Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Huawei accuse les États-Unis d'inciter des employés à l'espionnage

Huawei accuse les États-Unis d'inciter des employés à l'espionnage

C'est le nouveau chapitre du différend entre Huawei et les USA. L'entreprise se plaint que le gouvernement américain a attiré ses employés à espionner. Toutefois, le groupe chinois ne fournit aucun élément de preuve.

Vous pouvez trouver d'autres vidéos sur des sujets tech dans notre rubrique vidéo.

Au total, huit employés de haut rang de Huawei auraient été approchés par des représentants des autorités américaines et incités à se livrer à l'espionnage industriel. C'est ce qu'indique un document mis à la disposition de l'agence de presse Reuters. Selon Huawei, le gouvernement américain a utilisé ses pouvoirs judiciaires, administratifs et autres pour saper les activités de Huawei et de ses partenaires.

Huawei se plaint du fait que le gouvernement américain a récemment utilisé "tous les moyens disponibles" pour perturber les activités commerciales du deuxième plus grand fabricant mondial de téléphones intelligents. Même des "méthodes sans scrupules" n'avaient pas été écartées. Par exemple, des fouilles, des détentions et des arrestations illégales d'employés et de partenaires ont eu lieu. Des cyberattaques visant à infiltrer les systèmes informatiques de Huawei se seraient également produites. De plus, Huawei affirme que les agents du FBI font pression sur les employés lors des visites à domicile.

Huawei ne fournit pas de preuves

Alors que Huawei a toujours nié tout frisson au cours du conflit avec les autorités américaines et exigé la présentation de preuves pour les accusations, la société suit maintenant la même voie. Les preuves de l'allégation selon laquelle le gouvernement américain incite les employés de Huawei à l'espionnage demeurent absentes; L'entreprise se contente d'informer le Comité exécutif que les employés ont fait part de leurs tentatives de "recrutement" par le gouvernement américain.

L'affaire semble être une tentative de retour à un moment où le différend commercial entre les Etats-Unis et la Chine approche de son paroxysme. De nouveaux droits de douane viennent d'être imposés sur de nouvelles importations pour faire pression sur l'autre partie. Huawei dispose d'un autre délai de grâce de 90 jours pour les affaires avec des partenaires américains, mais l'issue reste incertaine. Pas étonnant que l'entreprise cherche de nouveaux partenaires en Europe et tente d'attirer des entreprises locales à ses côtés. Toutefois, il n'est pas certain que les accusations portées actuellement contre les autorités américaines soient vraiment utiles à cet égard, et cela est dû en partie au fait que Huawei ne fait pas grand-chose différemment de ses opposants : accuser sans le prouver. Cela n'aidera probablement personne à la fin.

Source : Zeit

Articles recommandés

3 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition
Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Du fait que les négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis viennent de reprendre ces jours-ci , pour moi, c'est un signe clair de la partie chinoise pour montrer sa volonté à ne pas se laisser impressionner et à l'afficher clairement.

    Du coup, la nécessité d'apporter des preuves n'est pas le premier objectif dans cette "histoire"... mais bien plus affirmer sa fermeté et sa détermination.


  • phil depuis 2 mois Lien du commentaire

    Encore un coup d'Apple j'suis sur... 😛😄


    • Evidemment, Tim Cook (et les quelques entreprises américaines spécialisées en réseau de télécommunication) a été quémander l'aide de son grand copain à la folle (et fausse) rousse mèche, incapables qu'elles étaient (et sont toujours) de lutter à la loyale...
      Que l'administration et les services des USA, aux ordres du rouquin timbré, usent de telles méthodes ne m'étonne même pas, c'est tout à fait digne (hmm hmm) de Trump, le pire (de très très très très loin) président de l'histoire des USA

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition