Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.
Cette intelligence artificielle pourrait sauver la vie des abeilles
IA 2 min de lecture 4 Commentaires

Cette intelligence artificielle pourrait sauver la vie des abeilles

Peut-on rendre le monde un peu meilleur avec l'Intelligence Artificielle ? Si c'est le cas, tout le monde devrait en profiter et pas uniquement les humains. Pourquoi pas les abeilles ? Elles sont menacées par une espèce dangereuse d'acariens et auraient bien besoin d'aide.

De nombreux éléments mettent en danger la vie des abeilles. L'un d'entre eux est l'acarien Varroa, que l'on trouve maintenant sur tous les continents (à l'exception de l'Australie). Il se développe et se reproduit dans le couvain operculé de la ruche et est considéré comme le ravageur apicole le plus important au monde. Les acariens affaiblissent les larves d'abeilles et peuvent transmettre des virus nuisibles, et ainsi mettre en danger des colonies entières.

Cependant, l'acarien varroa ne mesure que 1,1 millimètre de long et 1,6 millimètre de large et ne peut donc être reconnu par l'apiculteur que par une observation détaillée de la ruche. Le travail est donc très long, laborieux et répétitif et donc exactement dans les cordes de l'intelligence artificielle.

L'AI peut sauver la vie des abeilles avec le smartphone

L'apiculteur Alain Bugnon avait la même opinion, il s'est associé au Laboratoire de traitement du signal 5 de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse). Ils ont développé une IA avec reconnaissance et analyse d'images, elle permet e vérifier si une ruche est infectée.

A l'avenir, l'apiculteur n'aura plus qu'à télécharger une photo via le site web de l'université, elle sera ensuite analysée par l'IA. Une application pour smartphone est déjà prévue à cet effet et pourrait simplifier et accélérer encore davantage l'ensemble du processus.

Selon les chercheurs, le taux de détection est de 90 % et est beaucoup plus rapide que l'oeil humain. En outre, les données collectées sur l'infestation sont attribuées aux ruches individuelles au moyen d'un code QR. Cela pourrait aider à trouver des colonies d'abeilles résistantes aux acariens.

Le projet est toujours en cours, mais sur la page Facebook, vous pouvez garder un œil sur le projet et être informé lorsque l'application est disponible.

Via : VRodo Source : EPA

4 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Ben voyons, on parle de Varroa ou du Frelon asiatique pour ne pas parler du véritable sujet qui détruit les abeilles : LES PRODUITS PHYTO-SANITAIRES, et ne pas froisser les entreprises BAYER & Co qui les produisent


  • phil depuis 3 mois Lien du commentaire

    Même si je partage l'avis de L.Horis, il faut saluer ce système avec l'AI quand même... Nos amis les abeilles n'ont pas la vie facile...


  • Encore un détournement de la réalité 😫

    Plutôt que de braquer les opinions sur les acariens voyageurs et malfaisants mais dans une autre mesure, il vaudrait mieux se pencher sur les effets des pesticides néonicotinoïdes qui eux sont bien plus destructeurs que le Varroa.

    Mais pour cela, pas besoin de solution numérique mais l'éradication des producteurs-destructeurs de la faune et de la flore dont nous faisons aussi partie...

    Monsanto, Bayer et tous les producteurs de mort vous remercient chaleureusement pour votre sincère dévouement pour la bonne cause mercantile et l'égarement des esprits qu'il installe.

    Les criminels vendeurs de mort vaincront car tous les coups sont permis et récompensés 😱💵💵💵

    Et après l'égarement des esprits, la prise de pouvoir globale pour le bien-être des survivants bien sages et obéissants qui pensent comme on les formatent ?