelle, cela n'entraîne pas fatalement que c'est le type de jeu qui est en cause.

    Je ne veux pas dire qu'exercer une violence même symbolique dans un jeu n'a pas de répercussion sur la personne qui s'adonne à ce type de jeu, je tiens juste à souligner que c'est tout un environnement qui favorise ou non l'éclosion de réflexes de violence.

    L'environnement familial, la facilité ou non dans les relations avec l'entourage en général et le caractère de chaque individu en particulier rentre en ligne de compte. De plus, les frustrations qu'un être humain, quel qu'il soit, peut rencontrer dans sa vie de tous les jours sont de plus en plus prégnant.

    Pour autant, apprendre ou savoir se limiter, pour un enfant comme pour un adulte, est primordial avant de se faire une idée définitive sur le problème.
    Un enfant parfaitement cadré et compris par son entourage risquera beaucoup moins une expression de violence qu'un autre livré à lui-même et sans repères parentaux indispensables à son épanouissement.

    Après, les intérêts de divers groupes de pressions pour influencer ce type d'étude peuvent montrer des résultats absolument opposés mais il ne faut pas s'en étonner pour autant.


    • Bien d'accord avec ton excellente analyse. En revanche, concernant les "repères parentaux", ils ont plus que changé au cours des dernières décennies. Les parents d'aujourd'hui ne sont plus du tout les mêmes que ceux d'hier et encore moins d'avant-hier, ma femme qui enseigne depuis 25 ans l'a constaté depuis déjà un bon moment. Je crois qu'il ne faut pas compter là-dessus, les parents d'aujourd'hui sont très laxistes avec leurs enfants, ils ne savent plus leur dire "non", ils se font bouffer et cela dès le plus jeune âge de leurs enfants. Tu parles d'enfants "parfaitement cadrés", ça c'était à notre époque mon cher Louis, ça fait belle lurette que c'est du passé. 😊 Si tu voyais ce que voit ma femme en maternelle, les parents se font complètement manipuler par leurs gosses de 3 ans (quand ils ne se font pas frapper et mettre des coups de pied sans réagir), c'en est pathétique de bêtise. Cela ne concerne pas tous les parents, mais une grande partie. Résultat, ces gosses sont ingérables car ils n'ont jamais appris la frustration. Du coup, ils tapent une vraie crise à la moindre contrariété ou frustration. Ces parents pensent faire plaisir à leurs enfants en se comportant ainsi avec eux, en tentant de ne pas "leur faire de peine" en ne leur refusant rien. Mais en réalité ils ne font que produire des enfants (et futurs adultes) caractériels, qui ne supportent pas la frustration. La confrontation avec la vie réelle et notamment professionnelle sera brutale pour ces enfants, ils tomberont d'autant plus haut, à cause de leurs propres parents qui pensaient agir dans l'intérêt de leurs enfants. Je suis toujours autant étonné qu'il faille une formation pour conduire un petit scooter et que pour avoir un enfant, rien ne soit exigé. Or élever un enfant, cela ne s'improvise pas, loin s'en faut.

      Concernant les jeux, je suis toujours autant sidéré de voir des adultes jouer frénétiquement, voire pathologiquement. Je connais un couple qui a presque divorcé parce que le mari (informaticien de 45 ans) jouait sans arrêt à un jeu de guerre en réseau. J'avoue avoir une autre idée de ce qu'est censé être une vie, surtout une vie de couple.

      Petite remarque concernant l'article : les jeux ne rendent peut-être pas agressif, mais que de points d'exclamation dans le titre et dans la première phrase ! L'auteur était-il au milieu d'une partie lorsqu'il a écrit l'article ? 😆

      Dernière réflexion : l'agressivité, supposée ou réelle, ne viendrait-elle pas du phénomène d'addiction créé par les écrans, tous écrans confondus ? Sachant qu'en effet ce sont certains jeux, les réseaux sociaux et les films/séries qui sont les plus capables de maintenir les gens devant leur écran durant de longues heures.


      • louis hory depuis une semaine Lien du commentaire

        Je dois, encore une fois, avoir de la chance pour rencontrer des enfants (pas tous...) encore respectueux à la fois de leurs parents et des adultes.

        Je ne dis pas que cela représente un cas général mais je connais des parents qui ont soin d'inculquer à leur progéniture une éducation respectueuse des autres en général et des plus faibles tout autant.
        Bien évidemment, en parcourant les allées de supermarché ou dans des situations où les jeunes sont bien plus livrés à eux-mêmes la situation est tout autre.

        J'habite en campagne, ceci est peut-être un début d'explication et je n'affirmerai jamais que la situation se stabilise où s'améliore, malheureusement.

        Quant à l'aggravation de la violence en général elle reflète aussi un sentiment de dépossession d'eux-mêmes du au système économique qui encourage au maximum le besoin de tout faire converger vers une commercialisation de tous les services que la communauté humaine et nationale pouvait vivre auparavant comme une nécessité ou un enrichissement personnel.

        Aujourd'hui, ce système a bien du mal à survivre à l'intérieur des familles où de plus en plus de ses services peuvent être tarifés ou l'objet de discussions âpres et ne sont plus vraiment considérés comme allant de soi.
        Maintenant rendre service est souvent considéré comme suspect ou alors alors comme une preuve de faiblesse. Affligeant !

        Un livre que je suis entrain de lire explique très bien comment nous en sommes arrivé là :

        Changer la vie, pour une reconquête démocratique de Natacha Polony (...encore une fois et j'assume complètement)

        Si le titre semble être volé à Mitterrand, ce n'est pas du au hasard !


      • Il reste en effet et heureusement beaucoup d'enfants bien élevés, mais la tendance est malheureusement à l'inverse.

        Quant à N. Polony, tu as bien raison d'assumer. 😉


      • Luna depuis une semaine Lien du commentaire

        Mais ça fait bien longtemps que le Game n'est plus un espace pour les enfants mais une industrie pour les adultes enfin plutôt à cette nouvelle race d'individu dans le Game H24, plus cap d'entrer dans la vie.
        C'est qu'il y a bien un problème et il n'est pas dans le jeu

Articles recommandés