Nous utilisons des cookies sur nos sites web. Des informations sur les cookies et sur la manière dont vous pouvez vous opposer à leur utilisation à tout moment ou mettre fin à leur utilisation sont disponibles dans notre Déclaration de protection des données.

Opinion 4 min de lecture 4 Commentaires

Vers une nouvelle stratégie de Facebook pour vous analyser ?

Facebook fait parler de lui pour beaucoup de raisons, mais toutes ne sont pas positives. Depuis des années déjà, ce célèbre réseau social américain est montré du doigt à cause de sa politique de confidentialité, et sa gestion des propos haineux et autres problèmes d'utilisateurs tend à l'enfoncer encore plus. Ce n'est pas aujourd'hui que Facebook remontera dans l'estime des gens car il se retrouve aujourd'hui encore dans un problème de vie privée.

Facebook dépose des brevets...

Si comme moi vous voyez Facebook comme une pieuvre qui veut étendre ses longs tentacules sur tous les domaines possibles, vous ne serez pas surpris d'apprendre qu'il s'intéresse à des sujets aussi divers et variés. L'intégration avec Tinder, par exemple, montre son intérêt pour les systèmes de rencontre  Mais dans bien des cas, Facebook a besoin de déposer des brevets pour avancer, chose tout à fait normale de la part d'une entreprise high-tech.

Ainsi, Facebook a déposé ces dernières années des brevets visant à améliorer (ou plutôt déveloper) ses services. Parmi eux, nous pouvons citer un système qui vise à placer les emails dans le fil d'actualité, ou encore un système de tchat anonyme (ce qui est assez surprenant de la part d'un site qui nécessite le vrai nom pour avoir un compte). Mais d'autres brevets sont un peu plus inquiétants.

Androidpit Facebook Deactivation
Voilà quelques années, plusieurs utilisateurs avaient supprimé leur compte Facebook suite aux problèmes de vie privée. © ANDROIDPIT

... mais ils sont un peu trop intrusifs

Les émotions représentent une véritable mine d'or sur Internet, et Facebook l'a bien compris. Il y a quelques temps, il avait instauré un système de réactions afin de pouvoir indiquer si un post vous amuse, vous énerve, vous attriste etc. Mais tout le monde n'indique pas ce qu'il pense avec cette fonctionnalité, donc Facebook désire creuser le sujet en cherchant à comprendre votre émotion sans que vous ne la lui disiez exactement.  A l'instar de Google et d'Apple, il va analyser (ou analyse déjà) plusieurs facteurs (notamment la vitesse d'écrire et le choix des mots), pour analyser dans quel état d'esprit vous êtes. Il saura alors quel contenu peut vous faire réagir.

Il travaille également sur un "boredom detector", littéralement un "détecteur d'ennui" qui, comme son nom l'indique, vise à déterminer si l'utilisateur s'ennuie. Il calcule combien de temps vous êtes inactif lorsque vous regardez votre flux d'actualité, si vous ne bougez plus il est possible que vous soyez partis sur une autre application car vous n'êtiez plus intéressé. Ceci semble assez gros à première vue car il peut y avoir beaucoup de raisons pour sortir de Facebook (répondre à un message sur Snapchat, par exemple).

La palme vient au système d'analyse visuelle

Une "analyse visuelle", qu'es aquò ? Accrochez-vous bien. Facebook a déposé un brevet avec lequel il compte analyser vos émotions de visu. Oui, de visu, grâce à l'appareil photo de votre téléphone. Il analyserait ainsi votre expression faciale lorsque vous lisez votre flux et verra ainsi s'il vous intéresse ou non, et quelle réaction il entraîne chez vous. Alors oui, il y aura plus de résultats qu'avec les réactions sur les posts, mais alors ce serait une grande introduction dans la vie privée.

Androidpit facebook at work 0417
Vous amenez Facebook partout avec vous, mais il veut quand-même en savoir plus sur vous. © ANDROIDPIT

Certes, il ne s'agit que d'un brevet, c'est à dire d'une idée qui est à l'étude et qui, éventuellement, pourrait devenir réalité. Actuellement, il n'en est rien. Si cela confirme la conception que se fait Facebook de la vie privée, cela a aussi soulevé des interrogations de la part des internautes et même de certains journaux. Le journal Independent a écrit un article sur le sujet, expliquant qu'il s'agit d'un vieux brevet (déposé en 2014, publié en 2015) qui a été découvert récemment. Facebook s'est exprimé auprès de ce même journal en disant que des brevets sont souvent déposés, ce n'est pas pour autant qu'ils sont toujours mis en pratique. En bref, pas de quoi s'inquiéter. En d'autres termes, il nous dit de nous inquiéter seulement si cela devient réalité. Que c'est beau la communication, on nous dit des choses insensés et on hoche la tête en disant que c'est logique.

Il y a  un point où ce responsable de Facebook a raison, bon nombre de brevets ne voient pas en application concrète. Mais en pratique ce qui arrête le géant américain est plus les craintes des utilisateurs et de la presse, et possiblement une réaction de l'Union Européenne. Cette dernière a montré qu'elle n'a pas peur des géants, nous l'avons vu aujourd'hui avec Google qui a écopé d'une amende de 2,42 milliards d'euros (pour des raisons totalement différentes). 

Que pensez-vous de ces brevets ? Êtes-vous surpris de voir Facebook préparer de telles choses pour nous étudier ?

4 Commentaires

Ecrire un nouveau commentaire :
Tous les changements seront sauvegardés. Aucun brouillon n'est enregistré pendant l'édition

Articles recommandés