Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.
L'intelligence artificielle ne sauvera pas le quotidien des modérateurs de Facebook avant longtemps
IA 3 min de lecture 2 Commentaires

L'intelligence artificielle ne sauvera pas le quotidien des modérateurs de Facebook avant longtemps

Les réseaux sociaux sont devenus hors de contrôle, ce n'est pas une nouveauté. Leurs créateurs, véritables docteurs Frankenstein modernes, voient leur monstre leur échapper et n'arrivent plus à les garder sous contrôle. Heureusement, ils comptent sur une autre de leur invention pour reprendre la situation en main (tout au moins suffisamment pour pouvoir dire qu'ils le font) : l'Intelligence Artificielle. Pourtant... Cela n'arrive pas, et n'arrivera peut-être jamais.

Ils ont beau le répéter à corps et à cri, l'Intelligence Artificielle ne fait pas les miracles promis sur les réseaux, au contraire même puisqu'elle fait des erreurs et supprime par exemple des chaînes YouTube qui ne faisaient rien de mal. Bien sûr elle n'est pas inutile et facilite le quotidien des modérateurs, mais en attendant que l'IA devienne la solution magique, les modérateurs humains qui doivent faire une partie (difficile) du boulot. Ils voient des horreurs à longueur de journées, que ce soit des scènes de violences, de pédophilie, de viol et autres erreurs. 

AndroidPIT youtube in the background
YouTube et Facebook, deux plateformes hors de contrôle. © AndroidPIT

Ces derniers temps, de plus en plus d'entre eux décident de s'exprimer et d'expliquer leurs difficultés dans leur métier. Les conséquences sur leur personnalité, leur santé mentale voire même physique, sont parfois dramatiques, certains vont même jusqu'à se suicider. Où est donc la solution miracle promise ?

Selon James Grimmelmann, un professeur de droit qui s'est exprimé auprès du Washington Post, "cela ne réglera pas les problèmes de Facebook mais cela réglera ceux de Zuckerberg : donner la responsabilité à quelqu'un d'autre". Pire encore, l'IA pourrait bien ne jamais être capable de faire ce qui est promis. Le professeur Goldman met notamment en cause l'incapacité des filtres à bien détecter le contenu indésirable (haine, racisme etc) dans les mailles du filet et, autant lui que le chercheur Caplan, ne voient pas forcément l'avenir d'un bon oeil.

Facebook 03
Qui veut nourrir le monstre de Frankenstein avec ses données ? © 13_Phunkod/Shutterstock

"L'IA va s'améliorer en matière de compréhension de contexte mais rien n'indique que l'IA saura bientôt le faire mieux qu'un humain", et ils ne prévoient pas ce changement avant plusieurs années. "Il n'y a pas de solution facile, nous allons continuer de voir des problèmes". Voilà qui est guère encourageant mais il faut malgré tout souligner les progrès faits en la matière, mais tant que l'humain ne saura pas comment résoudre le problème de manière fiable, la machine ne saura pas le faire non plus..

Quoiqu'il en soit, ces plus ou moins autoproclamés géants de la communication permettent à d'horribles personnes de s'exprimer en toute impunité et emploient des personnes qui perdent leur tête dans la modération, attendant que se produise le miracle de l'IA qui, s'il arrive, prendra encore au moins plusieurs années. Les choses seront-elles encore plus hors de contrôle d'ici là ? 

Source : The Verge

2 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Vince depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Il est vrai qu'il y à des homophobes, des pédophiles, des racistes, des fachistes, des personnes incrédules et des espions mais que font la police...


  • louis hory depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Et en plus ces 15 000 personnes chez Facebook dont beaucoup sont basées dans tous les pays du monde (pour mieux comprendre les différentes langues) sont payées au lance-pierre.
    Je n'ai rien de plus que mon dégoût à ajouter devant ces abjections.