Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

6 min de lecture 2 Commentaires

Qui sont les véritables gagnants (et les perdants) du RGPD ?

Le jour J est arrivé. La célèbre loi Informatique et Libertés prend aujourd'hui sa retraite, le règlement général de protection des données (RGPD) la remplace pour protéger les Français en ligne. Qu'est-ce que c'est ? Pourquoi tout le monde en parle ? Qui en profite ? Nous vous expliquons tout.

De la loi européenne au spam par email

La loi Informatique et Libertés ne date pas d'hier : ce texte de 1978 est une "loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés". En d'autres termes, elle permet de déterminer les libertés des utilisateurs et de limiter le pouvoir du "fichage" que peuvent exercer les entreprises. Dans une optique de cohésion européenne, cette loi va disparaître au profit d'une loi qui sera cette fois valable à toute l'échelle de l'Europe : le règlement général sur la protection des données personnelles.

Le nom est assez explicite. Si vous avez suivi l'actualité technologique de ces dernières semaines, vous avez probablement entendu parler de l'affaire Cambridge Analytica qui a causé des soucis à Facebook : les données privées de nombreux utilisateurs ont été récupérées par l'entreprise Cambridge Analytica (entreprise qui a d'ailleurs participé à la campagne politique de Donald Trump). Cette histoire est en quelque sorte le prologue de l'avènement de cette législation, montrant le besoin d'une adaptation afin de limiter l'ambition des grandes entreprises du web.

La bonne nouvelle, c'est que les entreprises ne pourront pas vous demander n'importe quelles informations, leur demande est réglementée et doit être "en adéquation avec l'objectif recherché par l'entreprise". La mauvaise, c'est que contrairement à ce que l'on pourrait penser, le RGPD simplifie la collecte de données car il ne sera plus nécessaire aux entreprises de déclarer les fichiers auprès de la CNIL. Est-ce vraiment une mauvaise nouvelle ? Possible, mais les entreprises devront détailler l'utilisation qu'elles font de vos données, donc vous saurez comment elles sont utilisées et surtout comment elles sont protégées, chose qui n'est pas du tout prise à la légère.

AndroidPIT shutterstock 558278971 Facebook
Les conditions d'utilisation de Facebook en ont fait fuir plus d'un. © shutterstock, AndroidPIT

A qui peut profiter le RGPD ?

Sans surprise : les utilisateurs

Qui sont donc les grands gagnants du RGPD ? De manière générale, les utilisateurs s'y retrouvent gagnants. Bien sûr, actuellement nous sommes inondés par les newsletters, toutes les entreprises mettant à jour leurs conditions d'utilisation pour concorder avec ce règlement, mais en pratique vous aurez davantage de contrôle sur vos données que vous n'en aviez jusqu'à maintenant. Les zones de flou s'estompent, les choses sont désormais bien plus claires.

Ils peuvent savoir ce que l'entreprise sait sur eux (en téléchargeant un fichier contenant toutes ces informations, généralement), transférer les informations d'un service à l'autre, et surtout, bénéficier du "droit à l'oubli" (si vous décidez de vous désinscrire, vos informations doivent être supprimées)... Bref. User power.

Les grandes entreprises et les grands annonceurs

Les acteurs majeurs d'Internet sont depuis des années sous le radar de l'UE et davantage de transparence peut éventuellement calmer certains utilisateurs sceptiques, mais les géants spécialisés dans la publicité (que ce soient des entreprises telles que Google ou des - gros - annonceurs) devraient (économiquement parlant) arriver à mieux tirer leur épingle du jeu. 

google future
Google n'a pas grand chose à perdre, beaucoup à gagner. © Viktor Gladkov/shutterstock/ANDROIDPIT

Bien sûr, ceci n'est que spéculation à l'heure actuelle mais plusieurs professionnels de la finance s'accordent sur certains points. De manière générale, plus une entreprise est grande, plus elle est en mesure de s'habituer au changement, et lorsque les choses changent il est plus facile de compter sur les grands que sur les petits. Si l'on en croit ce qu'ils disent, ce sont effectivement les plus gros qui s'en tireront le mieux. Par exemple, le RGPD va permettre à Google d'obtenir davantage d'argent grâce aux commissions obtenues sur les publicités effectuées via Google dans lesquelles les internautes n'ont pas donné leur consentement, comme l'explique le DG de Zebestof sur INAGlobal.

En bref, le système de publicité va devoir s'adapter, et s'il est encore difficile de voir comment les choses vont évoluer il est fortement probable que ces changements profiteront aux plus gros poissons et nuiront aux plus petits. Même Facebook, qui a pourtant quasiment été mis au pilori après l'affaire de Cambridge Analytica ? Il bénéficie des mêmes avantages que les autres géants, donc dans une perspective (purement) économique il devrait bien s'en tirer. 

Vraiment ? Tout va bien pour les géants du web ?

Si tout semble bien sur le papier, les géants du web se trouvent dans une situation difficile. Google et Facebook/WhatsApp/Instagram se retrouvent dès le premier jour la cible de plaintes en France, en Belgique et en Autriche, et ce n'est probablement que le début. Beaucoup d'entreprises ne sont pas prêtes pour ce changement, pas même les grands noms de la tech si l'on en croit l'autrichien Schrems, car ils ne respecteraient pas suffisamment les directives européennes. La méthode du simple "cocher pour accepter les conditions" leur est reprochée, entre autres choses, tout comme la logique du "acceptez tout ou n'obtenez rien" que l'on trouve dans de nombreux services. En pratique, ces procès peuvent coûter cher aux géants du web.

Quid des entreprises moins grandes ?

Certaines entreprises situées hors d'Europe préfèrent ne prendre aucun risque et bloquent tout simplement l'accès à leur site/service depuis les pays européens. Entre autres choses certains médias américains moins puissants que les grands groupes tels que CNN. 

Que retenir ?

L'Union Européenne propose une loi applicable à l'échelle européenne, visant à proposer aux utilisateurs un meilleur contrôle de leurs données en forçant les entreprises à répondre à plusieurs conditions précises. Les plus importantes étant d'assurer la sécurité de vos données et d'expliquer précisément comment ils traitent les données, et bien évidemment vous donner la possibilité de ne pas accepter.

Pour les entreprises, ceci implique un changement des conditions officielles d'utilisation des services (les responsables juridiques en sont ravis) et il est bien évidemment embêtant pour les fabricants de devoir montrer davantage de clarté sur des zones volontairement floues. Même si en pratique nous pourrions penser que cette RGPD les gêne, elle ne devrait pas leur poser de problème dans une perspective économique. En revanche, l'histoire semble être loin d'être terminée car dès le premier jour les géants du web se retrouvent face à des gros problèmes.

2 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

  • Des règlements édictées par des idées dominantes d'inspiration très libérale ne sait jouer que pour son propre camp... surtout s'il a l'intelligence d'amadouer les citoyens qui souhaitent croire qu'ils seront mieux protégés par des belles paroles aussi rassurantes que lénifiantes.
    Si l'on sait comment a été organisé le questionnement de Mark Zuckerberg à la Commission Européenne sur l'utilisation que fait Facebook des données personnelles des utilisateurs de ses divers services on comprend mieux la situation.
    La morale reste toujours la même : "Business as usual"


  • Ben voyons, donc moi qui suis sur le web depuis 1986 je dois être super fiché. Des règles comme cela ont peux les mettre ....... En clair mon œil

Articles recommandés