Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.
Hé, Apple ! Il paraît que ça se régale de nos données !
Applications Opinion Apple 5 min de lecture 11 Commentaires

Hé, Apple ! Il paraît que ça se régale de nos données !

Apple fait encore et toujours de la publicité à grande échelle pour la protection des données de son iPhone. "What Happens On Your iPhone, Stays On Your iPhone" est le slogan qui va avec. Mais cela ne semble pas être vrai. Beaucoup d'applications appellent à la maison - surtout la nuit, elles deviennent actives lorsque l'utilisateur dort sans méfiance.

En fait, nous y sommes déjà habitués : nos données ne nous appartiennent plus. Il s'agit désormais d'une sorte de monnaie numérique avec laquelle nous payons pour des services en ligne soi-disant gratuits. Seulement à la fin de l'année dernière, l'ONG française Exodus Privacy et le projet de recherche californien App Census ont rapporté, respectivement, que 20 et 30% des applications qu'ils ont examinées depuis le Play Store de Google transmettent des données à Facebook sans que l'utilisateur le sache. Mais nous ne nous lançons pas, ici, dans un débat sur les données privées et le réseau social.

Apple profite de la vague de méfiance vis à vis de ces géants du web qui utilisent nos données pour faire de la publicité massivement. "Ce qu'il se passe sur votre iPhone, reste sur votre iPhone", disent-ils. Mais je suppose que ce n'est pas tout à fait vrai. Geoffrey A. Fowler, chroniqueur au Washington Post, s'est associé à la société de protection des données Disconnect pour découvrir quel type de données quittaient son iPhone. Résultat : plus de 5400 trackers envoient des données. Et en seulement une semaine.

Des applications bien connues qui pompent vos données

Il s'agit principalement de trackers qui envoient des données à des tiers. Il ne s'agit aucunement d'applications douteuses. La liste des applications qui ont envoyé des données depuis l'iPhone de Fowler comprend quelques noms bien connus, comme : Microsoft One Drive, Inituit Mint, Nike, Spotify, The Weather Channel (oui, même l'application du Washington Post). Et d'abord et avant tout Yelp, qui était active toutes les cinq minutes !

Ça arriverait surtout la nuit, indiquant qu'ils sont programmés pour envoyer des données lorsque le téléphone est branché ou simplement inutilisé, afin de ne pas interférer avec les autres fonctions. Malin.

iPhone xs 04
L'iPhone envoie beaucoup de données la nuit. © AndroidPIT

De quel genre de données s'agit-il ? Malheureusement pas seulement des données qui indiquent le nombre d'applications installées. Un collecteur de données a reçu le numéro de téléphone, l'adresse électronique et l'emplacement exact de Fowler (sa chambre à coucher). Une autre société de données a obtenu l'empreinte numérique de son iPhone, comprenant le nom de l'appareil, le modèle, le numéro d'identification iOS-Ad et la taille de la mémoire.

L'application Citizen, qui informe en live sur les crimes autour de grandes villes américaines, a également envoyé des informations pour identifier l'utilisateur. Bien que cela soit explicitement exclu dans les conditions d'utilisation de l'application. Sur une période d'un mois, la quantité de données transférées par les trackers aurait été d'environ 1,5 Go !

Peu importe si nous surfons sur Internet ou si nous utilisons des applications. Nous nous sommes habitués à ce que notre comportement soit suivi partout, même si ça laisse un mauvais pressentiment. Pour les navigateurs Web, il existe plusieurs options pour éviter Tracker. Apple offre de telles offres même dans Safari sous iOS, où il y a également une option pour restreindre le suivi des publicités à l'échelle du système - elle est désactivée par défaut. Les enregistrements de communication peuvent également être interrompus en désactivant la fonction Rafraîchir l'application en arrière-plan. Mais, de base, ceci est activé pour les applications.

La pomme ne doit pas se reposer

Les applications d'Apple agissent différemment. Mais qui n'utilise que des applications Apple sur son iPhone ? C'est pourquoi les politiques d'App Store exigent que toutes les applications aient des politiques de confidentialité claires. Vous ne pouvez collecter aucune donnée sans le consentement de l'utilisateur.

Mais quel est l'intérêt d'une telle directive si celle basée sur la protection des données omet simplement une application dans l'envoi de données ? Absolument rien du tout ! Et comme Fowler l'écrit à juste titre, même si une référence au Tracker est cachée entre les lignes d'une politique de confidentialité, cela ne sert à rien. Parce qu'avouons-le, qui les lit ?

Apple devrait donc mieux contrôler ce qui finit dans l'App Store et qui ne respecte pas cette politique de confidentialité. Après tout, l'un des avantages de l'écosystème fermé de l'iOS est qu'Apple est au moins théoriquement capable de le faire. Mais comme Phillip Shoemaker, qui était responsable des approbations de l'App Store de 2009 à 2016, vient de l'expliquer dans une interview, trois employés d'Apple étaient initialement responsables de la sortie d'une application. Aujourd'hui, il n'y en a qu'un.

Agir au lieu de réagir

C'est sûrement encore mieux que de simplement effectuer des tests automatiques avec un logiciel. Mais comme Shoemaker le dit lui-même, le marché des applications d'Apple contient aussi des applications qui n'auraient jamais dû s'y trouver. Apple devrait vérifier plus clairement si les applications respectent les règles de confidentialité.

Après tout, l'entreprise de Cupertino a montré par le passé qu'elle réagissait rapidement. Après qu'il ait été prouvé que Facebook avait créé les certificats d'entreprises afin de collecter des données d'adolescents, Apple a rapidement retiré le certificat du réseau social. Ainsi, l'infrastructure interne de Facebook a été paralysée pendant quelques jours.

Une autre solution, comme l'a suggéré Patrick Jackson de Disconnect, serait l'intégration d'un outil de confidentialité directement dans iOS, qui indique alors quand les applications aiment s'envoyer des informations Peut-être verrons-nous quelque chose comme ça avec iOS 13, qu'Apple présentera surement lundi prochain. Mais je n'y crois pas. Peut-être qu'au moins certains paramètres par défaut seront modifiés. Ça pourrait être aussi simple que ça.

Selon vous, que devrait faire Apple pour protéger nos données ?

Source : Washington Post

11 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition