Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.
Google cède à la pression et supprime une application anti LGTB+
Applications Google 3 min de lecture 10 Commentaires

Google cède à la pression et supprime une application anti LGTB+

La controverse est sur la table depuis décembre 2018. Le Google Play Store propose une application pour "guérir les gays". "Pray away the gay", son nom dit tout, a été retiré du magasin, qui a finalement cédé aux pressions des différents groupes LGTB+.

On parle beaucoup d'égalité et Google ne fait pas forcément grand chose. C'est du moins ce qu'il semblait jusqu'à présent. Comment est-il possible qu'il leur ait fallu autant de mois pour retirer de leur magasin une application qui faisait la promotion des thérapies de conversion de l'orientation sexuelle ?

En décembre dernier, l'ONG Truth Wins Out a dénoncé la présence de "Pray away the gay" sur différentes plateformes en ligne. Amazon, Apple et Microsoft l'ont immédiatement supprimé. Google a tourbillonné, affirmant que l'application n'a pas violé les règles d'utilisation de son Play Store.

gay pride
Le collectif LGTB+ a gagné la bataille contre Google cette fois.  © Shutterstock

"Ces programmes ne fonctionnent pas, ils détruisent des vies ", a déclaré Wayne Basen, directeur exécutif de l'ONG américaine, dans sa plainte. Et ce n'est pas une mince affaire. L'application, développée par Living Hope Ministries d'Arlington, contenait des sections intitulées "Clés pour se rétablir des attirances envers le même sexe". Et pas seulement cela, l'appli parlait des homosexuels comme des "garçons à la sexualité brisée" qui "ont un mode de vie physiquement et spirituellement néfaste" et fait référence aux transsexuels comme des personnes souffrant de "confusion sexuelle", parmi bien d'autres choses que nous n'allons pas énumérer ici.

Après beaucoup de pression et même une campagne massive sur change.org exhortant Google à retirer l'application, il semble que la multinationale dirigée par Sundar Pichai ait repris ses esprits. Et tout cela parce que la Human Rights Campaign (HRC) a suspendu l'évaluation de Google pour ne pas avoir adopté une solution dans son rapport annuel sur l'égalité dans les entreprises. Une journée a suffi alors à Google pour changer d'avis.

"Après avoir consulté des groupes de pression externes, examiné nos politiques et nous être assurés que nous comprenons parfaitement l'application et sa relation avec la thérapie de conversion, nous avons décidé de la retirer du Play Store, comme d'autres magasins d'applications," selon les déclarations officielles de Google.

Chad Griffin, président du Conseil des droits de l'homme, a déclaré qu'il saluait la décision de Google parce que "la soi-disant thérapie de conversion est une pratique qui équivaut à de la maltraitance et il a été prouvé qu'elle a des conséquences dangereuses pour ses victimes. Google et d'autres plateformes qui ont opposé leur veto à cette application ont pris une mesure très importante pour protéger les jeunes LGTBQ".

Google promeut l'égalité... et après ?

Ce n'est pas la première fois que la controverse autour d'une application qui promeut des comportements racistes, homophobes ou sexistes ébranle Google. Le dernier exemple est l'application développée par le gouvernement de l'Arabie Saoudite dont le seul but est de contrôler les femmes de ce pays et que Google n'a toujours pas retiré du Play Store au motif que l'application était conforme à la réglementation du pays. Vraiment, Google ?

Pensez-vous également que le Play Store de Google devrait avoir une politique plus stricte sur les applications qui peuvent être proposées ?

Source : Axios

10 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • @HollyvierssjBlue. Je suis contre la violence et l'extermination c'est très violent. C'est radical. C'est une maladie grave.

    Edit: C'est bien de corriger vos propos, j'espère que ça ne restera pas dans votre pensée.


  • J'en ai vraiment plus qu'assez de ces lgbt.


    • louis hory depuis 2 semaines Lien du commentaire

      Là, n'est pas le problème et ENCORE moins la solution.

      Ce que je ne supporte pas, c'est se voir imposer une manière de penser qui soit LA SEULE acceptable alors que les autres (manières de penser) sont dénigrées comme réactionnaires.
      Je ne dénonce pas les différences mais je ne veux pas plus les voir PROMUES comme une nouvelle norme.

      On passe d'un excès d'intolérance à un excès de tolérance, Natacha Polony appelle cela la tyrannie du minoritarisme.

      Ce système tordu a l'avantage (pour lui...) de monter les gens les uns contre les autres plutôt que de trouver des moyens (au niveau d'un état) pour que chacun ait la possibilité de vivre tranquillement avec ses propres critères ou caractéristiques sans avoir besoin de recourir à une morale de bien-pensance où personne ne s'y retrouve complètement.


  • louis hory depuis 2 semaines Lien du commentaire

    Hum...! Quand on est LE magasin quasi-universel d'applications pour LE système d'exploitation le PLUS répandu au monde, on doit AUSSI représenter la totalité des opinions ou expressions possibles, fussent-elles considérées comme inacceptables et fausses.

    Bien sûr, dans un monde où la bien-pensance est l'opinion ultime et non négociable, toute interférence ou expression différente de l'opinion normalisée est considérée comme dangereuse et agressive, là où toute disruption est strictement interdite et réprimée par l'opinion générale.

    A force d'appeler progrès tout ce qui est nouveau, on oublie de questionner CE "progrès". Il est ainsi devenu une religion.

    https://www.franceinter.fr/emissions/le-grand-face-a-face

    Je ne suis pas le seul à le penser puisque même sur une radio d'état on le répète... (émission du 30 mars, pas plus tard que samedi avec AUSSI Natacha Polony)

    Bizarre, bizarre, dans ce monde où la diversité des comportements est fortement encouragée, les anciennes manières de penser sont systématiquement vouées aux gémonies.

    Ainsi dans la scolarité, l'Histoire ne doit subsister qu'en temps qu'option, du coup, nous aurons avoir un regard différent sur le déroulement du temps long.
    D'ailleurs, les Progressistes autoproclamés veulent supprimer l'Histoire des programmes scolaires, on comprend mieux pourquoi.

    Seuls les CSP+ auront "le droit de savoir" la vérité en accédant aux études supérieures. Et les mêmes feront semblant de s'étonner du développement du populisme qu'ils auront permis d'engendrer.

    Enfin pas tant que cela, si l'on se rappelle que la crétinisation générale est faite pour nous empêcher de penser par nous-mêmes et ainsi permettre de gérer le monde avec le maximum de simplisme mais la réalité finit par se venger...

    Le monde marche vraiment sur la tête !