Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. OK
5 min de lecture 14 partages 11 Commentaires

Google Play Store, Apple App Store, Amazon App-Shop : lequel rapporte le plus ?

Le Google Play Store offre le nombre d'applications le plus important, mais pourtant, les revenus générés ne suivent pas. Nous nous sommes renseignés sur le sujet : en moyenne, l'App Store d'Apple et l'App-Shop d'Amazon rapportent plus aux développeurs. Explications.

appstore app store google play teaser
© AndroidPIT

Catalogue d'applications

En nombre d'applications proposées, le Google Play Store et l'App Store d'Apple sont loin devant l'Appstore d'Amazon, avec 1 200 000 (juin 2014, sources : Apple, appbrain) contre 200 000 pour Amazon. À vrai dire, cet indicateur n'apporte que très peu d'informations utiles en termes de rentabilité pour le développeur. Le faible nombre d'applications sur l'Appstore d'Amazon est plutôt un avantage : il y a moins de concurrence, pour un marché pourtant offrant un très grand potentiel et un nombre d'utilisateurs grandissant. Les prix relativement abordables des tablettes Kindle Fire, et la sortie du Fire Phone aux États-Unis devraient confirmer la tendance. 

app store google play amazon appstore 1
Le Google Play Store est le plus populaire des marchés d'applications chez les développeurs, l'Appstore d'Amazon est lui en queue de peloton. / © DeveloperEconomics

Nombre de téléchargements

Les chiffres précis et fiables sur le nombre de téléchargement sur chaque marché se font rares. Quelques études a priori sérieuses ont été faites sur le sujet, voici quelques données. Tout d'abord, en nombre de téléchargement tous types d'application confondus, le Google Play Store est devant l'App Store d'Apple.

app store google play amazon appstore 2
Au premier trimestre 2014, le nombre de téléchargements sur le Google Play a été supérieur de 45 % par rapport à l'App Store d'Apple. / © AppAnnie

Restons dans le monde Android et comparons le Google Play et l'Appstore d'Amazon, autant que faire se peut. Il convient de noter que le marché Amazon est bien plus restreint que celui de Google, comme nous l'avons vu il compte moins d'applications, cependant certaines données sont intéressantes. Le nombre de téléchargements d'applications gratuites sur le Google Play est 10 fois plus élevé que sur l'Appstore Amazon, alors que le nombre de téléchargements d'applications payantes n'est que de deux fois inférieur chez Amazon que chez Google. 

app store google play amazon appstore 4
En haut, le nombre de téléchargements comparé pour trois applications gratuites (en haut) et payantes (en bas) sur le Google Play Store (en rose) et l'Amazon Appstore (orange). / © Distimo

On peut conclure après lecture de l'étude de Distimo (voir le lien en source) que l'Amazon Appstore est plus performant pour les applications payantes que pour les applis gratuites. Une tendance qui va se confirmer à l'analyse des revenus. 

Revenu par application

Sur le marché des applications mobiles, il convient de distinguer deux types de revenus : ceux générés par un revenu unique (one-off revenue), c'est-à-dire un paiement, et ceux générés par un revenu publicitaire. Nous nous intéresserons au premier seulement, car le second dépend de bien des facteurs externes aux marchés d'applications. 

Si l'on s'intéresse au revenu généré par chaque marché d'applications, il est évident que l'App Store iOS est devant le Google Play. Selon AppAnnie, même si le Google Play gravie la pente lentement, au premier trimestre 2014, les applications ont généré en moyenne 85% plus de revenu sur l'App Store.

app store google play amazon appstore 3
Les applications iOS rapportent en moyenne 85% plus que les applications Android sur le Google Play store. / © AppAnnie

De nombreuses études ont prouvé que le Google Play Store n'est pas un marché où l'on vend beaucoup, pour schématiser grossièrement. 

app store google play amazon appstore 5
Toujours selon developereconomics.com, l'Amazon Appstore offre un revenu moyen bien plus élevé que tous les autres marchés d'applications, même l'App Store. / © DeveloperEconomics

Le Google Play Store est donc un marché qui profite moins aux développeurs, car les utilisateurs, bien que plus nombreux, sont moins enclins à payer une application. Il existe plusieurs explications, et le piratage paraît être le coupable idéal : on sait que sur Android, il est plus simple de télécharger illégalement et d'installer une application que sur iOS, ce qui expliquerait la différence du nombre d'achats. Par contre, avec le marché d'applications Android d'Amazon, cette explication est beaucoup moins convaincante. Les publics sont différents, et ce qui est évident, c'est que les environnements également. Le marché d'Amazon a pour première cible - mais pas uniquement - les utilisateurs des appareils de la marque, les Kindle Fire et maintenant le Fire Phone aux USA. 

amazon fire phone apps games
Le Fire Phone d'Amazon, affichage 3D et intégration avec le géant de la distribution en ligne très forte. / © Amazon.com

Le "problème" d'Android lorsque l'on parle revenu sur le Google Play, c'est son ouverture. Selon certains analystes, le système au robot vert n'inspire pas assez confiance ou tout du moins ne donne pas assez envie aux utilisateurs d'acheter une application. En d'autre termes, l'utilisateur n'est pas assez "enfermé" dans un environnement centré autour d'un marché d'applications, comme ça peut être le cas sur iOS ou Amazon. Avec la présentation de Android L la semaine dernière, on a pu se rendre compte de la volonté de Google d'intégrer son environnement (applications web, applications mobiles et Google Play, Livres, Musique et Films) encore plus à Android. Le Material Design va permettre d'offrir à l'utilisateur une plateforme "confortable" et qui inspire confiance. 

Pour le meilleur ou pour le pire, Google semble s'est engagé dans cette voix, comme le montre la relative fermeture de Android Wear, Android Auto et Android TV.

Pour l'instant, l'Appstore d'Amazon représente une très bonne façon d'augmenter les revenus générés par une application, notamment si celle-ci peine à décoller sur le Google Play Store. Avis aux développeurs.

En tant qu'utilisateurs, êtes-vous prêt à payer plus facilement sur l'Appstore ou sur le Google Play ? 

Source : AppAnnie, distimo.com

14 partages

11 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :

  • Bob 4 juil. 2014 Lien du commentaire

    Je gère de mon côté un tout petit store sur Android (très ciblé certes) mais c'est super compliqué de monétiser, même sur une tablette avec un OS Android plus ou moins fermé. Pour le modèle freemium c'est compliqué :
    - L'utilisateur n'est que rarement "frustré" au bon moment. Soit la part de gratuit que contient le jeu/l'app, est suffisante et alors il ne voit pas d'intérêt d'acheter un In-app item, soit il est frustré trop vite et a peur de se faire enfler en achetant un in-app item.

    Pour le modèle premium c'est compliqué parce que comme vous l'avez évoqué, il est simple de "pirater" une app, même si madame michu a un peu de mal au départ, c'est beaucoup trop simple.

    Il nous reste donc les apps gratuites, financées par de la pub, mais le revenu est super faible..

    Tandis que sur iOS, il faut que ton iDevice soit jailbreaké pour pouvoir "pirater" une app. C'est normal malheureusement.

    Seul Amazon peut sortir un peu du lot avec ses tablettes Kindle et son OS un peu plus fermé qui j'ose imaginer limite un peu le piratage des apps.


    • Salut, ton message est très intéressant.

      Pour Amazon, j'ai aussi l'impression que payer sur Amazon, c'est plus "normal", que payer sur le Google Play. De plus, les gens qui installent l'Appstore sont a priori intéressés par un achat, sinon ils ne l'installent pas.
      Si les jeux représentent la plus grande part des téléchargements sur Android, c'est pour une bonne raison, le smartphone Android est peut-être un peu plus "gadget" que d'autres ?


  • Les considérations évoquées telles que mentionnées ne concernent que le développeur isolé et occasionnel. Les pros (éditeurs ou non) abordent les choses totalement différemment.

    Par exemple, il faut distinguer les applis d'appel ou stratégiques (au vrai sens du terme), typiquement la presse quotidienne pour lesquelles l'appli n'est que le point d'entrée gratuit vers un service payant (leur survie). Idem, pour des raisons un peu différentes, les banques et bien d'autres (TV, média ...).

    Les applis "fond de commerce", celles dont "on" vit, c'est beaucoup plus subtil et tactique (pas stratégique). Il n'y a AUCUNE difficulté à développer simultanément une appli qui tourne à l'identique sous iOS et Android (sauf les très techniques, liées à l'architecture, celles-là sont en général gratuites et l'oeuvre de passionnés), il suffit de recourrir aux bons outils de dév. (Pas gratuits, eux).

    En revanche, j'ai (plus ou moins) souvent vu des annonces d'applis d'ABORD uniquement disponibles sur Appstore et (un peu) plus tard "et maintenant également sur Android". Même des gratuites. C'est uniquement une question d'image.

    Le grigri de l'ouverture n'a rigoureusement rien à voir. Quand bien même l'OS est brandi comme ouvert quel impact économique sur les applis payantes ? Aucun !
    Il ne faut pas confondre Open Source, gratuité ou non et souplesse de paramétrage. Rien à voir !
    Une appli payante ou gratuite peut être plus ou moins "souple" ou "figée". Elle n'est Open source ni dans un cas ni dans l'autre. Gratuite ne veut pas dire non plus libre dans faire ce qu'on veut. Open source non plus, c'est selon.

    De même que la concurrence. Au surplus, il y a un léger et éphémère avantage a être le premier mais si ce n'est que le seul argument, il ne pèse vraiment pas lourd pour assurer un revenu.
    Enfin, toujours pour ceux qui cherchent un vrai revenu, il faut considérer la "taxe" prelévée par le canal de distribution (et Apple a une solide "réputation" de gourmandise et pour cause).


    • Tu as tout à fait raison. L'article est plus informatif et destiné aux utilisateurs, au passage.
      Pour l'ouverture, il y a quand même des choses qui changent, car certaines applications payantes qui permettent des fonctionnalités sur iOS (mail, lecture - édition de fichiers aux formats propriétaires, etc.) qui voient leur prix justifié par l'impossibilité, ou simplement la méconnaissance du système. Sur Android, il y a plus ou moins toujours une bidouille...

      Par ailleurs, ce qui est intéressant, c'est l'AppStore d'Amazon, sur lequel les chiffres pour certaines applications sont assez suprenants... C'est ce que Distimo tente de démontrer dans son étude : certains développeurs ont vu leurs ventes exploser sur Amazon alors qu'elles stagnaient sur le Google Play.

      Quant au placement des applications sur iOS pour questions de prestige, je pense que Google a raison d'aller vers un système plus intégré, c'est plus classe, tout simplement et certains développeurs pourront passer à Android sans ternir leur image trendy...


  • mpoliknjubvhytgcxfrwdezsqa


  • il y a énormément d'application naze sur Google play il ferait bien de faire du nettoyage je parle des appli en double triple voir x10


  • En tant qu'utilisatrice du Google Play Store.
    Je n'ai aucun problème à payer pour un produit de qualité et bien conçu. Mais seulement pour ceux donc j'ai pu essayer suffisamment longtemps. Du genre 15 jours et plus. J'ai un petit faible pour certaines gratuités et déteste les paiements mensuels. ( Wunderlist par exemple.)
    Je paie une fois et c'est tout.
    Je dirais que le défaut du store est d'avoir trop d'applications de qualité douteuse ou abandonnées. Je suppose que le problème se retrouve ailleurs. N'y étant jamais allée, je ne saurais l'affirmer.


    • Je trouve ton approche très bonne, les applications qui offent une version limitée dans le temps, permettent de se rendre compte de l'utilité ou non de certaines fonctionnalités, et surtout de comparer.


    • À voir l'évolution du ''achat dans l'application'' je ne serais pas surprise qu'on me dise que les revenues des développeurs montent en fléches. .. cette année, dirais-je!

Nous utilisons les cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Plus d'informations

J'ai compris