Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Huawei vs USA : des grands noms de la tech contournent l'interdiction

Huawei vs USA : des grands noms de la tech contournent l'interdiction

Certaines entreprises américaines vendent à nouveau activement des composants à Huawei. Ils peuvent ignorer les sanctions du gouvernement américain car ils ont trouvé une parade aux règles imposées.

Les fabricants américains de puces vendent encore des produits d'une valeur de plusieurs millions de dollars à Huawei, rapporte The New York Times. Il s'agit notamment de sociétés telles qu'Intel et Micron. Afin de poursuivre activement le commerce, ces entreprises ont donc trouvé le moyen de ne pas avoir à étiqueter leurs produits comme fabriqués en Amérique.

Après l'inscription de Huawei sur la liste noire, il a été interdit aux entreprises américaines de commercer avec le fabricant chinois. Bien qu'il y ait maintenant une période de transition jusqu'au mois d'août, cela ne s'applique qu'aux composants des produits actuels, mais pas à ceux des produits futurs.

La décision du gouvernement américain a causé beaucoup de confusion, non seulement en Chine, mais aussi parmi les fournisseurs de Huawei, écrit le New York Times. De nombreuses livraisons ont donc été interrompues pour l'instant. Jusqu'à ce que les avocats aient démantelé le règlement et que les décisions des entreprises soient partiellement confirmées par le ministère américain du commerce.

Le blocus n'est pas une voie à sens unique

Cela est possible, par exemple, si les puces sont produites en dehors des États-Unis et ne contiennent pas de "technologie qui menace la sécurité nationale". Mais il y a aussi des restrictions. Aucun autre service, tel que l'utilisation du produit, ne peut être offert. Même si le chipset a été construit en dehors des Etats-Unis.

Selon l'article, cette règle conduit déjà les entreprises à revoir leurs chaînes d'approvisionnement et à envisager de délocaliser leur production. Il est possible de déplacer la production non seulement de Chine, mais aussi des États-Unis, a déclaré Kevin Wolf, un ancien employé du ministère du Commerce qui conseille maintenant les entreprises sur le thème de Huawei. D'autres pays en seraient donc les gagnants.

Intel et Micron ne voulaient pas en parler au New York Times. Cependant, le patron de Micron, Sanjay Mehrotra, a confirmé dans un rapport annuel qu'il a repris les livraisons à Huawei. Il n'est pas clair si les livraisons seront utilisées pour de futurs produits.

Source : New York Times

Articles recommandés

5 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • J'ai bien compris.. Mais... Que ce ne soit pas pris pour un appel à la radicalisation 😄


    • louis hory depuis 3 semaines Lien du commentaire

      Mais le monde économique dans lequel on vit est ultra radicalisé, il veut aller jusqu'à la "racine" du libéralisme, celui où l'homme n'est qu'une variable d'ajustement.
      Et il a donc adapté un discours mielleux et hypocrite pour laisser croire que le libéralisme politique dicte les choix de la société.

      Le rapprochement du MEDEF avec Marion Maréchal-Le Pen aujourd'hui en est une belle illustration !


  • louis hory depuis 3 semaines Lien du commentaire

    "Sanjay Mehrotra, a confirmé dans un rapport annuel qu'il a repris les livraisons à Huawei. Il n'est pas clair si les livraisons seront utilisées pour de futurs produits."

    Que livre donc Micron à Huawei si justement il a REPRIS les livraisons à Huawei ?

    Des conseils de puériculture, des prestations de magie noire, du service à la personne dépendante ou des horoscopes... chinois ?

    Je ne crois pas qu'il soit interdit d'écrire noir sur blanc ce que l'on pense... ou alors pas encore !
    J'apprécie bien plus les opinions explicites des rédacteurs qui s'engagent clairement comme Benoît, par exemple...

    Se tromper n'est pas grave quand on veut ouvrir une discussion sainement, c'est du moins mon opinion, on est pas obligé de la partager.

    A moins qu'il soit si difficile, aujourd'hui, de dire que les affaires commerciales auront toujours RAISON sur la raison d’État, même avec l'infâme Donald.
    Cela induirait-il que nos références républicaines et démocratiques sont dangereuses ou non favorables pour les Affaires.

    Business as usual !


    • Un beau pavé pour dire pas grand chose...
      "es affaires commerciales auront toujours RAISON sur la raison d’État" Je suis sur que les Iraniens, Vénézuéliens et plus anciennement Cubains approuvent ;)


      • louis hory depuis 3 semaines Lien du commentaire

        Que les citoyens soient bien plus réalistes dans l'absolu quand à la morale à suivre est une chose (que je ne conteste nullement) mais quand on leur sert le même type de discours à suivre, c'est-à-dire la morale sans valeurs de la "Realpolitik" je ne parierais pas que les mêmes citoyens soient encore d'accord.

        Un tout petit exemple : Il faudrait DONC sûrement laisser se noyer les migrants dans la Méditerranée pour sauvegarder le niveau de vie des Européens ???

        Tu approuves par réalisme bien compris...

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition